Selon Varoufakis, la BCE asphyxie la Grèce pour la contraindre à un accord

Le ministre grec des Finances estime que la Banque centrale européenne mène une politique extrêmement contraignante pour son pays face aux exigences de ses créanciers. Il juge par ailleurs que l'Allemagne ne lui a jamais accordé sa confiance.
Yanis Varoufakis accuse la BCE d'asphyxier la Grèce.
Yanis Varoufakis accuse la BCE d'asphyxier la Grèce. (Crédits : Reuters)

Publié le 12/03/2015 à 07:42. Mis à jour le 12/03/2015 à 15:01.

La Banque centrale européenne (BCE) mène une politique "asphyxiante" à l'égard de la Grèce dans le but de contraindre son gouvernement et ses créanciers à parvenir à un accord sur sa dette, a déclaré jeudi le ministre grec des Finances.

"De mon point de vue, la BCE mène une politique qui peut être considérée comme asphyxiante à l'égard de notre gouvernement", a dit Yanis Varoufakis à l'antenne de la chaîne de télévision grecque Mega TV.

La BCE a refusé à la Grèce de relever le plafond de ses émissions de dette à court terme pour couvrir ses besoins de financement, alors que le versement de l'aide internationale est suspendu dans l'attente d'un accord entre le gouvernement grec et ses partenaires de la zone euro.

Relation toujours tendue avec l'Allemagne

Aux yeux de Yanis Varoufakis, la position de la BCE vise aussi à inciter les autres pays européens et le Fonds monétaire international (FMI) à conclure un accord avec le gouvernement grec.

Interrogé au sujet de sa relation avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble, le ministre grec des Finances a répondu: "M. Schäuble m'a dit que j'avais perdu la confiance du gouvernement allemand, je lui ai dit que je ne l'avais jamais eue."

Lire aussi: Pourquoi Alexis Tsipras insiste sur la question des réparations allemandes

L'Allemagne pèse de tout son poids au sein de l'Eurogroupe pour que la Grèce respecte les engagements pris par ses précédents gouvernements en matière de réformes économiques afin de pouvoir continuer à bénéficier d'une aide internationale.

Le "point de vue du peuple grec"

Yanis Varoufakis pense que sa présence lors des réunions de l'Eurogroupe irrite nombre de ses pairs qui étaient, selon lui, habitués à traiter avec un gouvernement grec plus docile.

"Tout à coup, ils ont réalisé que le ministre grec des Finances serait un problème pour eux, dans la mesure où il revendique le droit de faire entendre le point de vue du peuple grec", a dit Yanis Varoufakis, en jugeant que ses homologues devaient réapprendre à faire de la politique au sein de l'Eurogroupe.

"La dépolitisation de la politique économique au sein de l'Eurogroupe a conduit l'Europe à la déflation, avec des peuples proclamant dans les sondages de l'Eurobaromètre qu'ils n'ont pas confiance dans les institutions de l'Union européenne", a-t-il ajouté.

La BCE relève légèrement le plafond du financement d'urgence des banques grecques

Par ailleurs, jeudi 12 mars, la Banque centrale européenne a décidé jeudi de relever de 600 millions d'euros le plafond de son financement d'urgence (ELA) des banques grecques, a-t-on appris de source bancaire grecque.

Cela amènerait ce plafond à 69,4 milliards d'euros, selon les calculs de l'AFP. La BCE étudiera jeudi prochain si elle doit de nouveau modifier le plafond de ce mécanisme qui a pris le relais du financement des banques en Grèce après la suppression d'un régime de faveur dont elles bénéficiaient pour obtenir des liquidités auprès de l'institution francfortoise.

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 13/03/2015 à 18:09
Signaler
Mais ce serait une bonne chose qu'un accord soit conclu entre la Grèce et ses créanciers ! Ce Varoufakis enfonce une porte ouverte. La Grèce ne peut pas continuer à réclamer de nouveaux prêts en refusant en même temps tout accord sur ses dettes passé...

à écrit le 12/03/2015 à 20:55
Signaler
Bonsoir, Imposons à ce brillant économiste et ministre des finances de mettre en place l'administration des impôts directs et indirects. Aucun Grec ne règle à ce jour le moindre impôt. De s'assurer que l'argent gonfle les caisses de l'état... S...

le 12/03/2015 à 23:24
Signaler
Vous avez l'air très passionné par la littérature. Par contre concernant la Grèce, vous êtes bien moins informé. Je vie à Athènes et je paye des impôts ainsi qu'une tva de 23% sur mes achats. Il y a une élite en Grèce qui la paye pas comme les armate...

le 12/03/2015 à 23:25
Signaler
Vous avez l'air très passionné par la littérature. Par contre concernant la Grèce, vous êtes bien moins informé. Je vie à Athènes et je paye des impôts ainsi qu'une tva de 23% sur mes achats. Il y a une élite en Grèce qui la paye pas comme les armate...

le 12/03/2015 à 23:27
Signaler
Vous avez l'air très passionné par la littérature. Par contre concernant la Grèce, vous êtes bien moins informé. Je vie à Athènes et je paye des impôts ainsi qu'une tva de 23% sur mes achats. Il y a une élite en Grèce qui la paye pas comme les armate...

le 13/03/2015 à 18:59
Signaler
@Et moi, je vous suggère de lire " La cigale et la fourmi " du fabuliste Grec, Esope. L'original est toujours plus intéressant que la copie.

le 21/03/2015 à 13:07
Signaler
Votre argument présente une lacune : ce sont essentiellement les classes influentes grecques qui ont triché avec le fisc. Mais dans la logique ultra libérale cet aspect ne peut etre retenu; comme c'est confortable d'avoir un prêt-à-penser idéologique...

le 26/03/2015 à 23:27
Signaler
pour Anna et Ohara - vous êtes vraiment sidérant !!!! je parie que lors de l'occupation vos parents léchaient les bottes de nazis !!!! allez ne Grèce et vous verrez de vous même qui travaille et qui travaille pas ! raconter des âneries est donné à to...

à écrit le 12/03/2015 à 17:20
Signaler
Varoufakis est plus malin qu'on le croit, il a bourlingué, il parle bien anglais , il connait les USA, il a été prof encore il n'y a pas longtemps, il connait son sujet . Il est sûrement moins âne que les pontes et ministres de Bercy, il nous donne u...

à écrit le 12/03/2015 à 17:05
Signaler
En réalité il faudrait d'abord que la Grèce revoit sa politique non conventionnelle et mettre en oeuvre une politique de relance budgétaire et de consolidation budgétaire avant de faire recours aux mesures entreprises par la BCE.....

à écrit le 12/03/2015 à 15:53
Signaler
Enfin un homme politique qui affiche sa volonté, et cesse de dire oui à tout et à n'importe quoi. La vérité, c'est que les institutions européennes ne se préoccupe pas des peuples européens, mais seulement du petit bien être de leur différents o...

le 14/03/2015 à 18:45
Signaler
Bonjour. Pourquoi pas les syndicats ? ils ne sont pas responsables de la situation tout de même. Le peuple Grec non plus d'ailleurs non ? ils a voté en connaissance de cause par rapport à cela. il faut faire quoi d’après vous pour réformer la France...

à écrit le 12/03/2015 à 15:02
Signaler
On obtient pas de bonnes conditions de remboursement, cravate ou non, en insultant ses créanciers, Madame Le Pen prenez acte, et Monsieur le Président il devient urgent de s'occuper de notre dette et des réforme que votre trouille repousse tous les j...

le 12/03/2015 à 17:16
Signaler
Haggis vous avez parfaitement raison; il faut que la France pense a sa propre dette puisqu'elle est la seconde qui est frapper par l'effet boule de neige après la Grèce dans la zone euro malgré sa politique de la protection sociale la croissance n'at...

le 20/03/2015 à 10:28
Signaler
la France n'aurai t elle pas un peu moins de dettes si elle ne s'endettait pour prêter de l'argent aux grecs et autres personnes....

à écrit le 12/03/2015 à 13:57
Signaler
Merci pour vos articles La désinformation sur la situation en Grèce est asphyxiante. Comment ne pas voir les motivations politiques des gouvernements européens qui craignent les effets de contagion pour les élections dans les autres pays d'Europe,en...

le 14/03/2015 à 18:53
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous, les Grecs ont fait un choix qui est le leur, et est respectable. Il est grand temps que les gens se réveillent, et la hantise des élites politiques de Bruxelles et de Berlin, y compris de Paris, est bien réelle. França...

à écrit le 12/03/2015 à 13:39
Signaler
Bof.... l'endetté qui se plaint du prêteur de dernier recours qui a le malheur de demander des garanties de réformes à l'endetté ... s'il n'est pas content, il n'a qu'à faire appel au marché ou frapper sa monnaie... personne n'en voudra et ça ne ...

le 12/03/2015 à 16:26
Signaler
L'économie et la morale sont des choses bien distinctes. Savez vous que l'Allemagne est endettée de plus de 2000 milliards ? L'emprunteur a toujours le pouvoir de faire défaut et si l'Europe ne respecte pas un peu plus le peuple grec et que Syriza va...

le 15/03/2015 à 17:03
Signaler
@matt, et bien si la Grèce sort de l'Euro, il ne se passera juste RIEN, en tout cas pour les autres. Elle créera la Drachme pour payer ses fonctionnaires, verra sa monnaie dévaluée en quelques jours, aura une hyper inflation qui appauvrira tous les G...

à écrit le 12/03/2015 à 12:13
Signaler
je dépense, les autres payent, non ça ne marche pas , pas plus pour Hollande que pour la Grèce.

à écrit le 12/03/2015 à 11:35
Signaler
"Yanis Varoufakis pense que sa présence lors des réunions de l'Eurogroupe irrite nombre de ses pairs qui étaient, selon lui, habitués à traiter avec un gouvernement grec plus docile." Si un petit pays comme la Grèce (qui représente 2% du PIB europ...

à écrit le 12/03/2015 à 10:39
Signaler
On n'a pas de leçons à leur donner ! Déjà avec plus de 2000 milliards de dettes, on est à 95 % du PIB, mais comme on a plus de 2000 milliards hors bilan (retraite des fonctionnaires, prestations sociales, garantie de l'épargne,...) on arrive à 4000...

à écrit le 12/03/2015 à 10:12
Signaler
Il a tout à fait raison. Syriza propose des réformes raisonnables et de bon sens qui devraient normalement avoir l'assentiment de tout le monde mais c'est sans compter avec les institutions européennes qui sont dans l'idéologie et le dogmatisme et ma...

à écrit le 12/03/2015 à 9:52
Signaler
Comment peut on encore faire confiance dans l'euro, qui n'est qu'un "moyen" économique mit sur un piédestal comme s'il s’agissait d'un "but"

le 12/03/2015 à 10:42
Signaler
@bath , Enfin ...., vous ne pouvez pas les priver de paraître vainqueurs avec l'argent des autres ...sinon le socialisme n'a plus de sens...!

à écrit le 12/03/2015 à 9:45
Signaler
Faire confiance aux Grecs? Pourquoi pas leur donner de l'argent temps qu'on y est?

à écrit le 12/03/2015 à 8:45
Signaler
Ex prof, Varou vit trop dans ses théories et ne veut pas avoir à faire avec les pénibles détails de la réalité. Aussi peu qu'il était capable de présenter un plan financier bien calculé pour ses réformes, aussi peu il comprend que la BCE, comme tout ...

le 12/03/2015 à 13:28
Signaler
Bien au contraire, Varoufakis survole le débat. Combien de spécialistes a il en face de lui ? Et combien parmi eux de condamnation judiciaires. Comptez, et vous ne reviendrez surement pas écrire vos aneries !

le 13/03/2015 à 0:24
Signaler
à Fx: votre reproche d'anerie est un argument tellement fort que j'en reste bouche bée.

à écrit le 12/03/2015 à 7:59
Signaler
Le cirque continue! Mais lorsque les actes parleront, les Grecs constaterons bien qu'ils se font enfumer et là, ce monsieur ne pavoisera plus.

le 12/03/2015 à 9:38
Signaler
Populiste comme il est, il clamera au complot germano-capitaliste ! Et toute la gauche française hurlera avec lui...

le 12/03/2015 à 13:29
Signaler
Vous n'avez pas compris que Varoufakis defend les grecs, qui sont la Grece. Le jour ou Varoufakis ne pourra plus rien pour eux, c'est vous qui pleurerez face a la déferlante neo nazi, qui sera certainement moins conciliante !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.