Zone euro : Christine Lagarde (BCE) refuse de parler de "stagflation"

« La situation actuelle ne peut être comparée à celle des années 1970 », a déclaré la présidente du directoire de la Banque centrale européenne. A la différence de Christine Lagarde, l'économie européenne « stagne de facto », a, en revanche, affirmé un autre membre du directoire de la BCE.

3 mn

(Crédits : YIANNIS KOURTOGLOU)

C'était le 30 mars, près d'un mois après le déclenchement de l'invasion russe en Ukraine. La présidente de la Banque centrale européenne déclarait que « plus la guerre durera[it], les coûts économiques ser[aient] élevés et plus la probabilité de perspectives défavorables sera[it] grande ».

« Avec une réponse politique appropriée, nous pouvons atténuer les conséquences économiques de la guerre et gérer les niveaux élevés d'incertitude auxquels nous sommes confrontés », estimait, en même temps, Christine Lagarde.

Définissant alors la « stagflation » comme « une récession de l'économie sur une base durable et une inflation élevée, qui continue à augmenter », la patronne de la BCE considérait que cette dernière pouvait être évitée.

« La situation actuelle ne peut être comparée à celle des années 1970 »

« Bien que le degré inhabituel d'incertitude puisse signifier un ralentissement combiné de la croissance et une inflation élevée, la situation actuelle ne peut être comparée à celle des années 1970 », a-t-elle réaffirmé, ce 7 mai, au quotidien slovène.

Le scénario de « stagflation » n'est « pas actuellement notre référence » a poursuivi Christine Lagarde. Certes le choc pétrolier avait aussi fait s'effondre l'économie, mais l'inflation était bien plus élevée qu'en ce moment. D'autant qu'à la différence d'il y a cinquante ans, « nous ne voyons pas (...) aujourd'hui » d'augmentation de salaires en réponse à l'inflation.

Cette guerre « est avant tout une tragédie humaine » qui a aussi des « conséquences économiques au-delà de l'Ukraine » : elle « pèse sur la croissance et alimente l'inflation », a insisté l'ancienne ministre de l'Economie de Nicolas Sarkozy.

L'économie européenne « stagne de facto », affirme un autre

Elle ne dit pas non plus si l'institution européenne située à Francfort en Allemagne va relever ses taux directeurs. Et ce même s'il y a une timide croissance de 0,2% au premier trimestre 2022, l'économie européenne « stagne de facto », a affirmé Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, dans une interview au quotidien italien La Stampa le 5 mai dernier.

Ce contexte de croissance molle et de poussée des prix « complique les choix » des gardiens de l'euro, car « un resserrement monétaire visant à contenir l'inflation finirait par freiner une croissance déjà affaiblie », a prévu ce dernier, rangé parmi les "colombes" adeptes d'une politique soutenant l'économie, en opposition aux "faucons" qui sont, eux, favorables à une politique peu accommodante.

Des propos qui tranchent avec ceux plus volontaristes de deux des plus éminents membres du directoire de la Banque centrale européenne, soulignant les divergences d'appréciation en son sein. « Une augmentation des taux est à mon avis possible en juillet », avait soutenu Isabel Schnabel dans une interview au quotidien Handelsblatt publiée le 3 mai.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 10/05/2022 à 10:59
Signaler
A défaut, elle pourrait nous parler des 400 millions d'euros d'argent public dont elle a fait cadeau à son ami Bernard Tapie sans que cela lui interdise de continuer d'avoir une vie politique...

à écrit le 09/05/2022 à 20:47
Signaler
Pas d'inquiétude comme l'inflation, la récession actuelle est transitoire pour les héritiers de Mathusalem...

à écrit le 08/05/2022 à 12:25
Signaler
C'est arrivée à point nommé le covid et la guerre pour nos politiques qui n'arrivent pas depuis 40 ans ,à tenir un budget ! Ces deux événements seront comme le tapis que l'on soulève pour y cacher la misère dans notre cas ce sera l'incompétence et ...

le 08/05/2022 à 21:37
Signaler
Je crains que tu n'ai pas compris la situation... les dettes ne seront jamais payées c'est impossible. Elles vont être " magiquement " effacées. Une dette s'efface magiquement par la destruction massive, soit la guerre ce qui a été la culture depuis ...

à écrit le 08/05/2022 à 11:47
Signaler
«  l croissance recule mais nous avançons.. » pour parodier un sketch bien connu ….

à écrit le 08/05/2022 à 10:47
Signaler
ok ok ' l'inflation est basse et transitoire', ca va on a compris.........ca fait 10 ans qu'ils font n'importe quoi et ils ne savent plus comment s'en sortir

à écrit le 08/05/2022 à 10:29
Signaler
Sur toutes ses photos elle exprime la satisfaction. Et elle peut. Alors que sa carrière publique aurait du s'achever après le scandale des 200 millions d'argent public donne à Bernard Tapie, elle n'a non seulement pas été sanctionnée mais à pu contin...

à écrit le 08/05/2022 à 10:25
Signaler
C'est un déni de démocratie que de donner la parole à cet individu qui a gaspillé 200 millions d'euros de notre argent pour en faire profiter son ami Bernard Tapie !

à écrit le 08/05/2022 à 9:02
Signaler
toujours aussi décalée cette dame L'inflation est en partie sa faute à force de faire marcher la planche à billets( pour faire plaisir à MACRON ) elle a devalue l'EURO ce qui augmente nos achats payés en dollar dont le petrole

à écrit le 08/05/2022 à 8:33
Signaler
Certa1ns disent que p0litiquement il fallait ch0isir une f6mme à ce poste. C'est t0mbé sur elle. Un ch0ix portant sur la c0mpétence aurait été plus judicieux.

à écrit le 08/05/2022 à 8:05
Signaler
Confier la BCE à une politique conduit là où nous sommes, et surtout là où nous serons.; On peut vouloir une BCE « politique », mais si tel est le cas, il convient de l’annoncer très clairement! Les missions de la BCE (contrôle de l’inflation..) ne s...

à écrit le 08/05/2022 à 7:25
Signaler
Mais, c'est la même madame Christine Lagarde, de l'affaire Tapie, qui parle de "stagflation".

à écrit le 08/05/2022 à 6:31
Signaler
Quelle idée d'avoir nommé un français à la tête de la BCE! Sorti du PDG de la BNP, je ne vois guère de prétendant sérieux pour un tel poste, à moins de chercher à l'étranger. Ce qui est moins rassurant, c'est notre parlement qui n'a toujours pas appr...

à écrit le 08/05/2022 à 1:57
Signaler
Bonjour, Je vois que le spectre d'un " fossé stagflationniste" apparaîtra malgré tout puisque : - L'inflation , bien que déclenché par des paramètres exogenes et sensibles issus de la guerre russo- ukrainienne, des conclusions de la mondialisa...

à écrit le 07/05/2022 à 22:19
Signaler
Mme Lagarde fait de la comm, elle est (très grassement) payée pour ça. Un maniement de la langue de bois et du mensonge éhonté pour rassurer le mouton / pigeon de base. Jusqu'au final qui sera l'explosion générale. D'ici quelques mois, voire un an à ...

à écrit le 07/05/2022 à 21:24
Signaler
Pour mémoire, j'encourage tous les lecteurs à retrouver les mêmes propos de madame Lagarde, qui, en 2008, assurait qu'il n'y avait pas de Krach économique ni en vue ni en cours.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.