Brésil : Thales Alenia et Technip qui rient, SNCF et Alstom qui... patientent

Plus ou moins heureuses, les annonces concernant des contrats et éventuels obtentions d'appels d'offre entre des entreprises françaises et des organisations brésiliennes se multiplient depuis le début de la semaine. Inventaire.

2 mn

Alors que Technip et Thalès remportent de gros contrats au Brésil, la SNCF et Alstom attendent de savoir s'ils remporteront le contrat du TGV local... (c) Reuters
Alors que Technip et Thalès remportent de gros contrats au Brésil, la SNCF et Alstom attendent de savoir s'ils remporteront le contrat du TGV local... (c) Reuters (Crédits : AFP)

Oui, le "Made in France s'exporte... au Brésil par exemple. Pétrole, aérospatial, voire ferroviaire: dans plusieurs domaines l'expertise industrielle française y semble recherchée comme en témoigne cette série d'annonces depuis le début de la semaine. 

  • Huits contrats pour Technip

Lundi, groupe français d'ingénierie pétrolière ouvrait le bal avec l'annonce d'accords avec Petrobras. Une commande qui devrait lui rapporter 1,35 milliard d'euros. 

>> Lire aussi : Technip carbure au pétrole brésilien

  • Thales Alena et Arianespace mettront le Brésil sur orbite

 Ce mardi, Thales Alenia Space (TAS), filiale conjointe de Thales et de Finmeccanica d'une part et la société brésilienne Visiona, elle-même filiale de l'avionneur Embraer et l'opérateur de télécommunications Telebras ont rendu public leur partenariat. "Thales Alenia Space et Arianespace ont été choisis pour, respectivement, fournir le satellite et assurer le lancement", a annoncé la société brésilienne. Montant du contrat: 300 millions d'euros. La coentreprise franco-italienne a remporté l'appel d'offre devant la société américaine Loral et la japonaise Mitshubishi electric. 

Outre l'envoi d'un satellite devant "assurer la souveraineté de ses communications civiles et militaires", comme l'a affirmé le patron de Telebras dans un communiqué, cet accord prévoit un transfert de technologie. TAS doit en effet devenir le premier partenaire du Brésil pour le développement de son programme spatial. 

  • Le TGV brésilien attendra

Enfin, moins chanceux la SNCF et Alstom devront attendre encore au moins un an avant de savoir si elle remportent l'appel d'offre pour construire un train à grande vitesse devant relier Rio de Janeiro à São Paulo. Ce projet à 16 milliards d'euros doit, selon les plans du gouvernement, être concrétisé en 2020.

>> Lire aussi : Le TGV brésilien refait surface: la SNCF et Alstom sur les rangs

Pour toutes ces entreprises, le Brésil - classé parmi les pays émergents - représente un marché de taille, en dépit d'une légère baisse de rythme dans sa croissance. Après une hausse du PIB de 1,9% l'an dernier, les prévisionnistes de la banque HSBC tablent sur une hausse de 2,2% l'an prochain soit 0,8% de moins qu'initialement prévu. 

 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 16/08/2013 à 15:13
Signaler
Il manque un i à Alenia dans le titre et dans un sous titre de l'article

à écrit le 16/08/2013 à 15:03
Signaler
Il manque un i à Alenia dans le titre et dans un sous titre de l'article

à écrit le 14/08/2013 à 12:53
Signaler
Voilà de bonnes nouvelles et soyons optimistes pour lasuite m^me si tous les contrats ne peuvent être gagnés. Nous devons être derrière nos industriels qui à contrario de nos politiciens, du plus haut au plus petit, font moins de discours mais sont d...

à écrit le 13/08/2013 à 17:37
Signaler
Espérons qu'il ne s'agit pas de pilules destinées à balancer d'éventuels marchés perdus comme, outre la grande vitesse ferroviaire, l'aviation de combat brésilienne...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.