L'amélioration du moral des consommateurs allemands en avril est un trompe-l'œil (GfK)

 |  | 404 mots
Lecture 2 min.
Face au flot de critiques depuis mardi, Mme Merkel a dû annoncer en catastrophe mercredi le renoncement à mettre le pays sous cloche pour le long week-end de Pâques, mais cela ne change rien à l'affaire.
Face au flot de critiques depuis mardi, Mme Merkel a dû annoncer en catastrophe mercredi le renoncement à mettre le pays sous cloche pour le long week-end de Pâques, mais cela ne change rien à l'affaire. (Crédits : POOL New)
L'indice devrait remonter à -6,2 points, en hausse de 6,5 points par rapport à sa valeur de mars, révisée à -12,7 points par l'institut GFK à Nuremberg (sud). Toutefois, le dernier tour de vis décidé mardi par la chancelière Angela Merkel et les régions allemandes "va sérieusement endommager le moral des consommateurs et l'amélioration actuelle restera un feu de paille", prévient toutefois Rolf Bürkl, expert au GfK, cité dans un communiqué.

Le moral des consommateurs allemands devrait accélérer sa remontée en avril, mais la vigueur de la pandémie de Covid-19 et les nouvelles restrictions dans le pays compromettent cette embellie, selon le baromètre GFK publié jeudi.

L'indice devrait remonter à -6,2 points, en hausse de 6,5 points par rapport à sa valeur de mars, révisée à -12,7 points par l'institut GFK à Nuremberg (sud).

Cet indicateur, considéré comme un révélateur de la conjoncture allemande, affiche une remontée pour le deuxième mois d'affilée, après avoir fortement chuté durant l'hiver suite aux mesures imposées par Berlin pour endiguer la seconde vague de Covid-19.

Tour de vis et rétropédalage d'Angela Merkel

Le dernier tour de vis décidé mardi par la chancelière Angela Merkel et les régions allemandes "va sérieusement endommager le moral des consommateurs et l'amélioration actuelle restera un feu de paille", prévient toutefois Rolf Bürkl, expert au GfK, cité dans un communiqué.

Face au flot de critiques depuis mardi, Mme Merkel a dû annoncer en catastrophe mercredi le renoncement à mettre le pays sous cloche pour le long week-end de Pâques, mais cela ne change rien à l'affaire.

Une reprise soutenue de la confiance des consommateurs "sera encore longue à venir", synonyme de "temps difficiles" prolongés pour l'économie, ajoute l'expert.

L'enquête du GFK a été menée du 3 au 15 mars, sans prendre en compte l'augmentation significative du nombre d'infections de ces derniers jours.

Exportations, PIB... des signes favorables à l'horizon

En mars, les attentes des consommateurs en terme de revenus, une composante du baromètre, a le plus augmenté - de 15,8 points - le GFK l'expliquant par la réouverture progressive de commerces et le moindre recours attendu au chômage partiel.

La propension à acheter a également augmenté mais de manière beaucoup plus modeste.

Les consommateurs sont par ailleurs plus enclins à croire dans la reprise économique, aiguillonnée par la "sortie du confinement dur" avec des coiffeurs et autres commerces rouvrant au moment de l'enquête.

S'ajoute un horizon favorable en termes d'exportations notamment vers la Chine et les Etats-Unis dont les économies repartent grâce à des programmes d'aide importants.

Le gouvernement allemand prévoit une croissance du PIB de 3% sur l'année 2021 avec un décollage après le premier trimestre, pour lequel le PIB est d'ores et déjà attendu en recul par nombre d'observateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2021 à 9:54 :
Ils marchent sur des oeufs parce que ne savent pas ce qu'ils font nos dirigeants européens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :