La banque BES tente de rassurer sur son exposition aux autres sociétés familiales

 |   |  641  mots
L'action de la première banque du Portugal avait  perdu jusqu'à 19% jeudi 10 juillet, les investisseurs s'interrogeant sur son exposition aux autres sociétés du groupe contrôlé par la puissante famille Espirito Santo. REUTERS.
L'action de la première banque du Portugal avait perdu jusqu'à 19% jeudi 10 juillet, les investisseurs s'interrogeant sur son exposition aux autres sociétés du groupe contrôlé par la puissante famille Espirito Santo. REUTERS. (Crédits : Reuters)
"Le comité exécutif de BES pense que les pertes potentielles résultant de l'exposition au groupe Espirito Santo ne remettent pas en cause l'observance des règles de fonds propres", explique la banque.

Banco Espirito Santo (BES) a fait savoir jeudi soir qu'elle ne courait pas le risque de se trouver à court de capital du fait de pertes liées à des prêts octroyés à d'autres entités de l'empire financier familial. L'autorité de régulation des marchés financiers portugais (CMVM) avait suspendu jeudi après-midi la cotation de BES, dont l'action avait auparavant perdu jusqu'à 19%, les investisseurs s'interrogeant sur son exposition aux autres sociétés du groupe contrôlé par la puissante famille Espirito Santo.

La Financial Conduct Authority (FCA) britannique a elle annoncé vendredi matin qu'elle encadrait momentanément les ventes à découvert sur BES. La CNMV portugaise avait dit jeudi soir que les ventes à découvert sur BES seraient interdites ce vendredi. L'affaire a eu des répercussions sur d'autres pays vulnérables de la zone euro jeudi : la banque espagnole Banco Popular a annulé un emprunt de 750 millions d'euros et la Grèce n'a réussi à placer que la moitié d'un futur emprunt de trois milliards d'euros.

Mota-Engil, le premier groupe de BTP portugais, a suspendu vendredi l'introduction en Bourse de sa filiale africaine qui doit être cotée à Londres, en raison de la dégradation de la situation des marchés entraînée par l'affaire Espirito Santo. L'opération comporte un prix indicatif de 920 à 1.160 pence par action. La Bourse de Lisbonne a chuté de 4,18% et a entraîné Madrid (-1,98%) et Milan (-1,90%), et dans une moindre mesure Francfort (-1,52%) et Paris (-1,34%). Le rendement des emprunts d'Etat à 10 ans portugais est remonté au-dessus du seuil de 4%, tout en restant très loin des pics à 17% atteints pendant la crise de la dette.

Dans un communiqué publié dans la nuit de jeudi à vendredi, et censé permettre le rétablissement des transactions boursière ce jour, BES tente de désamorcer une situation que d'aucuns craignent de voir dégénérer. "Le comité exécutif de BES pense que les pertes potentielles résultant de l'exposition au groupe Espirito Santo ne remettent pas en cause l'observance des règles de fonds propres", explique la banque, ajoutant qu'elle avait 2,1 milliards d'euros de capital au-delà des seuils minimums obligatoires au 31 mars.

Depuis lors, la banque a levé 1,045 milliard d'euros en juin par un placement de titres qui a vu la famille Espirito Santo perdre le contrôle de l'établissement et le patriarche Ricardo Espirito Santo Salgado démissionner de ses fonctions de directeur général de la banque. Pour autant, la position financière de la banque fait de plus en plus souci car d'autres sociétés de la galaxie Espirito Santo ont des difficultés.

Espirito Santo Financial Group (ESFG), principal actionnaire de la banque avec 25% du capital, a demandé jeudi la suspension de la cotation de ses propres actions et de ses obligations en raison de "difficultés importantes" chez sa propre société-mère, Espirito Santo International (ESI). BES a dit jeudi soir qu'elle "attend la publication du plan de restructuration du groupe Espirito Santo afin d'évaluer les pertes potentielles liées à son exposition". Cette restructuration est attendue incessamment.

Elle précise que son exposition à Rio Forte, une holding propriété d'ESI, ESFG et leurs filiales était de 1,15 milliard d'euros au 30 juin. Lors d'une téléconférence donnée le même jour, elle faisait état d'une exposition de 980 millions d'euros. Les garanties associées aux prêts ont été révélées pour la première fois dans le communiqué de cette nuit: soit 17,6 millions d'euros de garanties pour 1,15 milliard d'euros de prêts.

Le communiqué donne la liste des prêts et d'autres expositions suivant des emprunteurs dûment identifiés de l'organigramme Espirito Santo, ce qui devrait plaire à des analystes qui s'étaient plaints du manque de précision de la téléconférence du 30 juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2014 à 11:15 :
Méfiance : le minoritaire est là pour se faire BESer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :