Rajoy demande aux entreprises de ne pas quitter la Catalogne

 |   |  331  mots
Mariano Rajoy, chef du gouvernement espagnol, en déplacement à Barcelone a lancé: Nous voulons récupérer la Catalogne sensée (...), entreprenante, dynamique, accueillante et ouverte, sûre et fiable, a-t-il ajouté, soulignant que la Catalogne est l'Espagne et l'Espagne est la Catalogne
Mariano Rajoy, chef du gouvernement espagnol, en déplacement à Barcelone a lancé: "Nous voulons récupérer la Catalogne sensée (...), entreprenante, dynamique, accueillante et ouverte, sûre et fiable", a-t-il ajouté, soulignant que "la Catalogne est l'Espagne et l'Espagne est la Catalogne" (Crédits : Sergio Perez)
Mariano Rayoy, le chef du gouvernement espagnol, en déplacement à Barcelone, a demandé aux entreprises de ne pas quitter la région et se justifie d'avoir mis la Catalogne sous tutelle.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, qui s'est rendu ce dimanche 12 novembre à Barcelone pour la première fois depuis que la région a été mise sous tutelle par Madrid, a appelé à "récupérer la Catalogne", "démocratique et libre", et demandé aux entreprises de ne pas quitter la région.

Lors d'un meeting de sa formation, le Parti populaire (droite) en vue des élections régionales qu'il a convoquées pour le 21 décembre, Mariano Rajoy a affirmé avoir rétabli "l'ordre légal et démocratique" en mettant la région sous tutelle.

2.400 entreprises déjà parties

"Je veux dire à toutes les entreprises qui travaillent ou ont travaillé ici de ne pas s'en aller", a déclaré le chef du gouvernement, alors que quelque 2.400 d'entre elles l'ont déjà fait depuis le référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre.

"Je veux dire aussi à tous les Espagnols de ne pas arrêter d'acheter et de consommer des produits catalans", a-t-il poursuivi, face aux appels au boycott qui ont été lancés après ce référendum.

"Nous voulons récupérer la Catalogne de tous, démocratique et libre", a-t-il dit. "Nous voulons récupérer la Catalogne sensée (...), entreprenante, dynamique, accueillante et ouverte, sûre et fiable", a-t-il ajouté, soulignant que "la Catalogne est l'Espagne et l'Espagne est la Catalogne".

Le dirigeant conservateur, bête noire des indépendantistes, était à Barcelone pour la présentation officielle du chef de file de son parti comme candidat aux élections régionales, un peu plus de deux semaines après le vote d'une déclaration d'indépendance par le Parlement de Catalogne et la suspension de facto de l'autonomie régionale.

M. Rajoy a convoqué ce scrutin après avoir destitué le gouvernement séparatiste de Carles Puigdemont, et dissous le Parlement, à la suite du défi sans précédent lancé par les indépendantistes de cette région où vivent 16% des Espagnols

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2017 à 19:03 :
Mais tous les démocrates devaient arréter d'acheter des produits espagnols.
a écrit le 13/11/2017 à 22:58 :
Maintenant que Rajoy est a près sure de finir avec la Catalogne sur les bras, il fait une déclaration.
La nouvelle est plutôt que l'orage est passé.
Réponse de le 14/11/2017 à 16:53 :
Gaston la fermer
Réponse de le 14/11/2017 à 19:13 :
"finir avec la Catalogne sur les bras"", c'est de l'humour Marie, zen.
Je soulignai que la Crise est descendu d'un très gros cran.
a écrit le 13/11/2017 à 22:04 :
Rajoy sait très bien que le problème de la Catalogne est au-delà de l'économique. Il agite ce chiffon rouge pour espérer renverser la situation. Il y parviendra d'ailleurs peut-être cette fois. Mais le problème de fond restera parce qu'il est est politique, parce que les Catalans sont un peuple libre, qu'ils ont droit à l'autodétermination, à construire leur droit, leur démocratie, leur justice. La Catalogne a senti le vent de la liberté, elle n'y renoncera jamais. Les tergiversations actuelles sont du temps perdu.
Réponse de le 14/11/2017 à 19:21 :
Le vent de liberté de vouloir finir comme des Grecs -Européen- , donc dans l'austérité (2400 entreprise d'entrée fiscale en moins, ça pèse son poids)...

A moins que l'Euro explose... mais ne serait ce pire, quelle monnaie serait alors utilisé par la Catalogne (ont ils des réserves d'or, ou les moyens d'en avoir) ??

Le Liberté a un PRIX, c'est pas une question de vouloir.
Les Grecs en ont fait une brillante démonstration pourtant.
a écrit le 13/11/2017 à 19:27 :
Hier en Espagne j'ai rencontré des employés d'une usine importante qui m'ont dit avoir reçu de leur Direction, une lettre les informant que si la Catalogne votait pour indépendance , l'usine irait s'installer en Pologne.
Réponse de le 14/11/2017 à 16:56 :
Vous n estes pas espagnol espagne ce pas la Syrie mêlés vous des vos problèmes ?
Réponse de le 14/11/2017 à 16:56 :
Vous n estes pas espagnol espagne ce pas la Syrie mêlés vous des vos problèmes ?
a écrit le 13/11/2017 à 12:48 :
Pour répondre à JC et autres, l'année prochaine 2018, les chiffres le démontreront, la région la plus riche d'Espagne va être la communauté de Madrid et non la Catalogne. Le tourisme en Catalogne c'est 18 millions de visiteurs (dont 5 millions de français) que l'on peut comparer aux 75 millions de visiteurs pour toute l'Espagne (Catalogne comprise). La droite espagnole n'a rien détruit par rapport aux socialistes qui ont trop cédé aux catalans pour obtenir leur bénédiction pour que le budget annuel de l'Etat soit voté au cours des années 90 et les années Zapatero.
C'est quand les autres communautés (il y a 17 communautés ou régions en Espagne) ont obtenu le même % de répartition de différents impôts (fiscaux, taxes, amendes et autres) en 2006 que la Catalogne s'est rebellée (son gouvernement de l'époque). Elle souhaitait avoir plus que les autres. Avant de critiquer et de souhaiter l'indépendance de cette région (qui ne l'a jamais eu) et de son peuple (40 % des habitants de catalogne proviennent des autres régions espagnoles, je vous demanderai 2 choses:
Imaginez si la Corse demandait son indépendance ou la Bretagne ou l'Alsace son rattachement à l'Allemagne ou les Pyrénées Orientales demandait son rattachement à la Catalogne, quels seraient vos commentaires ?
Si vous lisez le castillan lisez ceci, cela est écrit par des journalistes du journal de centre gauche EL Pais: https://politica.elpais.com/politica/2017/09/24/actualidad/1506244170_596874.html
10 réponses à des questions mensongères de ceux qui veulent se créer un petit état pour gérer leurs petites affaires sans que Madrid y jete un oeil
Réponse de le 13/11/2017 à 22:11 :
@ASOM
"Imaginez si la Corse demandait son indépendance ou la Bretagne ou l'Alsace son rattachement à l'Allemagne ou les Pyrénées Orientales demandait son rattachement à la Catalogne, quels seraient vos commentaires ? " Les mêmes que celui que j'ai fait plus haut. Et j'ajouterai que l'UE n'est pas un facteur d'apaisement des séparatismes.
a écrit le 13/11/2017 à 9:25 :
La catalogne c'est 21% du PIB, c'est le moteur touristique, c'est l'industrie ... s'imaginer que l'Espagne s'en sort sans la catalogne est ridicule !
A AUCUN MOMENT on explique pourquoi il y a eu ce bazar et CETTE soudaine montée d'indépendance, tout ça fait suite à un mépris de Mardid et à un changement dans la représentation de la catalogne. Les FRANQUISTES (droite espagnol) ont détruit ce que les "socialistes" avaient construit et qui était fragile.
Alors en réalité tout ça ne vient pas des Catalans !
Réponse de le 13/11/2017 à 10:37 :
Tout ça vient surtout des indépendantistes, arrivés à une majorité relative aux dernières élections régionales, qui ont lancé une indépendance irrévocable !! comment les unionistes pourraient-ils accepter ça ?
a écrit le 13/11/2017 à 9:18 :
Le pompier pyromane.
Réponse de le 15/11/2017 à 10:30 :
Patrik larico Votre harcèlement est bien entendu signalé.
Réponse de le 15/11/2017 à 10:56 :
Hou la la encore un grand commentaire patrik larico !

Que je signale bien entendu de sorte que plus de gens puissent pleinement apprécier votre talent
a écrit le 13/11/2017 à 9:01 :
il y a un mois ce monsieur obligeait les grandes entreprises a partir pression sur les banques qui ont été aidees par son gouvernement . aujourd hui il demande aux entreprises de rester drole non!
ah j oubliais il y a des elections !!!!!!!!! tous les memes
a écrit le 13/11/2017 à 6:25 :
Quand le citoyen se rendra compte que le politique ne sert a rien sauf a lui meme, il aura bien progresse. Rajoy est le pompier pyromane qui aujourd'hui demande de ne pas deserter la Catalogne. C'est lui qu'il faut virer.
a écrit le 12/11/2017 à 20:25 :
Si les entreprises catalanes qui ont déménagé leur siège social hors de Catalogne ne représente que 0,32 %, elles sont également les plus importantes en terme de salariés comme de chiffre d'affaires. Et après elles viendront les entreprises moyennes et fournisseurs de services des grandes entreprises. Le chômage va bientôt augmenter en Catalogne malheureusement. Il reste à rappeler aux indépendantistes que Franco est mort depuis plus de 40 ans et qu'ils vivent en démocratie comme le reste de l'Espagne et l'Europe.
Réponse de le 13/11/2017 à 12:05 :
Ils sont trop sourds pour vous entendre.
cela me rappelle certains Brexiteers,en pire.
Réponse de le 13/11/2017 à 12:16 :
Ils sont trop bornés et trop sourds pour vous entendre.
cela me rappelle certains Brexiteers,en pire
Réponse de le 13/11/2017 à 17:20 :
Pour l'instant ce ne sont que des changements de sièges sociaux, principalement afin de générer une alarme socio-économique. Maintenant il suffit de voir la dégringolade de l'IBEX35 pour voir ce que toute cette manipulation avait de contre-productive. MR doit avoir le telephone mobile qui brûle dans la poche...
Réponse de le 13/11/2017 à 22:18 :
@ASOM
Sauf que la démocratie a été confisquée... par les Banques (leur pouvoir) et par Bruxelles (soumises à toutes les pressions et lobbying divers). Je comprends les Catalans, et ce que je viens d'énoncer ajoute à la défiance des Catalans vis-à-vis de Madrid, leur volonté de retrouver leur liberté et de s'autodéterminer.
a écrit le 12/11/2017 à 20:02 :
Déménager un siège est tout à fait différent de déménager l'entreprise. Cela ne se fait pas en un claquement de doigts.....Ne pas tout mélanger.
Réponse de le 13/11/2017 à 10:30 :
Non c'est uniquement les impôts qui seront perdu pour la Catalogne. C'est sur le siège que remonte tous les résultats des filiales.
Réponse de le 13/11/2017 à 10:39 :
déménager le siège, c'est déménager le lieu où l'on paie ses impôts ...
a écrit le 12/11/2017 à 16:51 :
Pour que vos lecteurs évaluent correctement la portée du discours, vous devriez préciser que les 2400 entreprises annoncées pas Rajoy, ne représentent en fait que 0,32% du nombre des entreprises enregistrées en Catalogne.
L'incidence économique est totalement nulle.
C'est plutôt l'annonce par Rajoy de modifier à la baisse les conditions de l'autonomie de la région qui inquiète les Catalans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :