Royaume-Uni : les pro-Brexit très légèrement en tête dans les sondages

 |   |  267  mots
Selon la moyenne des six dernières enquêtes, 51% des Britanniques voteraient pour un Brexit.
Selon la moyenne des six dernières enquêtes, 51% des Britanniques voteraient pour un Brexit. (Crédits : © Phil Noble / Reuters)
La moyenne des six derniers sondages donne l'avantage (51%) au camp des Britanniques souhaitant sortir de l'Union européenne. Un mois plus tôt, le camp des anti-Brexit connaissait pourtant une poussée nette.

Une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne semble inquiéter de moins en moins de Britanniques. Pour la première fois depuis près d'un mois, une majorité d'entre eux (51%) est favorable à une sortie de l'Union européenne, selon une moyenne de sondages publiée lundi 6 juin par le site WhatUKThinks à moins de trois semaines du référendum du 23 juin.

Ce chiffre, qui ne tient pas compte des indécis, compile une série de six enquêtes d'opinion réalisées entre le 27 mai et le 5 juin. La précédente moyenne des sondages calculée par WhatUKThinks donnait les deux camps au coude à coude, à 50%.

La livre sterling en baisse

Suite à cette annonce, la livre britannique tombait à son plus bas niveau depuis le 15 mai.  A 14h25 (heure française) elle baissait de 0,79% à 1,4404 dollar.

"Les sondages continuent d'être un moteur pour la monnaie qui fait face ce mois-ci à un haut niveau d'incertitude", notait l'analyste Ana Thaker, de PhillipCapital UK, prédisant des fluctuations encore "plus prononcées" à l'approche du référendum du 23 juin.

Plus de 58% des Britanniques ne craignent pas d'effets sur leur situation financière

Début mai, le camp du maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne avait connu une nette poussée, mais désormais l'aspect apocalyptique du discours des partisans de l'UE, notamment dans les milieux économiques et chez les Conservateurs, pourrait jouer en faveur du Brexit.

Un sondage Ipsos Mori montre en effet que 58% des sondés estiment qu'un Brexit n'affecterait pas leur situation financière personnelle, tandis que 11% jugent qu'ils s'en sortiraient mieux.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2016 à 10:18 :
Le Brexit ! Une bonne occasion pour une France industrielle notamment dans le nord !
a écrit le 07/06/2016 à 10:16 :
Vive le Brexit vive l'Europe (Suisse) confédérale a 6 + Espagne et Portugal !
a écrit le 06/06/2016 à 19:09 :
Dernier danger pour le Brexit : tous ceux qui ont programmé des logiciels complexes savent très bien qu'avec quelques lignes de programme cachées en leur coeur on peut changer complètement la nature d'un résultat. Le plus gros danger qui planne à présent sur le Brexit se trouve à l'intérieur du logiciel qui va gérer les votes par correspondance. Par principe même le fait d'utiliser un logiciel pour comptabiliser des votes est un aveux de contrôle et manipulation des résultats, c'est une vérité incontournable. Par exemple, dans un autre domaine, celui des patentes et brevets, les offices des brevets ne considèrent jamais un document informatique comme une preuve, simplement jamais. Seul les documents papiers sont pris en compte pour valider l'antériorité de la découverte d'un procédé et donc l'octroie d'une patente. Alors, on peut se demander pourquoi le monde capitaliste qui emploie un standard ultime de validation dans le monde du brevet ne l'applique-t-il pas au vote... comme c'est étrange ..
a écrit le 06/06/2016 à 18:45 :
Bonne nouvelle pour le projet européen. Ce vote fermera une parenthèse ouverte en 1973/1974. Loin de couler le projet européen, les européens pourront enfin se pencher sur leur Union au lieu de toujours se demander que faire des britanniques....
a écrit le 06/06/2016 à 16:14 :
Après l'immense propagande au frais des contribuables pour le No Brexit, la manipulation faites auprès des votes par correspondance et maison de retraite; Ce serai une immense Victoire si le Brexit passé a quelque voix!
a écrit le 06/06/2016 à 15:07 :
Ils sont fous !!!

Alors qu'ils font partie des gagnants de l'UE (pas d'euro, pas de Schengen et tourisme sanitaire gratuit sur le continent) avec d'autres pays pour d'autres raisons:
- comme l'Allemagne (laminage de la concurrence européenne grace à l'UE),
- les pays de l'Est (zéro déficit, zéro protection sociale)
Réponse de le 06/06/2016 à 19:13 :
Ils ne sont pas fous, bien au contraire ! Ils ont compris simplement qu'il y a une vie économique avec de la croissance, qui plus est, en dehors d'une union même pour les plus petits pays (Norvège, Suisse, Islande...).

Et l'Allemagne lamine en premier lieu, grâce à l'Euro-mark sous évalué pour elle, sinon, elle vendrait difficilement à l'export et surtout à ses voisins de l'UE.

Et les pays de l'Est bénéficient pour l'instant des subsides de l'EU et quand ce ne sera plus le cas, ils rejoindront le cercle des pays perdus de la zone euro, zone qui connait la plus faible croissance de tous les pays occidentaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :