La BCE prévoit une profonde récession et "une incertitude exceptionnelle" (Ch. Lagarde)

 |   |  468  mots
La balance des risques est négative, s'alarme Christine Lagarde.
La "balance des risques" est négative, s'alarme Christine Lagarde. (Crédits : KAI PFAFFENBACH)
La BCE s'attend à une baisse de 8,7% du PIB de la zone euro en 2020, avant un rebond de 5,2% en 2021 et de 3,3% en 2022, mais ces projections s'accompagnent d'une "incertitude exceptionnelle", selon Christine Lagarde, qui ajoute qu'il est donc plus probable que l'on bascule vers un scénario encore plus sombre.

[Article publié le 4 juin à 15:34, mis à jour 17:45 avec prévisions macro + tableau]

La Banque centrale européenne s'attend à une lourde récession provoquée par la crise sanitaire en zone euro cette année, suivie d'un rebond plus progressif, tandis que l'inflation restera loin de son objectif au moins jusqu'en 2022.

La région monétaire subit "une chute brutale de l'activité économique, du fait de la pandémie de coronavirus et des mesures prises pour la contenir", a résumé la présidente de l'institution Christine Lagarde lors d'une conférence de presse.

Lire aussi : En zone euro, l'économie reste déprimée, le chômage risque de s'aggraver

Manque de fiabilité des prévisions actuelles

La BCE s'attend à une baisse de 8,7% du PIB de la zone euro en 2020, avant un rebond de 5,2% en 2021 et de 3,3% en 2022, mais ces projections s'accompagnent d'une "incertitude exceptionnelle", selon Mme Lagarde.

Lire aussi : Coronavirus : la BCE muscle considérablement son soutien à l'économie mais attise les critiques

Pour elle, tant la contraction que la reprise "dépendront de la durée et de l'efficacité" des mesures de confinement, des politiques de relance et de soutien de l'emploi, ainsi que de "l'impact durable" de la pandémie de coronavirus sur la demande.

Ces projections macroéconomiques sont celles du scénario "de base" de la BCE, dont les économistes ont préparé deux trajectoires "alernatives". Les trois séries de chiffres seront publiées dans un communiqué distinct jeudi.

La "balance des risques" est négative, prévient Lagarde

Toutefois, la "balance des risques" est négative, a indiqué Mme Lagarde: aux yeux de l'institut, il est donc plus probable de basculer vers un scénario encore plus sombre, plutôt que d'être positivement surpris.

La BCE a également fortement abaissé jeudi ses prévisions d'inflation en zone euro pour les années 2020, 2021 et 2022.

L'inflation est attendue à 0,3% en 2020, 0,8% en 2021 et 1,3% en 2022, contre respectivement 1,1%, 1,4% et 1,6% lors de ses précédentes prévisions en mars dernier.

Ces scores s'éloignent toujours plus de l'objectif de la BCE d'une inflation "proche mais inférieure à 2%" dans la zone euro.

___

Voici les nouvelles prévisions macroéconomiques de la Banque centrale européenne, publiées jeudi, qui tablent sur une récession d'une ampleur inédite en zone euro cette année.

En plus d'un scénario "de base", les économistes ont calculé deux scénarios alternatifs pour quantifier l'impact du coronavirus sur l'inflation et la croissance: faible et sévère. Dans le tableau suivant, les chiffres de ces deux scénarios sont indiqués entre parenthèses, dans l'ordre "bénin / sévère".

Prev macro, BCE, Zone euro 2020, infographie

[Cliquez sur l'infographie pour l'agrandir plein écran. Sources : BCE]

___

Les projections sont disponibles sur le site de la BCE:

https://www.ecb.europa.eu/pub/projections/html/index.en.html

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2020 à 7:52 :
La glaukopis de Bruxelles a jactee.
a écrit le 05/06/2020 à 7:04 :
A la question posée par un journaliste TV : Madame il faudra bien remboursé tous ces milliards'' - Celle-ci ne dément pas, mais elle se garde de bien de dire qui et comment on va rembourser.
a écrit le 04/06/2020 à 22:16 :
à vos balcons , applaudissez ! Elle est chouette la 5éme puissance mondiale ; les barbares vont venir remettre du boost ...
a écrit le 04/06/2020 à 22:03 :
La BCE rachète 100% de la datte italienne depuis 2 mois
Qui pense un instant que cet argent sera remboursé ?
Donc on jette l'argent des européens dans un puits sans fond
ça se paiera un jour ...
Réponse de le 07/06/2020 à 18:56 :
Nos dirigeants attendent juste d'avoir fini de transférer leur argent ans une monnaie non européenne et stable pour après faire tourner la planche a billet. Cela aura pour effet de faire baisser le pouvoir d'achat de tout ceux qui vive de l'euro...
a écrit le 04/06/2020 à 21:41 :
Voilà ce qui arrive quand des États furent déjà fragilisés par une décennie d'austérité ordolibérale alors qu'il eu déjà fallu en son temps une relance budgétaire pour accompagner la relance monétaire. Voilà ce qui arrive quand un Cygne noir ne fait plus partie des équations chères aux économistes mainstream. Voici ce qui arrive lorsque le dogme néolibéral prône l'économisme vaille qui vaille en laissant le domaine public (hôpitaux, matériels et personnels...) tomber en désuétude. Et ça vous étonne maintenant qu'un tel aléa vienne à ce point plomber l'économie réelle? Un peu de sérieux et assumez vos errements les politiques.
a écrit le 04/06/2020 à 19:57 :
Prévoir l'incertitude exceptionnelle relève de l'oxymore ;-)
Bravo Mme. Lagarde, l'avenir est beaucoup plus rassurant grâce à vous...
a écrit le 04/06/2020 à 19:01 :
Des petits génies à la BCE depuis que Lagarde y est.

Ma grand mère aussi a prévu que le confinement allait créer du chômage de masse. Mais comme elle est ancrée dans le réel, elle appelle ça de la misère et du désespoir.
a écrit le 04/06/2020 à 17:54 :
Classique discours de Cassandre : si les choses tournent mal elle pourra dire qu'elle avait prévenu et si elles tournent bien elle pourra dire que c'est grace à elle.

Le plus inquiétant, si Mme Lagarde maitrise le vocabulaire de l'économie et des statistiques (?), est l'emploi du mot "incertitude" au lieu du mot "aléa". Incertitude signifie qu'il y a des stratégies adverses en présence. Autrement dit, les parts de gateau sont susceptibles d'évoluer, notamment entre les pays, le cas échéant par la guerre. Dans ce contexte, défavorable à l'Europe, il vaudrait mieux un Président Américain moins agressif que Donald Trump.
a écrit le 04/06/2020 à 17:04 :
Les chiffres prévisionnels de l inflation me font rire. Avec l imprimante qui tourne ....
a écrit le 04/06/2020 à 17:03 :
Pourquoi tourner autour du pot en circonvolutions dialectiques et ne pas dire clairement : " Compte tenu de la gestion désastreuse de la crise du coronavirus par la plupart des gouvernements européens, de leur impreparation et de leurs mensonges", nous sommes dans une "me...e" noire pour au moins 10 ans . Bonnes gens, préparez vous à en baver pour cette durée "a minima", car il n'est pas exclu que d'autres catastrophes surviennent entre temps et augmentent la durée de la punition. Il est même possible que ce soit la prison à vie pour toujours.
Réponse de le 04/06/2020 à 17:14 :
C'est bien de donner des leçons ainsi, mais c'est trop gratuit.
Réponse de le 04/06/2020 à 18:02 :
Parce que comme l'a dit raoult la peur peut faire des millions de victimes, or si ces millions de victimes étaient seulement au sein de la classe productrice non seulement ils ne se généraient pas de nous dire la vérité mais en rajouteraient des couches et des couches mais voilà, vu que la situation désastreuse actuelle est principalement du fait de la classe dirigeante et que nous le savons pertinemment ils doivent avoir peur d'en faire partie des victimes.
a écrit le 04/06/2020 à 16:19 :
en l'etat actuel des choses, faire de la prevision a 2 ans, c'est ose!
a écrit le 04/06/2020 à 15:41 :
"incertitude exceptionnelle""

Ben oui mais on le sait bien tous, "il n'y a pas d'alternative" à l'incertitude en UE !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :