Réfugiés : accord scellé entre l'Europe et la Turquie

Les dirigeants européens et Ankara se sont entendus dimanche sur un fonds de trois milliards d'euros pour aider la Turquie à accueillir des réfugiés syriens. Le plan d'action commun prévoit également de redynamiser les négociations en vue d'une adhésion de la Turquie à l'Union européenne.
Ce sommet ne nous amènera pas à oublier les divergences qui subsistent encore avec la Turquie sur les droits de l'homme ou la liberté de la presse, nous y reviendrons, a prévenu Jean-Claude Juncker.
Ce sommet "ne nous amènera pas à oublier les divergences qui subsistent encore avec la Turquie sur les droits de l'homme ou la liberté de la presse, nous y reviendrons", a prévenu Jean-Claude Juncker. (Crédits : Reuters)

"Nous allons augmenter notre aide aux réfugiés syriens en Turquie grâce à un nouveau fonds de 3 milliards d'euros", a expliqué Donald Tusk, suite au sommet inédit entre la Turquie et les 28 chefs d'Etats ou de gouvernement européens à Bruxelles.

Les dirigeants européens et la Turquie se sont en effet mis d'accord dimanche 29 novembre sur un soutien financier pour aider la Turquie à accueillir des réfugiés syriens, a indiqué le président du Conseil européen.

Les deux parties ont également décidé d'activer un "plan d'action commun" pour endiguer l'afflux de réfugiés, et de "redynamiser" les négociations en vue d'une adhésion de la Turquie à l'Union européenne, ont déclaré les dirigeants de l'UE et le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu lors d'une conférence de presse.

"Rétablissement rapide de l'ordre à notre frontière partagée"

Le plan d'action commun "activé" dimanche avec la Turquie "met en place un plan clair pour un rétablissement rapide de l'ordre à notre frontière partagée", s'est félicité M. Tusk, tout en assurant que l'UE "n'attendait de personne de garder ses frontières" à sa place.

En contrepartie, "le processus d'adhésion (de la Turquie) doit être redynamisé", a-t-il ajouté, confirmant que le chapitre 17 des négociations d'adhésion (politiques économiques et monétaires) allait être ouvert.

Ce sommet "ne nous amènera pas à oublier les divergences qui subsistent"

Ce sommet "ne nous amènera pas à oublier les divergences qui subsistent encore avec la Turquie sur les droits de l'homme ou la liberté de la presse, nous y reviendrons", a prévenu M. Juncker.

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a lui salué "un jour historique". "Je suis heureux de voir que tous mes collègues en Europe sont d'accord sur le fait que la Turquie et l'UE ont le même destin."

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 10/03/2016 à 6:52
Signaler
Bonjour , De ce que j'ai lu , côté européen l'accord c'est l'acceptation de recevoir autant de migrants qu'on en refoule , c'est 3 milliards de plus que les 3 milliards prévus initialement . C'est la libre circulation (sans visa) des turc...

à écrit le 07/12/2015 à 10:50
Signaler
LES TURQUES ONT VOCATION A RENTER DAN L UNION EUROPEENE? ET LE PESIDENT ACTUEL SERAS UN JOUR CHANGE CAR LA TURQUIE ET UN PAYS DEMOGRATIQUE PRENEZ L EXENPLE DE L IRAN QUI A CHANGE ET EVOLUEZ DEPUIS LA VENUE DE L ATAYTOLA ? DONC ENCORE UNE FOIS LAISSON...

à écrit le 01/12/2015 à 14:42
Signaler
Il est possible de biaiser ou de contourner les droits de l’homme cela arrive même dans nos démocraties ; Là, de museler la presse d’opposition par des procès à répétition avec des mobiles préfabriqués…Mais il est une chose qui est non négociable dan...

à écrit le 30/11/2015 à 14:12
Signaler
Dans un pays soi disant démocratique, il n'est pas besoin de verser de l'argent pour qu'il devienne charitable. Belle conception de l'esprit de l'UE où tout s'achète et tout se vend ! Rien que le mot négociation (négoce) fait que l'humain devient ...

à écrit le 30/11/2015 à 14:11
Signaler
Dans un pays soi disant démocratique, il n'est pas besoin de verser de l'argent pour qu'il devienne charitable. Belle conception de l'esprit de l'UE où tout s'achète et tout se vend ! Rien que le mot négociation (négoce) fait que l'humain devient ...

à écrit le 30/11/2015 à 12:35
Signaler
Cet argent, le nôtre, aurait dû aider les grecs, pas les Turcs ! Pour moi cette UE c'est fini. Je ne veux plus voir ces technocrates qui prennent des décisions contre nos intérêts vitaux. J'étais partisan du projet d'UE limitée basée sur le duo Fra...

le 30/11/2015 à 13:23
Signaler
Approbation en totalité. Enfant (45ans) et soutien du processus d'intégration européen, je l'ai abandonné totalement aujourd'hui pour les raisons évoquées ci-dessus. L'Europe n'apporte rien a la France, elle lui nuit.

à écrit le 30/11/2015 à 10:05
Signaler
Et si, comme c'était prévu, on faisait un référendum pour chacun des pays entrés dans l'ue après Maastricht ?

à écrit le 30/11/2015 à 9:27
Signaler
Tous les experts nous indiquent que la Turquie "joue" un jeu dangereux avec DAECH, et nous leur donnons une prime de 3 milliards.

à écrit le 30/11/2015 à 9:14
Signaler
L'Europe paie pour que les camps de réfugiés ne soient pas à l'Ouest. Et l'Ouest dans son ensemble peut ainsi échapper à ses responsabilités : qui a semé le désordre au Moyen-Orient ?

à écrit le 30/11/2015 à 7:53
Signaler
Ce fait junker a signé les 3 millards a la Turquie les européenne nous sommes soumis Ala osmotique de Merkel et junker ve de l'argent de états d Europe la porte et ouverte au danger Schengen je suis français plus européen

à écrit le 30/11/2015 à 7:47
Signaler
L'Europe des Parrains...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.