Axa étudie la vente de sa filiale de capital-investissement

 |   |  165  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La direction du groupe Axa confirme ce mercredi étudier la cession de sa filiale d'investissement dans les entreprises non cotées, Axa Private Equity.

Axa pourrait se séparer d'une ses ses filiales. Le groupe le confirme ce mercredi dans un communiqué, il a " initié, conjointement avec Axa Private Equity, une revue stratégique de sa participation dans la société de "private equity", une filiale de son entité de gestion d?actifs Axa Investment Managers. "

L'étude du dossier pourrait "aboutir ou non à une transaction", précise le communiqué. Considérant que le ""private equity" reste un investissement attractif " , l'entreprise ajoute qu'elle "compte continuer à investir dans cette classe d'actifs".

Créé en 1996, Axa Private Equity, une des première entreprises de capital-investissement au monde, déclare gèrer 20 milliards d'euros d'actifs au premier semestre 2011. Elle a racheté récemment à la banque américiaine Citigroup, à l'allemande HSH Nordbank et à la britannique Barclays, des participations dans des sociétés non cotées.

Lundi, l'assureur avait annoncé la cession de sa filiale canadienne, Intact Financial, pour 1,9 milliard d'euros, ce qui lui a permis de réaliser une plus-value de 900 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2011 à 11:23 :
AXA PE agit sur des deals supérieurs à 500 millions de valorisation, pour simplifier transposons cette donnée en entreprises de plus de 500 millions de chiffre d'affaire. Il y en a 220 qui sont consolidées en France dont environ 70 de plus de 5 milliards, hors du jeu. Autrement dit il n'y a plus de cibles pour le private equity, d'autant que les débouclages ne subissent qu'un ralentissement modéré. Les PE et particulièrement celui d'AXA dealent donc ... les boutiques PE des autres investisseurs. Le build up n'a alors plus besoinde s'exposer, il est devenu interne et accélère d'autant les cessions. Avec ses 28 milliards en portefeuille AXA PE n'a plus que la solution d'endosser le rôle de voiture balai européenne et pour ce faire l'obligation d'indépendance en se détâchant de son pourvoyeur de fonds principal. Démarche moins défensive qu'aggressive.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :