L'UE promet de riposter si Washington surtaxe les voitures européennes

 |   |  413  mots
(Crédits : Vincent Kessler)
Bruxelles a promis ce lundi 18 février de riposter de manière "rapide et adéquate" si les États-Unis augmentait les droits de douane sur les automobiles européennes.

L'Union européenne réagira rapidement si Donald Trump décide de relever les droits de douane sur les voitures importées de l'UE, a averti ce lundi 18 février la Commission européenne. Le département américain du Commerce a remis le 17 février au président un rapport sur la menace que représenterait le secteur automobile européen pour la sécurité nationale des États-Unis, une étape qui pourrait ouvrir la voie à l'instauration de droits de douane de 25% sur les véhicules et pièces détachées européennes vendues sur le marché américain.

Donald Trump dispose d'un délai de 90 jours pour décider de suivre ou non les recommandations de ce rapport confidentiel.

Le secteur automobile s'attend à ce que le département du Commerce recommande de surtaxer certains produits afin que le gouvernement américain puisse utiliser le rapport comme moyen de pression dans ses négociations commerciales avec l'UE.

« L'Union européenne tiendra ses engagements aussi longtemps que les États-Unis feront de même », a déclaré Margaritis Schinas, porte-parole de l'exécutif bruxellois, lors d'une conférence de presse. « La Commission européenne est au courant des conclusions d'une enquête du département américain du Commerce sur la menace que les importations de voitures représentent pour la sécurité nationale des Etats-Unis. Si ce rapport se traduit par des actions préjudiciables pour les exportations européennes, la Commission européenne réagira rapidement et de manière adéquate », a-t-il ajouté.

Trump a "donné sa parole"

Dans une interview au quotidien allemand Stuttgarter Zeitung, le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, déclare que Donald Trump lui a « donné sa parole qu'il n'y aurait pour l'instant aucune hausse des droits de douane sur les automobiles ».

« Je considère que l'on peut se fier à cet engagement », ajoute Juncker.

Si Trump devait relever les droits sur les automobiles européennes importées aux États-Unis, l'UE réagirait immédiatement et ne se sentirait plus tenue par sa promesse d'acheter davantage de soja et de gaz liquéfié aux États-Unis, prévient cependant Jean-Claude Juncker.

Juncker et Trump s'étaient entendus en juillet dernier pour que les États-Unis et l'UE travaillent à l'abaissement des barrières commerciales.

Les automobiles américaines importées dans l'Union européenne sont taxées à 10% tandis que les automobiles fabriquées dans l'UE et vendues aux États-Unis ne sont ponctionnées qu'à hauteur de 2,5%, selon la Commission.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2019 à 15:48 :
Et "L'UE" c'est qui?

Merkel, Macron et Junker le larbin à Merkel?
A eux trois ils finiront bien par la faire éclater nôtre "UE"
a écrit le 19/02/2019 à 16:33 :
Junker va recevoir un carton dès bordeaux est c est ok pour Trump
a écrit le 19/02/2019 à 11:03 :
Qui achète encore des "voitures" américaines... à part celles construites en Corée ?-
a écrit le 19/02/2019 à 10:45 :
Que l'UE riposte et nous le croirons... par la suite!
Réponse de le 19/02/2019 à 14:33 :
"Que l'UE riposte"
L'UE n'a pas à riposter puisque les USA n'ont pas encore taxé les voitures européennes. On va donc retourner les choses: que les usa taxent les voitures européennes et nous les croirons,ça fait longtemps qu'ils en parlent, ce n'est toujours pas fait.
Réponse de le 19/02/2019 à 16:15 :
En bref, ce n'est que parler pour rien dire!? Mais le suivisme de l'UE vis a vis des US ne donne pas matière a être optimiste!
a écrit le 19/02/2019 à 10:22 :
Pas de jaloux...
Une petite taxe unique et mondialiste équitable pour toutes les voitures neuves toutes marques confondues en Europe comme aux usa 😊
a écrit le 19/02/2019 à 10:07 :
Encore une censure européiste ?

"Il n'y a pas d'alternative démocratique" nous a prévenu Juncker, lamentable représentant dont la majorité des citoyens européens ont honte et faudrait qu'on s'incline et fasse des courbettes et des ronds de chapeau à cette épave avérée.

Entre le mac et JUncker le plus dangereux à dégager c'est Juncker et de très loin car profondément mauvais tandis que dans les LREM il y a un fond de bon mais tenu dans le silence par leurs patrons.

Vite un frexit ou bien mieux un gerxit.
a écrit le 19/02/2019 à 9:27 :
Si ça pouvait faire qu'on cesse d'importer ces daubes d'outre atlantique. Rappelons aussi que Ford nous a fait un beau bébé dans le dos en Aquitaine. Bref, recentrons-nous sur nos marques.
a écrit le 19/02/2019 à 6:56 :
Et "L'UE" c'est qui?
Merkel, Macron et Junker le larbin de Merekl?
A eux trois ils finiront bien par la faire éclater nôtre "UE"
a écrit le 18/02/2019 à 22:34 :
Des Cadillac à new york , des fiat à Milan et des mercedes seulement en Allemagne...pour préserver le paysage urbain! Pourvu que trump taxe les Mercedes!
a écrit le 18/02/2019 à 19:51 :
Et bien ça serait une excellente nouvelle pour la France puisque cela permettrait de taxer les produits US alors que nous, français ne vendons pas de voitures aux usa.
Profitons de la situation!
a écrit le 18/02/2019 à 19:37 :
Juncker installé là par les américains et ex responsable du réseau Gladio bruxellois essaie encore de rouler les européens dans la farine, ça ne sera pas la première fois puisque c' est l' habitude.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :