Mory Ducros et Arcole Industries ont trouvé un accord

 |  | 329 mots
Lecture 2 min.
Après une journée et une nuit de négociation conduites sous l'égide du Ministre du Redressement productif, les organisations syndicales CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC se sont déclarées prêtes à signer l'accord collectif permettant la levée des conditions suspensives et donc la recevabilité de l'offre de reprise de Mory Ducros par Arcole Industries, ont indiqué dans un communiqué commun les ministres du Travail, du Redressement productif et des Transports.
"Après une journée et une nuit de négociation conduites sous l'égide du Ministre du Redressement productif", les organisations syndicales CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC "se sont déclarées prêtes à signer l'accord collectif permettant la levée des conditions suspensives et donc la recevabilité de l'offre" de reprise de Mory Ducros par Arcole Industries, ont indiqué dans un communiqué commun les ministres du Travail, du Redressement productif et des Transports. (Crédits : reuters.com)
Le plan social pour les quelque 3.000 salariés de Mory Ducros qui ne seront pas repris a été amélioré, passant de 21 à 30 millions d'euros, a annoncé jeudi le gouvernement, estimant que les conditions d'une fin de conflit dans les agences étaient "réunies".

Les salariés ont finalement gagné le bras de fer qui durait depuis plusieurs semaines avec leur  repreneur Arcole Industries. "Après une journée et une nuit de négociation conduites sous l'égide du Ministre du Redressement productif", les organisations syndicales CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC "se sont déclarées prêtes à signer l'accord collectif permettant la levée des conditions suspensives et donc la recevabilité de l'offre" de reprise de Mory Ducros par Arcole Industries, ont indiqué dans un communiqué commun les ministres du Travail, du Redressement productif et des Transports.

"Un plan social revu à la hausse pour les salariés non repris"

Le gouvernement rappelle les principaux points obtenus à l'issue de ces négociations: "une offre de reprise sauvegardant 2.210 emplois" sur environ 5.000 et "un plan social revu à la hausse pour les salariés non repris avec, en plus des indemnités légales, des indemnités complémentaires portées de 21 à 30 millions d'euros".

L'accord des syndicats, qui devrait être confirmé jeudi en Comité d'entreprise, assurera la "recevabilité de l'offre", qui sera présentée vendredi au tribunal de commerce de Pontoise (Val d'Oise).

"Un accord de fin de conflit"

De son côté, le gouvernement a ajouté que la CGT avait "signé un accord de fin de conflit appelant à la levée immédiate des blocages et au redémarrage dans les meilleurs délais des activités de l'entreprise". Sachant que le blocage du site d'Artenay (Loiret) "a d'ores et déjà été levé", selon le ministère. Entamé mercredi en début de soirée, le blocage symbolique de ce site, la plus grosse plateforme du transporteur Mory Ducros, a été levé en milieu de nuit, a confirmé un correspondant de l'AFP.

Au plus fort du mouvement, entre 50 et 70 salariés, pour la plupart arrivés par car de Rouen mais parfois de Saint-Etienne ou encore du Mans, s'étaient réunis sur le site dont les grilles sont restées fermées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2014 à 23:58 :
Il est content de lui! Heureusement que nous l'avons!
a écrit le 30/01/2014 à 20:14 :
Voila 30 millions € de moins à investir pour assurer le pérennité d'Arcole, le nouveau employeur des 2 210 emplois 'sauvés'
a écrit le 30/01/2014 à 15:58 :
nous avons la démo que ce qu'il ne faut pas faire:
Nous ne sommes plus au temps des Danzas,Calberson,Sernam,Geodis,
L’évolution des marchés fait apparaître une concurrence incontrôlée,qui d'ailleurs fait un peu n'importe quoi,comment,pour répondre à la pression de la rotation.Sur ce point Brussels doit légiférer
Enfin,le chacun pour soi,dans ce dossier,démontre une absence complète de solidarité,due à un manque de formation qualifiante qui pourrait aider au reclassement;
a écrit le 30/01/2014 à 15:56 :
Le conflit était dû à la présence de montegourde sans lui le problème aurait déjà reglé. Il est nul et il restera.
Réponse de le 31/01/2014 à 0:00 :
C'est sûr puisqu'il est socialiste.
a écrit le 30/01/2014 à 15:53 :
c'est tout le résultats du ministre de la désindustrialisation
on ne nationalise plus ? on se contente de demander un peu plus pour ceux qui sont virés et on fanfaronne
il est loin le discours du Bourget .. On nous aurait menti .?
a écrit le 30/01/2014 à 11:34 :
C'est de la désinfo socialiste ...pour nous vendre des couleuvres aussi grosses que des boas...! Montebourg dit... que l'état portera un prêt de 17,5 Millions d'Euros ! en l'urgence un audit s'impose ! car cette garantie est réalisable avec quelle argent...?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :