Le Brexit fait perdre son triple A au Royaume-Uni

 |   |  279  mots
Dès vendredi, Moody's avait abaissé sa perspective sur la dette britannique, passée à négative, prélude là aussi à un possible abaissement.
Dès vendredi, Moody's avait abaissé sa perspective sur la dette britannique, passée à "négative", prélude là aussi à un possible abaissement. (Crédits : Reuters)
Conséquence du choix du Brexit par les électeurs britanniques, l'agence de notation Standard & Poor's a dégradé la note de la dette du Royaume-Uni de deux crans à "AA", en raison des incertitudes politiques.

L'agence de notation Standard and Poor's (S&P) a dégradé de deux crans lundi la note de la dette du Royaume-Uni, prenant acte du choix des électeurs britanniques de voir leur pays quitter l'Union européenne.

La note de la dette britannique passe de "AAA", la meilleure possible, à "AA", deux crans en-dessous, selon un communique de S&P. L'agence cite "l'incertitude" qu'a générée l'issue du référendum, et anticipe "un contexte politique moins prévisible, moins stable et moins efficace" dans les mois à venir.

La nouvelle note est assortie d'une perspective négative, c'est-à-dire qu'elle pourrait être abaissée à nouveau.

"Risques de détérioration des conditions d'accès au marché"

La décision de S&P, l'une des trois grandes agences de notation mondiales aux côtés de Moody's et Fitch, "renvoie aussi aux risques de détérioration des conditions d'accès au marché" financier du Royaume-Uni, explique l'agence, et aux "problèmes constitutionnels" qui vont se poser, alors que l'Écosse pro-européenne envisage d'organiser un nouveau référendum sur son indépendance.

Dès vendredi, Moody's avait abaissé sa perspective sur la dette britannique, passée à "négative", prélude là aussi à un possible abaissement.

Les notes délivrées par les agences de notation, sortes de certificats de solvabilité, dictent les conditions auxquelles les entreprises ou en l'occurrence les pays peuvent s'endetter sur les marchés financiers. Plus la note est basse, plus les taux d'intérêts exigés par les créanciers seront élevés.

Les électeurs britanniques ont voté à près de 52% jeudi pour une sortie de l'UE.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2016 à 16:30 :
Attention tu n 'as pas bien vôté l'anglais alors pour cela tu seras blamé...
N'importe quoi !
Quand on voit les réactions de ce genre d'officine à deux balles et les réactions de nombreux hommes politiques et journalistes , on se sent brexiteur !
a écrit le 28/06/2016 à 13:53 :
Une catastrophe, le FTSE prend 2.44% le CAC40 2.57%. Avec la reine d'Angleterre qui s’étonne d’être encore en vie et les bourses pour reprennent, la fin du monde aura été courte. Finalement qui s’intéresse encore à ses agences de notations.
a écrit le 28/06/2016 à 13:53 :
Une catastrophe, le FTSE prend 2.44% le CAC40 2.57%. Avec la reine d'Angleterre qui s’étonne d’être encore en vie et les bourses pour reprennent, la fin du monde aura été courte. Finalement qui s’intéresse encore à ses agences de notations.
a écrit le 28/06/2016 à 13:32 :
Mais comme la banque d'angleterre faisait comme la fed et rachetait la dette de l'état britannique, au final, ça n'a que peu d'importance...
a écrit le 28/06/2016 à 12:11 :
Et pas seulement !!! Le Figaro qui claironnait avec triomphe que la France avait perdu son rang de 5ieme puissance mondiale en PIB serait bien avisé de refaire le calcul au taux de £=€ 1,2030 de ce matin ... Cela donne France : € 2181, UK : € 2175 ( en milliards d'euros) . De plus le PIB francais n'inclut pas les ressources de la prostitution, de la drogue et du travail au noir...comme le PIB UK ... Bon, maintenant, c'est vraiment "neck to neck"....il faut dire également que le PIB de l'Inde n'est pas loin non plus, si les stats indiennes sont fiables !!!
a écrit le 28/06/2016 à 11:51 :
Le résultat en nature d'une sortie de l'Europe, perte du triple A et forte augmentation des impots pour les classes moyennes (on ne touche pas au riches), déficits en hausse et dette libélé en dollar et €uros en forte augmentation a cause de l'effondrement de la livre, a ce prix la vive l' €urope !
a écrit le 28/06/2016 à 11:23 :
Le Royaume Uni est a genou, crise politique, c'est le chaos chez les travaillistes et les conservateurs. La live sterling est au plus bas.La bourse s'effondre et on va voir un yo-yo a cause de l'incertitude ambient. Ce que j'espere c'est que nos compatriotes francais ne feront pas la memes betise en votant Le pen.
Réponse de le 02/07/2016 à 23:08 :
On en reparle dans 8 jours . Cool !
a écrit le 28/06/2016 à 10:43 :
C'est a se demander comment il pouvait avoir encore un Triple A avec des déficits partout pire que le France par ex ; déficits budgétaires R.U. a 7% France 3,6 % !
Réponse de le 28/06/2016 à 12:22 :
Pire que cela, le deficit abyssal de la balance des paiements UK, la pire du monde après les USA ( mais les USA ne sont pas une petite île xénophobe...), la productivite misérable (UK, 100, FR 125), le sous-investissement chronique ( UK 16, FR 23), la R&D en panne ( UK plus faible taux de chercheur/1000habs, 1,96 % du PIB ; FR, plus haut taux de chercheurs/1000, 2,26% du PIB ,hors recherche stratégique), l'innovation (vr..Thomson Reuters : 0 entreprises UK ; 11 entreprises FR).... Etc...et comment peuvent-ils même avoir un AA ? Comment expliquer aussi la position de la Commission qui considère UK a l'équilibre (sic) et FR en déséquilibre macroéconomique ? Il a des lunettes en bois, Mosco, non ???
a écrit le 28/06/2016 à 10:43 :
C'est a se demander comment il pouvait avoir encore un Triple A avec des déficits partout pire que le France par ex ; déficits budgétaires R.U. a 7% France 3,6 % !
a écrit le 28/06/2016 à 9:44 :
Papa Martin Schul est très énervé ..


"Les Anglais ont violé les règles. Ce n'est pas la philosophie de l'UE que la populace puisse décider de son destin".
a écrit le 28/06/2016 à 8:39 :
Plus un pays est endetté et plus il est soumis au bon vouloir des marchés financiers qui comme nous le constatons tous les jours un peu plus ne font que faire plonger l'économie et exploser la pauvreté.

Du coup c'est une bonne nouvelle politique, faire peur aux marchés c'est montrer de la force par contre il faut de bons dirigeants pour assumer cette responsabilité et combattre la gangrène financière qui ne fait que nous enfoncer un peu plus chaque jour au sein de la plus grave crise économique de notre histoire.

Or les décideurs anglais habitués depuis des décennies à obéir stupidement à la city ne font preuve d'aucun capacité en ce domaine pour le moment, plutôt que de tenter de rassurer les marchés ils feraient mieux de travailler, de casser cette dépendance malsaine envers les multinationales et les actionnaires et donc de penser à leurs habitants.

L'économie des marchés financiers c'est l'économie d'il y a 20 ans maintenant, continuer dans cette voie là c'est courir au suicide, alors il est vrai que c'est difficile de s'opposer à l'oligarchie et la ploutocratie qui ont tous les moyens de productions et donc la quasi totalité des médias mais c'est indispensable car vitale.

Il ne faut pas avoir peur de reculer d'un pas maintenant pour avancer de deux dans quelques temps. Mais comme la peur coule dans la quasi totalité des veines des décideurs économiques et politique ça sent le grand n'importe quoi.
Réponse de le 28/06/2016 à 13:35 :
je suppose que vous serez la pour compenser financierement de votre poche pêrsonnelle les personnes qui perdront leur emploi suite à l'effondrement que vous pronez? Allez un peu de courage et assumez.
a écrit le 28/06/2016 à 8:38 :
La vengeance du capital n'attend pas, un WE suffit pour baisser les notes, efficace ^^. Heureusement en ce monde, nous donnons les jeux du cirque aux pauvres (foot) :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :