L'abstention, grande gagnante des élections régionales

Deux Français sur trois n'ont pas jugé opportun de se déplacer pour voter lors des élections régionales. Un désintérêt aux multiples causes qui a redistribué les cartes, en donnant un avantage aux exécutifs sortants qui n'ont pas démérité durant la crise sanitaire, en réduisant le vote pour le RN et en sanctionnant LaRem.
Robert Jules

2 mn

(Crédits : Reuters)

Le premier tour des élections régionales qui s'est tenu dimanche 20 juin a été marqué par un taux d'abstention record, le plus élevé à une élection de la Ve République, hors référendum, que les sondages n'avaient pas prévu. Il s'est établi autour de 68%, du jamais vu depuis les premières élections régionales en 1986. Le précédent record de 50,09% datait du scrutin de 2010.

Il reste encore difficile à expliquer ce phénomène, qui résulte probablement de différentes attitudes : désintérêt massif des 18-24 ans, contexte de sortie de crise sanitaire peu favorable au vote, hyper-nationalisation du scrutin, considéré comme étape intermédiaire avant les présidentielles, manque d'appétence des électeurs et d'une large partie de la presse pour les dossiers de fond, enfin, paradoxalement, une forme de conservatisme pour laisser reconduire l'exécutif sortant, la plupart ayant bien géré la crise sanitaire.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a jugé cette faible participation "particulièrement préoccupante".  "Notre travail collectif doit être tourné vers la mobilisation des Français pour le second tour ", a-t-il écrit sur Twitter.

Mais il est difficilement concevable qu'en à peine quelques jours, la tendance s'inverse fortement, les mêmes causes produisant les mêmes effets, nombre d'électeurs considérant - à tort ou à raison - que l'ensemble de l'offre politique proposée ne leur convient pas.

Ce taux record d'abstention aura aussi déjoué les projections des sondages. Le Rassemblement national qui paraissait en mesure de pouvoir gagner des régions en est loin. Crédité de moins de 20% au niveau national, le parti d'extrême droite est en net recul par rapport à 2015, où il avait recueilli au total 27,7% des suffrages au premier tour.

Preuve de cette contre-performance, la présidente du RN, Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle de 2022, a appelé sur un ton inhabituellement agressif ses électeurs au "sursaut" afin de "redresser ce résultat du premier tour".

Si donc la droite (Les Républicains et divers droite) arrive largement en tête avec 27 à 29% des voix, contre 19% au RN, 16,5% à 17,6% au Parti socialiste, 12,5 à 13,2% à Europe-Ecologie Les Verts. Le grand perdant est le parti présidentiel qui avec 10,9% à 11,2% à La République en marche (LaRem), selon les instituts Elabe et Ipsos-Sopra Steria n'arrive pas vraiment à peser sur ce scrutin, réalisant un score anormalement bas pour un parti au pouvoir. Loin d'avoir réalisé un rapprochement avec LR, comme le prévoyait le Premier ministre avec la fusion des deux listes en Région Sud, laRem est distancée par LR. Et c'est opération ratée qui s'était soldée par la disparition pure et simple de la liste LaRem sonne comme un avertissement pour Emmanuel Macron à moins d'un an de la présidentielle

Robert Jules

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 22/06/2021 à 10:46
Signaler
A 85% les politiques viennent de la fonction publique territoriale si ce n'est des énarques et une minorité de retraités. Quoi de plus normal lorsque l'on fait 32h mensuel de travail par mois et pléthore de congés au-dessus du légal largement le temp...

à écrit le 22/06/2021 à 6:14
Signaler
Cette cinquieme est a bout de souffle, aux dimensions d'un homme d'etat. L'actuel occupant n'est pas a la hauteur. Instituer le vote obligatoire avec proportionnelle et reconnaissance des blancs & abstentions serait une solution pour reconcilier la s...

à écrit le 21/06/2021 à 20:40
Signaler
Pour qu'elle soit gagnante l'abstention, faudrait encore en tenir compte !!!

à écrit le 21/06/2021 à 19:18
Signaler
Quand notre habitation sera redevenu un sanctuaire pour nos proches ,un lieu de protection et pas la cassette privée de ces voleurs qui n'arrêtent pas d'inventer des lois énergétiques pour nous voler . On verra ..

à écrit le 21/06/2021 à 18:01
Signaler
Sous prétexte d'écologie, de protection de l'environnement et autres lubies du moment, les partis et les politiques ne nous promettent que menaces, sanctions et autres interdictions...pas très envie de voter pour ces individus. Et vous ?

le 21/06/2021 à 23:01
Signaler
On peut aller voter quand même mais surtout pas pour ces individus !

à écrit le 21/06/2021 à 17:34
Signaler
Visiblement, les "gilets jaunes" n'ont plus qu'a s'abstenir dans les urnes pour ne pas avoir a descendre dans les rues, pour manifester leur "dégagisme"!

à écrit le 21/06/2021 à 17:29
Signaler
Tous les jeunes que je connais jusqu'à 34 ans ils m'ont dit quoi? Si le vote avait été fait par internet ou smartphone, on aurait voté. Heureusement que le vote à déduire n'éxiste pas, sinon lrem serait passé en négatif, les papys et mamies attaqués...

le 21/06/2021 à 22:58
Signaler
L'argument du smartphone et d'internet est totalement faux. Ils ne votent pas parce que ça ne les intéresse pas tout simplement !

à écrit le 21/06/2021 à 14:30
Signaler
Pourquoi aller voter le gouvernement ou le préfet décident de tout .EX on nous baratine tout les six mois avec le demantelement des camps de migrants de calais alors qu'on ne fait que les repartir dans les departements sans leur avis de meme avec les...

à écrit le 21/06/2021 à 13:03
Signaler
le grand danger c'est le en meme temps la manipulation de l'illusioniste qui veut faire croire que coit qu'il en coute et la reponse a toute contestation et ne comprend toujours pas que les francais desire plus que tout et l'emploi et la securit...

à écrit le 21/06/2021 à 11:57
Signaler
ATTENTION DANGER !!! Les politiques pourraient vouloir en profiter pour instaurer le vote électronique et/ou par Internet pour "contrer" l'abstentionnisme. Le dernier rempart démocratique qu'est le dépouillement disparaîtrait.

le 21/06/2021 à 18:29
Signaler
C'est exactement ce qu'ils veulent. C'est prévu depuis longtemps, et la stratégie pour y arriver est celle qu'on voit l'œuvre depuis maintenant trente ans.

à écrit le 21/06/2021 à 11:37
Signaler
Désolé j'insiste mais en 2005 nos politiciens n'ont pas "jugé opportun" d'écouter l'opinion du peuple français via le référendum du traité constitutionnel européen. L'abstention ce sont nos politiciens qui l'ont fait les premiers. Politiciens partout...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.