Les taxis conserveront bien leur pole position devant les VTC

 |   |  450  mots
Les VTC se sont multipliés dans l'Hexagone dans la foulée d'une loi de 2009 pour la modernisation des services touristiques et de l'essor des smartphones et de la géolocalisation. Avec cette mesure, le gouvernement espère calmer la grogne des taxis (pas concernés par ce décret, y compris les radio-taxis) qui voient d'un mauvais oeil cette nouvelle concurrence qu'ils jugent déloyale.
Les VTC se sont multipliés dans l'Hexagone dans la foulée d'une loi de 2009 pour la modernisation des services touristiques et de l'essor des smartphones et de la géolocalisation. Avec cette mesure, le gouvernement espère calmer la grogne des taxis (pas concernés par ce décret, y compris les radio-taxis) qui voient d'un mauvais oeil cette nouvelle concurrence qu'ils jugent déloyale. (Crédits : Reuters)
Les voitures de tourisme avec chauffeur devront bien respecter à partir du 1er janvier un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge du client, selon un décret paru ce samedi au Journal Officiel. Avec cette mesure, le gouvernement espère calmer la grogne des taxis, qui ne sont pas concernés par ce texte.

C'est confirmé. Les voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) devront bien respecter à partir du 1er janvier un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge du client, selon un décret paru ce samedi au Journal Officiel.

"Ce délai permet de mieux distinguer l'activité de ces véhicules de celle des taxis, seuls habilités à circuler en quête de clients sur la voie publique", fait valoir le décret signé par les ministres Sylvia Pinel (Artisanat, Commerce, Tourisme) et Manuel Valls (Intérieur), malgré des critiques de l'Autorité de la Concurrence la semaine dernière.

Le texte prévoit deux exceptions

Comme annoncé par le gouvernement en octobre, le texte prévoit deux exceptions: "les prestations de transport de VTC réservées par des exploitants d'hôtels 4 et 5 étoiles au départ de leur établissement ou par des organisateurs de salons professionnels lorsqu'il existe un service permanent de prise en charge des véhicules des clientèles concernées".

Avec cette mesure, le gouvernement espère calmer la grogne des taxis

Sans enseigne lumineuse, les VTC peuvent être réservés pour une course mais n'ont en aucun cas le droit de prendre des passagers "à la volée" dans la rue, prérogative qui relève toujours du monopole des taxis.

Les VTC se sont multipliés dans l'Hexagone dans la foulée d'une loi de 2009 pour la modernisation des services touristiques et de l'essor des smartphones et de la géolocalisation. Avec cette mesure, le gouvernement espère calmer la grogne des taxis (pas concernés par ce décret, y compris les radio-taxis) qui voient d'un mauvais oeil cette nouvelle concurrence qu'ils jugent déloyale.

L'Autorité de la Concurrence en désaccord avec le décret

L'Autorité de la Concurrence avait critiqué le décret en préparation, en soulignant notamment que les radio-taxis fonctionnent eux aussi sur réservation. Il y aurait donc selon l'Autorité "distorsion de concurrence ayant des conséquences très négatives sur l'activité économique des sociétés de VTC". Une telle situation serait "défavorable aux consommateurs", soulignait-elle dans son avis du 20 décembre.

Le développement des VTC "est susceptible de rééquilibrer la demande et l'offre de transports particuliers et de permettre une diversification de cette dernière", surtout en région parisienne où il existe une pénurie, soulignait également le gendarme de la concurrence. Des sociétés de VTC ont déjà prévenu qu'elles attaqueraient le décret qui est en revanche défendu par les sociétés de taxis.

A lire aussi :

>> Désormais les taxis ont officiellement 15 minutes d'avance sur les VTC

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2014 à 20:20 :
Les taxis vous proposent parfois des itinéraires, plus courts et plus rapide.
Mais les clients pensent se faire arnaquer, et crie sur les taxis.
Comment être agréable avec des clients désagréable ?
a écrit le 30/12/2013 à 16:57 :
Le taxi a Paris a droit 11h de misère par jour, il fait la queu 45 minutes à la gare du nord, il vous conduit à la gare de l'est pour 6, 60 € dans les 6, 60 l'état a sa part. Renseignez-vous de la vie d'un taxi en France. Les taxis paient l'RSI tous les mois, remplissent la caisse de l'etat, meme pour circuler a paris ils paient journalier leurs places de stationnement ect... les vtc qui racolent 24 sur 24 comme dans un blèd lointain, on se croit pas même pas en Europe. Ils ont rien a payer sauf leur gasoil. Gare du nord hotel Mariott champs Élysées 100 euros en vtc, en taxi 14 euros.
a écrit le 30/12/2013 à 13:42 :
Décret discriminatoire est indigne d'un pays démocratique.
Seul les personnes logeant dans des hôtels 4 étoiles ont la possibilité de faire appel à un vlc en moins de 15 minutes. Une décision nettement discriminatoire puisque seul les personnes avec un revenu suffisant peuvent aller dans ce type d Hotel. Les français sont discriminé en fonction de leur compte en banque et les moins riche ne peuvent faire appel à un vlc si leur trajet doit démarré sous moins de 15 minutes et doivent subir les taxis.
a écrit le 30/12/2013 à 13:08 :
boycot des taxis parisiens
a écrit le 30/12/2013 à 13:08 :
scandaleux ce pays vit dans un autre temps géré par un mou du genoux incompétent
ah bas les privilège : taxis , fonctionnaires , députés , SNCF ....politiques
a écrit le 30/12/2013 à 11:21 :
Honteux, on croit rêver ....à moins à qu'il ne s' agisse d'un cauchemar pour les clients.
a écrit le 30/12/2013 à 10:02 :
La France est au moyen âge ... le prix des taxis est exorbitant en Province ... à Bordeaux, ils ont réussi à faire que le tram ne déserve pas l'aéroport !! où allons-nous dans ce pays fou qui cède aux exigences de cette corporation, et d'autres ????
a écrit le 30/12/2013 à 9:26 :
ce n'est pas une pole-position, c'est un handicap.
ce qui me gêne, c'est ce choix des diplodocus contre l'innovation
a écrit le 30/12/2013 à 1:44 :
Moi je ne prends plus que des vélos taxis type cyclopolitain, cycloville, ecovelo, veloform etc qui ne polluent pas, font aucun bruit, ne coûtent souvent rien ou presque rien, sont hyper efficients sur le plan énergétique (en plus favorables à la balance comerciale) et ne prennent pesque pas de place et j'arrive toujours à l'heure à mes rendez-vous.
a écrit le 29/12/2013 à 20:22 :
Et que dire sur les privilèges relationnels des taxis avec la sécurité sociale concernant le transport des malades? Pour infos le gouvernement a rétropédalé il y a un an pour annuler le droit de la sécurité sociale à faire des appels d'offres pour le transport des malades assis. Résultat nous payons, contribuables que nous sommes, les transports des malades aux prix des courses de taxi normales. Certains des taxis interviewés à l'occasion des opérations escargots avouaient que 90% de leur CA était du transport de malade. Ce ne sont plus des taxis mais des ambulances VSL! Qui parle de concurrence déloyale? Un tiers des fraudes à la SS provient des taxis.
Ne lui en déplaise et quoiqu'il lui en coute, nous attendons d'un gouvernement de gauche qu'il fasse des réformes de gauche et l'abolition des privilèges et l'ouverture à la concurrence en font parties.
Réponse de le 30/12/2013 à 0:07 :
Avant de dire que le contribuable paye la course taxi au prie fort pour la cpam, il serai bien de ce renseigner. Les conventions que les taxis passe avec leurs caisses départemental sont soumise a des remises allant de 5% a 15% par trajets, il ont les même diplôme qu'un chauffeur de vsl mais a la différence le chauffeur de taxi passe un examen national puis départemental pour avoir le droite d exploiter un taxi. Alors que l'on m explique ou ce trouve une concurrence.
Réponse de le 30/12/2013 à 13:45 :
La médaille d'or de la qualité de service, telle que je la constate à Paris depuis dix huit mois, va haut la main aux VSL pour ce qui est de la courtoisie et de l’honnêteté du chauffeur (fini les lecteurs de carte bancaire qui ne fonctionnent soit-disant pas, les "erreurs" de zone de tarification, les itinéraires insensés !), de la propreté du véhicule et de la ponctualité. Les monopoles sont voués à l'extinction à plus ou moins court terme et c'est tant mieux!
a écrit le 29/12/2013 à 19:44 :
Quand la France était la France nous étions bien content d'avoir ce service de Taxi, maintenant nous voulons tout détruire parce que d'autre nous l'impose pour leur propre intérêt car, ne rêvons pas, ils créeront d'autres corporations à leurs profits!
Réponse de le 30/12/2013 à 14:30 :
nous n'avons jamais été content d'avoir ce mauvais service de taxi. C'est un monopole comme on en compte trop, les tarifs sont trop élevés pour que les taxis aient une quelconque utilité au quotidien hors trajets professionnels. Il faut supprimer la licence et libérer le marché du transport de personnes qu'il redevienne utile à la population.
a écrit le 29/12/2013 à 19:35 :
Quand imposerons nous au taxi urbain, qu'il soit électrique? Que les autoroutes soient gratuite mais les entrées de ville payante? Que les autoroutes soit sous la responsabilité de l'Etat comme la voie ferrée?
a écrit le 29/12/2013 à 19:09 :
Un cadeau en or de l’État hollandais (corporatiste et clientéliste comme celui de Vichy) aux héritiers de la famille Rousselet (financier de Mitterrand). Cela en dit long sur la conception crypto-sovietique que les socialistes et leurs affidés ont de l’économie.
a écrit le 29/12/2013 à 16:53 :
Aujourd'hui, les VTC doivent attendre 15mn pour avantager la corporation des taxis. Demain, ce sont les e-mails qui devront attendre 48h avant d'arriver à destination pour ne pas pénaliser la corporation des postiers ! ...C'est beau, la compétitivité à la mode socialiste !!!
Réponse de le 29/12/2013 à 18:17 :
tout a fait d'accord et Sylvia Pinel fait attendre 15 minutes les français et le temps que son cerveau se charge enfin d;intelligence.
a écrit le 29/12/2013 à 16:35 :
Cela vient bon, le privilège qu’ont les chauffeurs de taxi commencent à se fissurer, ce n’est que le début, par rapport à la majorité des Français, tous le disent haut et fort : il faut casser le statut des chauffeurs de taxi, les ouvrir à la concurrence, tous ses nantis vivant comme des nababs dans leurs privilèges. Il n’est pas juste de se voir refuser une course parce que la distance n’est pas assez longue (cela m’est arrivé, accompagné d’une personne âgée j’ai essuyé un refus, de ce jour là j’ai toujours privilégié les transports en commun). Puisque eux se donne des droits prenons les nôtres et boycottons les hypocrites qui se disent professionnels et qui veulent se la jouer solo.
a écrit le 29/12/2013 à 14:42 :
Ma secrétaire a pour consigne d'appeler un ou plusieurs VTC 15 minutes avant la fin de nos réunions pour mes clients, de même pour mes collaborateurs. Je mets un point d'honneur a boycotter les taxis traditionnels lobbyistes soutenus par les socialistes.
Surtout quand mes clients étrangers devaient avant monter dans des taxis sales et nauséabonds qui les balladaient dans Paris
Sans parler du fait que les taxis feraient du "black" régulièrement alors qu'avec les VTC le "black" est impossible car la course est réglée en avance par carte bancaire.
Réponse de le 29/12/2013 à 18:03 :
Votre exemple est à suivre. Le corporatisme poussé à l'extrême de la bêtise 'economique' n'a qu'un sens pour les socialistes "l'espoir de conserver quelques bulletins de vote" de gens n'ayant aucune envie de contribuer à l'évolution de leur pays et ne sachant pas eux mêmes évoluer
A suivre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :