Logistique, réglementation... : dernière ligne droite pour l'UE avant les premières vaccinations

 |  | 871 mots
Lecture 5 min.
Avec le feu vert accordé par les autorités sanitaires européennes, les campagnes de vaccination vont pouvoir commencer dès dimanche en Europe continentale
Avec le feu vert accordé par les autorités sanitaires européennes, les campagnes de vaccination vont pouvoir commencer dès dimanche en Europe continentale (Crédits : AMIR COHEN)
Alors que Bruxelles a donné son feu vert au vaccin de Pfizer et BioNTech contre le Covid-19, les démarches administratives accélèrent et la logistique se met en place. En France, la première campagne de vaccination débutera dimanche dans "deux ou trois" établissements pour personnes âgées.

Acheminement, contrôles de sûreté, recommandations d'utilisation: maintenant qu'un premier vaccin contre le Covid-19 a été autorisé dans l'UE, que va-t-il se passer en France avant les premières vaccinations dimanche ?

- Sur le plan réglementaire -

L'autorisation de mise sur le marché accordée lundi par Bruxelles au vaccin développé par l'américain Pfizer et l'allemand BioNTech lui ouvre les portes des 27 pays de l'UE, mais chaque Etat est maître de ses procédures.

En France, la Haute autorité de santé (HAS) doit rendre jeudi, à la veille de Noël, un avis sur ce vaccin, baptisé Comirnaty en référence à la technologie employée (ARN messager, mRNA en anglais). Elle dira s'il "s'intègre dans la stratégie vaccinale telle qu'elle a été recommandée" ou "avec quelles réserves".

Lire aussi : Covid-19: la campagne de vaccination en France commencera dimanche

L'organisme a déjà diffusé des recommandations générales sur les publics prioritaires et l'organisation de la campagne, mais un avis spécifique doit être rendu pour chaque vaccin, pour tenir compte de leurs caractéristiques (efficacité contre la transmission du virus ou seulement protection contre la maladie, profil de risque, conditions de conservation...).

- Sur le plan de la sûreté sanitaire -

Comme pour tous les vaccins, une étape supplémentaire de contrôle est réalisée pour garantir la qualité et la sûreté des doses, qualifiée de "libération de lots".

En parallèle des contrôles effectués par le fabricant lui-même, un laboratoire de contrôle officiel de l'Union européenne va "recevoir des échantillons pour contrôler leur contenu et leur performance. Et si tout va bien, les "libérer"", explique dans Le Parisien la directrice générale de l'Agence du médicament (ANSM), Christelle Ratignier-Carbonneil.

Pour le vaccin Comirnaty, ces contrôles seront réalisés par le laboratoire de l'institut allemand Paul-Ehrlich, qui délivrera un "certificat" valable "pour tous les pays membres de l'UE", a-t-il indiqué dans un communiqué.

- Sur le plan logistique -

L'acheminement du vaccin Pfizer/BioNTech est compliqué par les conditions de conservation de ce produit, qui doit être stocké à "ultra-basse température" (environ -70°C).

La "chaîne logistique (...) est opérationnelle pour démarrer dès la fin de cette semaine la vaccination", a assuré lundi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

"L'approvisionnement du vaccin pour l'Europe sera assuré par les sites de production de Pfizer en Belgique (Puurs) et de BioNTech en Allemagne. (...) Les doses arriveront par route pour la France hexagonale et par avion pour les territoires d'Outre-Mer", a indiqué le laboratoire américain à l'AFP.

Pour faciliter le transport, les deux fabricants ont conçu un conteneur d'expédition isotherme qui "peut maintenir la température pendant 10 jours sans être ouvert" et "jusqu'à 30 jours" en renouvelant la glace carbonique qui le remplit, précise Pfizer.

"Chaque conteneur contient un capteur thermique GPS qui permet de suivre l'emplacement et la température de chaque envoi de vaccins (...). Une fois décongelé, le flacon de vaccin peut être conservé en toute sécurité pendant 5 jours au maximum dans des conditions de réfrigération (à 2-8°C)", ajoute le laboratoire.

Les doses seront transportées vers "une centaine de sites avec des congélateurs dédiés, qui seront la plupart du temps des sites hospitaliers, à raison d'environ un par département, pour pouvoir vacciner l'ensemble des établissements (pour personnes âgées) qui sont en lien avec ces hôpitaux", a détaillé mardi le ministre de la Santé Olivier Véran.

Lire aussi : Feu vert du régulateur pour la vente du vaccin Pfizer-BioNTech en UE

Il y aura par ailleurs "six plateformes logistiques réparties de façon homogène sur le territoire", des entrepôts "habilités pour le stockage des produits de santé" dont la liste n'est "pas rendue publique à ce stade", précise le ministère de la Santé. Ces plateformes approvisionneront les Ehpad qui se fournissent habituellement auprès de pharmacies hospitalières qui ne seront pas équipées en "super-congélateurs".

Une attention toute particulière sera apportée à la sécurité des convois transportant les précieuses doses, a également confirmé le ministère à l'AFP, évoquant un suivi "étroit" par les forces de l'ordre.

- Le premier vacciné en France -

La première campagne de vaccination contre le Covid-19 débutera dimanche en France dans "deux ou trois" établissements pour personnes âgées et concernera "quelques dizaines de résidents", a annoncé mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Un établissement sera "du côté de Paris", un autre en Bourgogne Franche-Comté "et puis éventuellement un troisième qui est en discussion", a ajouté le ministre, invité du journal de 20H00 sur TF1.

La porte-parole du Synerpa, syndicat des maisons de retraite privées, avait indiqué quelques heures auparavant que les premières injections se dérouleraient dans "quelques établissements volontaires", des "unités de soins de longue durée d'Ile-de-France, des établissements publics hospitaliers et peut-être quelques établissements privés".

Les établissements devront avoir recueilli le consentement des patients ou de leur entourage et organisé une consultation médicale pré-vaccinale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2020 à 18:17 :
De la com..encore de la com!
On s'en fout de la logistique.
Quel intérêt de bavasser pendant des plombes pour expliquer au pékin de base que son vaccin va arriver en camion pour ensuite être stocké dans un congélo avant qu'on ne lui injecte.. une solution...dont au final on ne sait pas grand chose !...Ah si, j'allais oublier, ça va rapporter un max de pognon aux labos. Pour l'instant, c'est la seule certitude. (En dehors de toute attitude complotiste).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :