Réfugiés : accord scellé entre l'Europe et la Turquie

 |   |  312  mots
Ce sommet ne nous amènera pas à oublier les divergences qui subsistent encore avec la Turquie sur les droits de l'homme ou la liberté de la presse, nous y reviendrons, a prévenu Jean-Claude Juncker.
Ce sommet "ne nous amènera pas à oublier les divergences qui subsistent encore avec la Turquie sur les droits de l'homme ou la liberté de la presse, nous y reviendrons", a prévenu Jean-Claude Juncker. (Crédits : Reuters)
Les dirigeants européens et Ankara se sont entendus dimanche sur un fonds de trois milliards d'euros pour aider la Turquie à accueillir des réfugiés syriens. Le plan d'action commun prévoit également de redynamiser les négociations en vue d'une adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

"Nous allons augmenter notre aide aux réfugiés syriens en Turquie grâce à un nouveau fonds de 3 milliards d'euros", a expliqué Donald Tusk, suite au sommet inédit entre la Turquie et les 28 chefs d'Etats ou de gouvernement européens à Bruxelles.

Les dirigeants européens et la Turquie se sont en effet mis d'accord dimanche 29 novembre sur un soutien financier pour aider la Turquie à accueillir des réfugiés syriens, a indiqué le président du Conseil européen.

Les deux parties ont également décidé d'activer un "plan d'action commun" pour endiguer l'afflux de réfugiés, et de "redynamiser" les négociations en vue d'une adhésion de la Turquie à l'Union européenne, ont déclaré les dirigeants de l'UE et le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu lors d'une conférence de presse.

"Rétablissement rapide de l'ordre à notre frontière partagée"

Le plan d'action commun "activé" dimanche avec la Turquie "met en place un plan clair pour un rétablissement rapide de l'ordre à notre frontière partagée", s'est félicité M. Tusk, tout en assurant que l'UE "n'attendait de personne de garder ses frontières" à sa place.

En contrepartie, "le processus d'adhésion (de la Turquie) doit être redynamisé", a-t-il ajouté, confirmant que le chapitre 17 des négociations d'adhésion (politiques économiques et monétaires) allait être ouvert.

Ce sommet "ne nous amènera pas à oublier les divergences qui subsistent"

Ce sommet "ne nous amènera pas à oublier les divergences qui subsistent encore avec la Turquie sur les droits de l'homme ou la liberté de la presse, nous y reviendrons", a prévenu M. Juncker.

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a lui salué "un jour historique". "Je suis heureux de voir que tous mes collègues en Europe sont d'accord sur le fait que la Turquie et l'UE ont le même destin."

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2016 à 6:52 :
Bonjour ,

De ce que j'ai lu , côté européen l'accord c'est l'acceptation de recevoir autant de migrants qu'on en refoule , c'est 3 milliards de plus que les 3 milliards prévus initialement . C'est la libre circulation (sans visa) des turcs en Europe dès juin 2016 et c'est aussi premiers pas vers l'intégration de la Turquie à l'Europe!!!
Je ne vois pas en quoi on résout le problème du contrôle des migrants et des flux migratoires (qui le fait et comment? Les mafias turques? A l'heure actuelle ça foire un max ).
Qui demande aux peuples européens leurs avis pour une aussi grave décision qui met directement en péril d'implosion l'Europe. Madame Merkel et ses valets décident pour des millions d'européens sans se soucier plus que ça des conséquences du moment que l'Allemagne (qui fait de plus en plus cavalier seul) se dépatouille d'une situation qu'elle a initiée. 10 jours c'est vraiment peu pour mesurer les implications d'une telle décision à moins que tout soit décidé d'avance et qu'on mette les peuples , à nouveau les européens devant le fait accompli .
L'Europe est très forte pour décider de règles débiles de notre vie courante mais par contre est incapable de régler les vrais problèmes qui impactent profondément notre avenir. Nul!
a écrit le 07/12/2015 à 10:50 :
LES TURQUES ONT VOCATION A RENTER DAN L UNION EUROPEENE? ET LE PESIDENT ACTUEL SERAS UN JOUR CHANGE CAR LA TURQUIE ET UN PAYS DEMOGRATIQUE PRENEZ L EXENPLE DE L IRAN QUI A CHANGE ET EVOLUEZ DEPUIS LA VENUE DE L ATAYTOLA ? DONC ENCORE UNE FOIS LAISSON DU TEMPT AUX TEMPT? CAR CES PAYS POUR COMMERCE ON BESOIN DES PAYS RICHE ET CIVILISE???
a écrit le 01/12/2015 à 14:42 :
Il est possible de biaiser ou de contourner les droits de l’homme cela arrive même dans nos démocraties ; Là, de museler la presse d’opposition par des procès à répétition avec des mobiles préfabriqués…Mais il est une chose qui est non négociable dans la construction européenne et inscrite dans la charte des droits fondamentaux de l’UE, c’est l’égalité entre hommes et femmes ( Ch 3 – art 23) Quand le président islamo-conservateur Erdogan affirme que "l'islam a défini une place pour les femmes dans la société : la maternité". Et sur sa lancée assure que les deux sexes ne pouvaient pas être traités de la même façon "parce que c'est contre la nature humaine". "Leur caractère, leurs habitudes et leur physique sont différents …. Vous ne pouvez pas mettre sur un même pied une femme qui allaite son enfant et un homme". "Vous ne pouvez pas demander à une femme de faire tous les types de travaux qu'un homme fait, comme c'était le cas dans les régimes communistes", "vous ne pouvez pas leur demander de sortir et de creuser le sol, c'est contraire à leur nature délicate". Les associations de défense des femmes dénoncent systématiquement les sorties jugées sexistes du gouvernement, qu'elles accusent d'encourager les violences conjugales. Selon elles, plus de 200 femmes ont été tuées en Turquie par leur mari ou leur compagnon depuis le début de l'année Cet homme qui ne fait aucune différence entre les terroristes et les féministes : Il a ostracisé les femmes créant par la même une incitation à la haine. Nous ne sommes pas simplement sur une de dérive autoritaire contre ses opposants mais bien la volonté islamiser la société turque, notamment en limitant les droits des femmes, va-t-on permettre à notre tour de faire des Turques des européennes de seconde zone ???
a écrit le 30/11/2015 à 14:12 :
Dans un pays soi disant démocratique, il n'est pas besoin de verser de
l'argent pour qu'il devienne charitable. Belle conception de
l'esprit de l'UE où tout s'achète et tout se vend ! Rien que le mot
négociation (négoce) fait que l'humain devient une marchandise !
Celui qui accepte ce négoce comme celui qui l'encourage, montre
le mépris qu'il a de notre condition humaine. Eh, bien, il est loin, le
temps des cerises....restons les témoins d'un XXIème siècle
où l'amour est étouffé et ne sera pas sponsorisé de si tôt.
a écrit le 30/11/2015 à 14:11 :
Dans un pays soi disant démocratique, il n'est pas besoin de verser de
l'argent pour qu'il devienne charitable. Belle conception de
l'esprit de l'UE où tout s'achète et tout se vend ! Rien que le mot
négociation (négoce) fait que l'humain devient une marchandise !
Celui qui accepte ce négoce comme celui qui l'encourage, montre
le mépris qu'il a de notre condition humaine. Eh, bien, il est loin, le
temps des cerises....restons les témoins d'un XXIème siècle
où l'amour est étouffé et ne sera pas sponsorisé de si tôt.
a écrit le 30/11/2015 à 12:35 :
Cet argent, le nôtre, aurait dû aider les grecs, pas les Turcs ! Pour moi cette UE c'est fini. Je ne veux plus voir ces technocrates qui prennent des décisions contre nos intérêts vitaux.
J'étais partisan du projet d'UE limitée basée sur le duo France et Allemagne, avec seulement les pays autour. Surtout pas de GB ni de Pologne évidemment. Je ne peux que constater que les énarques ont en plusieurs étapes refusé ce que voulaient les citoyens (Giscard entraine la France dans l'OTAN, Chirac supprime le service militaire mais ouvre les frontières, Hollande supprime toute indépendance vis à vis des USA et nous entraine dans des guerres invraisemblables).
C'est tout l'inverse d'une démocratie, la domination d'une toute petite minorité très riche sur le pays, la course en avant pour supprimer la Nation de façon insidieuse (l'anglais occupe les médias comme les troupes anglo-saxonnes occupent l'UE), on laisse faire l'Allemagne qui récupère l'UE à son compte.
La France doit sortir de ce piège, trouver une nouvelle voie. Une UE très réduite avec les pays autour d'elle ? Avec ou sans l'Allemagne ? Mais pour cela il faut changer tous les politiques actuels qui parasitent, avoir des élus qui viennent de la société civile, des gens qui travaillent et qui ont de vraies compétences.
Réponse de le 30/11/2015 à 13:23 :
Approbation en totalité.
Enfant (45ans) et soutien du processus d'intégration européen, je l'ai abandonné totalement aujourd'hui pour les raisons évoquées ci-dessus.
L'Europe n'apporte rien a la France, elle lui nuit.
a écrit le 30/11/2015 à 10:05 :
Et si, comme c'était prévu, on faisait un référendum pour chacun des pays entrés dans l'ue après Maastricht ?
a écrit le 30/11/2015 à 9:27 :
Tous les experts nous indiquent que la Turquie "joue" un jeu dangereux avec DAECH, et nous leur donnons une prime de 3 milliards.
a écrit le 30/11/2015 à 9:14 :
L'Europe paie pour que les camps de réfugiés ne soient pas à l'Ouest. Et l'Ouest dans son ensemble peut ainsi échapper à ses responsabilités : qui a semé le désordre au Moyen-Orient ?
a écrit le 30/11/2015 à 7:53 :
Ce fait junker a signé les 3 millards a la Turquie les européenne nous sommes soumis Ala osmotique de Merkel et junker ve de l'argent de états d Europe la porte et ouverte au danger Schengen je suis français plus européen
a écrit le 30/11/2015 à 7:47 :
L'Europe des Parrains...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :