Régionales : en Île-de-France, Bayou, Pulvar et Autain font un programme commun

Arrivé troisième derrière la sortante (Libres!) Valérie Pécresse et le candidat du RN Jordan Bardella, l'écologiste Julien Bayou vient de s'allier avec la socialiste Audrey Pulvar et l'insoumise Clémentine Autain. Un compromis a-t-il été trouvé sur la gratuité des transports ? Eléments de réponse.
César Armand

4 mn

De gauche à droite: Audrey Pulvar, Julien Bayou et Clémentine Autain le 21 juin 2021 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).
De gauche à droite: Audrey Pulvar, Julien Bayou et Clémentine Autain le 21 juin 2021 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). (Crédits : Compte Twitter de Julien Bayou)

C'est la question que tout le monde se pose depuis l'annonce des résultats du premier tour des élections régionales en Île-de-France. Arrivé troisième derrière la sortante (Libres!) Valérie Pécresse et le candidat du RN Jordan Bardella, l'écologiste Julien Bayou, désormais allié à la socialiste Audrey Pulvar et à l'insoumise Clémentine Autain, va-t-il reprendre la gratuité des transports en commun à son compte ?

Avant de rallier le chef de file d'EE-LV, l'adjointe d'Anne Hidalgo voulait en effet l'ouvrir à tous les publics d'ici à 2026 de la même manière que la députée (LFI) de Seine-Saint-Denis voulait adopter, dès juillet, la gratuité pour les moins de 25 ans et l'ensemble des bénéficiaires des minima sociaux, voire pour les retraités sous conditions de ressource au cours de la mandature.

Un compromis trouvé sur la gratuité des transports

Résultat: dans le programme commun que La Tribune s'est procuré, Julien Bayou, Audrey Pulvar et Clémentine Autain évoque désormais la gratuité des transports pour les bénéficiaires des minima sociaux, les moins de 18 ans et les 18-25 ans étudiants, demandeurs d'emplois en parcours d'insertion dès le 1er septembre 2021. Autrement dit, un parfait compromis entre les propositions de l'adjointe à la Ville de Paris et la députée du 93. Les autres publics ne sont, en revanche, pas évoqués par le trio.

Dans ce domaine des transports en commun, l'écologiste, la socialiste et l'insoumise se retrouvent sinon sur la priorité aux transports du quotidien, à savoir la modernisation des RER B, C et D, le développement des bus, des horaires de nuit et l'extension des trams et métros, mais aussi sur le plan vélo: RER Vélo + 1.000 kilomètres de pistes, du stationnement sécurisé, des gares 100% cyclables et une offre vélo aux lycéens, ou encore sur l'accessibilité des trains pour les personnes en situation de handicap.

"Stopper" la mise en concurrence

Là où Julien Bayou, Audrey Pulvar et Clémentine Autain détonnent, c'est sur leur opposition unanime à la mise en concurrence, qu'ils veulent "stopper". Après les bus de grande couronne en cette année 2021, les lignes de train Transilien doivent, elles, être libéralisées entre 2023 et 2032. Suivront le Grand Paris Express à partir de 2024, le bus à Paris et en petite couronne en 2025, le RER E entre 2025 et 2039, le tramway RATP en 2030, les RER C et D entre 2033 et 2039 avant le réseau de métro, ainsi que les RER A et B, en 2040.

Outre les transports en commun, le trio met l'accent sur l'écologie et la justice sociale. Le "Green New Deal" de 3 milliards d'euros voulu par l'écologiste est confirmé, de la même manière que la conditionnalité des aides économiques (Bayou) et le soutien massif à l'ESS (Pulvar) avec la création de 30.000 emplois solidaires (Autain) sont réaffirmés.

6 Mds pour les lycées, 1 Md pour le logement social et la rénovation

L'écologiste, la socialiste et l'insoumise défendront en outre les terres agricoles du triangle de Gonesse (Val-d'Oise), de Saclay (Essonne) et de Grignon (Yvelines) et... les animaux de la même façon qu'ils élaboreront une nouvelle stratégie climat pour les filières aéroportuaires et automobiles. A la peine depuis le début de la crise de la Covid-19, ces deux industries sont parmi les plus fortes dans le PIB de l'Île-de-France.

Au volet logement et consommation, Julien Bayou, Audrey Pulvar et Clémentine Autain débloqueront, s'ils sont élus, 6 milliards d'euros pour les lycées ainsi qu'1 milliard d'euros pour le logement social, la rénovation thermique et phonique, tout en soutenant le respect de la loi SRU sur les quotas de logements sociaux dans les communes carencées. De même qu'ils veulent des cantines 100% bio, de proximité et sans plastique, un choix végétarien quotidien et leur gratuité pour les premières tranches du quotient familial.

Financer la formation de nouveaux personnels soignants

Pour la jeunesse, érigée en grande cause régionale par tous les candidats ou presque, le trio adoptera des aides d'urgences pour les étudiants et les plus précaires ou le RSA dès 18 ans. Dans ce domaine, il oublie que cela relève de la loi nationale, sauf si le conseil régional abonde en espèces sonnantes et trébuchantes les conseils départementaux chargés de le distribuer et de le financer.

En matière de santé, l'écologiste, la socialiste et l'insoumise veulent installer des centres et maisons de santé et financer la formation de nouveaux personnels soignants.

Enfin, Julien Bayou, Audrey Pulvar et Clémentine Autain annoncent vouloir soutenir l'économie circulaire pour la réduction des déchets et le réemploi, créer un observatoire régional de  la laïcité ainsi qu'un autre contre les discriminations sexistes, racistes, antisémites ou LGBTIAphobes, ou encore lancer un plan d'urgence pour le secteur culturel et sportif. Reste maintenant à gagner le 27 juin prochain s'ils veulent appliquer leurs propositions.

César Armand

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 22/06/2021 à 18:27
Signaler
Bayou et Pulvar ? C'est Staline et Mao réunis 😁 cool !!

à écrit le 22/06/2021 à 13:59
Signaler
en lisant les commentaires. On sent beaucoup de craintes chez les extrémistes de droite. Non seulement une coalition électorale vert-riose-rouge pourrait renvoyer le FN en fin de classe, mais en plus elle menacerait le petit job et l'ambition immense...

le 22/06/2021 à 20:20
Signaler
Pour info le FN est mort avec le coup de poignard de l'héritière dans le dos de son fondateur. Le RN est le véhicule commercial de l'héritière à la carrière judiciaire professionnelle proche du vide cosmique dont le seul but est d'occuper un po...

à écrit le 22/06/2021 à 13:46
Signaler
Mme Pecresse a un bvd devant elle, ces trois quiches ne representent rien ou pas grand'chose et c'est tant mieux vu l'etat des caisses de l'Ile de France.

à écrit le 22/06/2021 à 12:16
Signaler
Bayou n'est pas écologiste, comme tous les cadres EELV, c'est un zadiste en reconversion qui se sert de l'écologie pour essayer de trouver un revenu ! Quand on n'est pas capable de comprendre qu'il faut des réserves d'eau pour lutter contre les séch...

le 23/06/2021 à 0:31
Signaler
Entièrement d'accord. EELV c'est Macron : Canfin, Pompili, De Rugy et ses homards, etc...

à écrit le 22/06/2021 à 12:15
Signaler
Bayou n'est pas écologiste, comme tous les cadres EELV, c'est un zadiste en reconversion qui se sert de l'écologie pour essayer de trouver un revenu ! Quand on n'est pas capable de comprendre qu'il faut des réserves d'eau pour lutter contre les séch...

à écrit le 22/06/2021 à 11:44
Signaler
Voilà bien une preuve éclatante de l'absence totale de conviction chez ces gamellivores de gôooche, prêts à toutes les compromissions pour tenter de se faire élire. Une magouille qui constitue une incitation à l'abstention. La gauche donne envie de v...

à écrit le 22/06/2021 à 11:43
Signaler
Voilà bien une preuve éclatante de l'absence totale de conviction chez ces gamellivores de gôooche, prêts à toutes les compromissions pour tenter de se faire élire. Une magouille qui constitue une incitation à l'abstention. La gauche donne envie de v...

à écrit le 22/06/2021 à 11:40
Signaler
Ce serait une cata... N'y a-t-il pas une gauche plus raisonnable que ce millefeuille vert et rouge, qui annonce le déclin de la France

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.