La montée du terrorisme pousse l'Europe à renforcer ses frontières

 |   |  676  mots
Nous sommes ouverts à la discussion sur toutes les propositions françaises, a précisé à l'AFP une porte-parole de l'exécutif européen.
"Nous sommes ouverts à la discussion sur toutes les propositions françaises", a précisé à l'AFP une porte-parole de l'exécutif européen. (Crédits : © Srdjan Zivulovic / Reuters)
Les pays européens, France en tête, demandent une révision rapide des règles de l'espace Schengen. Contrôles systématiques aux frontières, base de données passagers pour les vols internes et meilleur contrôle des armes à feu comptent parmi les mesures que les Européens souhaiteraient adopter lors d'une réunion extraordinaire du Conseil de l'UE, convoquée d'urgence à la demande de la France après les attentats de Paris.

La crise des migrants et la montée du terrorisme ont rebattu les cartes. Les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne vont s'entendre ce vendredi 20 novembre pour renforcer les contrôles d'identité aux frontières extérieures de l'espace Schengen, selon un projet de conclusions dont Reuters et l'AFP ont pris connaissance.

Il répond aux demandes de la France, cible d'une série d'attaques qui ont fait 132 morts le vendredi 13 novembre à Paris et au Stade de France.

Vers des contrôles systématiques à l'intérieur de l'Europe

L'une des mesures principales mentionnées dans ce projet est de "procéder immédiatement aux nécessaires contrôles systématiques et coordonnés aux frontières extérieures, y compris pour les individus bénéficiant du droit à la libre circulation". Une telle mesure implique une révision ciblée de l'article 7 du Code Schengen.

"Le Code Schengen fournit déjà tous les outils pour des contrôles efficaces aux frontières extérieures", avait estimé mercredi le Commissaire européen Dimitris Avramopoulos.

"Mais nous sommes ouverts à la discussion sur toutes les propositions françaises", a précisé à l'AFP une porte-parole de l'exécutif européen.

A l'heure actuelle, les douaniers se contentent souvent d'un simple contrôle visuel des passeports des ressortissants européens lorsque ceux-ci entrent ou sortent de l'espace Schengen, qui regroupe 26 pays, dont la majeure partie des Etats membres de l'Union, à l'exception du Royaume-Uni, de l'Irlande, de la Croatie, la Roumanie, la Bulgarie et Chypre.

La nouvelle disposition devrait impliquer le recoupement de ces documents avec les bases de données de la justice ou des services de sécurité. Ce renforcement des contrôles aux frontières extérieures de Schengen devra être mis en oeuvre d'ici mars 2016.

Améliorer le partage de renseignements et le contrôle des armes à feu

Le projet d'accord, qui s'étend sur six pages, préconise également des mesures visant le financement du terrorisme, un meilleur partage des renseignements et des contrôles plus stricts en matière d'armes à feu, comme l'avait demandé le président de la République François Hollande lundi devant le Congrès réuni à Versailles.

Ces demandes interviennent alors que le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a déploré que Paris n'ait reçu aucune information d'un pays européen sur la venue en Europe d'Abdelhamid Abaaoud, suspecté d'avoir joué un "rôle déterminant" dans les attentats du 13 novembre à Paris et abattu mercredi à Saint-Denis.

Une base de données passager pour vols interne et vers des pays tiers

Les ministres vont également demander la mise en place dans les plus brefs délais d'une base de données des dossiers passagers (ou PNR) sur les vols intra-européens et vers des pays tiers -une législation bloquée depuis longtemps au Parlement européen au motif qu'elle risque de porter atteinte à la vie privée.

Les ministres européens de la Justice, qui assisteront à la réunion de vendredi, prévoient de s'entendre pour accélérer la mise en oeuvre de mesures communes contre les djihadistes européens de retour des théâtres de guerre en Syrie et en Irak.

 Vers un "mini-Shengen" ?

Le gouvernement néerlandais a parallèlement débattu en interne et avec certains autres pays européens d'un projet de "mini-Schengen" qui passerait par la mise en oeuvre de contrôles d'identité aux frontières de plusieurs pays d'Europe occidentale dans le but de mieux contrôler les flux de réfugiés et de migrants. La Suède a de son côté fait part de son souhait d'instaurer des contrôles de passeports biométriques aux frontières de la zone Schengen.

L'annonce, faite par l'intermédiaire du porte-parole du gouvernement suédois, Stefan Lofven, survient au lendemain du relèvement du niveau de sécurité en Suède où l'on recherche activement un homme soupçonné de vouloir commettre des attaques. Selon la presse suédoise, le fugitif appartiendrait à l'organisation Daech.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2015 à 22:11 :
L Europe est mort Schengen une passoires les politiques responsable l euro la monnaie des riches pour êtres plus pauvres plus de confiances ?
a écrit le 20/11/2015 à 15:22 :
la frontière impéméable est un mythe. Rétablir les controls aux frontieres interne a Schengen n'empechera jamais les criminels dangereux et organisés de passer, ni même ceux qui ne sont pas fichés.
Un réseau criminel organisé a accesa des faux papiers et déjouera toujours les controles de frontière. De meme les evenements des jours derniers montrent que les controles de papier ne servent a rien des lors que les personnes organisant de tels actes ne sont pas préalablement fichés (et quand ils sont fichés, ils s'organisent en conséquence): en effet, le terroriste franco-belge en fuite a ete controlée a la fronture apres les attentats. ses papiers semblant en regle ila gentiement circulé.

le probleme n°1 sur le sujet est le manque patent de cooperation entre ETats Européen sur le sujet qui considere qu'il s'agit d'un domaine régalien et donc qu'il faut faire de l'europe a minma sur le sujet. tant que cette mentalité perdurera, les risques ne diminueront pas ou peu.
a écrit le 20/11/2015 à 15:08 :
Les mêmes qui réclament une révision ont voté contre le résultat de la consultation populaire sur l'Europe. Que des drôles qui n'ont plus que le soutien de leurs partisans.
Réponse de le 20/11/2015 à 15:26 :
Le vote de 2005 incluait il une révision specifique des accords de Schengen? Non. Vous ete donc hors sujet.

Au fait, avant Schengen, les attentas et le crime organisé transfrontalier ca n'existait pas?

Ah au fait; le terroriste en fuite, il a bien été controlé a la frontire franco-belge. Ce qui ne l'a pas empeché de pouvoir passer. Ce qui montre bien que le rétablissement des frontières internes ne résoudra rien et n'aura que pour seul conséquence de nous couter une fortune et de creer des problemes pour uniquement ceux qui n'ont rien a se reprocher.
a écrit le 20/11/2015 à 14:34 :
Clair que les us et la GB sont bien plus protégés par leurs frontières maritimes. Pour les us, le Mexique et le Canada sont des protectorats, donc, bien contrôlés. Là, hormis construire des murs comme les Israéliens, pas des masses d'autres solutions...
a écrit le 20/11/2015 à 11:36 :
L'Europe des socialistes n'a jamais été la solution tout par en vrille .
Réponse de le 20/11/2015 à 14:31 :
"L'Europe des socialistes"... Ha bon..?? Parce qu'à part nous et la Grèce, il n'y a PERSONNE d'officiellement à "gauche". Essayez de réfléchir, de temps en temps. D'accord, c'est dur.
a écrit le 20/11/2015 à 10:55 :
L'Europe, que nos politiques nous ont imposée et présentée comme un super projet et un très grand progrès à venir, source de bienfaits et de bonheur... Les personnes de ma génération, nées autour des années 60, on connu un peu l'avant Schengen et l'avant bazar européen... C'était finalement pas si mal, et au moins on était maîtres chez nous, on décidait pour nous, on n'avait pas d'ordres à recevoir de Bruxelles ni de demandes à leur soumettre, et on contrôlait nos frontières... On avait des passeports contrôlés à la frontière pour voyager. Ce qui ne nous empêchait pas voyager où on voulait. Là, on dépend des autres et on voit le résultat. Frontières passoires. Ennuis notoires.
Réponse de le 20/11/2015 à 15:30 :
il n'y avait donc pas d'attentat avant Schengen? il n'y avait pas d'immigration clandestine? il n'yavait pas de filière criminelle trans-nationale?

j'ai un scoop pour vous: les controles a la frontire franco-belge ont été rétablis le 13 novembre au soir. le 14 novembre au matin, le terroriste Abdeslam Salah était controlé...et a pu passer sans encombre vu que ses papiers etaient en règle.
le mythe de la frontière s'effondre. Car si un individu dangereux et non fiché se fait controler il ne se passera rien. De meme que les individus fichés ou préparant de grosses operations se procurent en général assez aiséent de faux papier permettant de passer vos soi disant controles.
Réponse de le 20/11/2015 à 16:24 :
Ok, Kid, tout n'était certes pas parfait avant Schengen, mais c'était quand même bien moins le boxon. Donc, complétons : contrôles aux frontières nationales, aéroports, etc, avec des douaniers formés à la fraude documentaire et un effort de coopération pour avoir des fiches et des fichiers les plus à jour possibles.
a écrit le 20/11/2015 à 8:21 :
En attendant, tjs possible rentrer en France à partir de l'espace Schengen en avion sans jamais se faire contrôler ! Vécu hier au départ de Munich ! Scandaleux
Réponse de le 20/11/2015 à 15:32 :
rélisez l'article vous comprendrez pourquoI.

par ailleurs, les controles interne a Schengen n'empecheraient de toute manire par les attentats d'arriver. A moin que de croire naivement que les faux papier ca n'existe pas et qu'il suffit de demander des papiers pour qu'une personne déclare sa culpabilité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :