L'Allemagne emprunte sur 5 ans à un taux négatif pour la première fois

 |   |  241  mots
La réputation de l'Allemagne est très haute sur les marchés et ses obligations sont considérées comme des valeurs refuges.
La réputation de l'Allemagne est très haute sur les marchés et ses obligations sont considérées comme des valeurs refuges. (Crédits : © Yannis Behrakis / Reuters)
Le pays est désormais rémunérée par les marchés lorsqu'il emprunte sur un horizon de cinq ans. Le taux négatif ne décourage pas les investisseurs, à la recherche de placements sûrs.

Une somme de 3,28 milliards d'euros. C'est ce qu'a emprunté l'Allemagne, en émettant des obligations à cinq ans (échéance avril 2020), a annoncé mercredi 25 février la Bundesbank. C'est la première fois que l'Allemagne emprunte à un taux négatif ( -0,08%) pour de telles obligations.

Autrement dit, le pays est désormais rémunéré par les marchés lorsqu'il emprunte sur un horizon de cinq ans. En effet, un taux négatif signifie que les investisseurs qui achètent sa dette publique acceptent de recevoir une somme inférieure que celle investie à la base.

 Un taux négatif qui pourrait se propager à d'autres types d'emprunts

Ce taux négatif n'a pas découragé les investisseurs. Une réaction qui illustre leur recherche effrénée de placements sûrs et leur aversion au risque: la réputation de l'Allemagne est très haute sur les marchés et ses obligations sont considérées comme des valeurs refuges.

Les taux négatifs risquent de se propager à des maturités plus longues sur la dette allemande, avec le début programmé en mars des achats massifs de dette publique, décidé par la Banque centrale européenne (BCE) pour soutenir l'économie du Vieux continent. Car sur le marché obligataire, la demande fait monter les prix des obligations, ce qui provoque une diminution mécanique de leurs rendements.

Une telle évolution améliorerait naturellement la marge de manoeuvre budgétaire du gouvernement allemand.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2015 à 7:02 :
Je trouve dommage ce titre trompeur dans un journal de finance, même si c'est super vendeur...
Mais si l'on confond les taux d'inflation anticipé et le taux d'inflation réalisé (puisque l'on parle de taux d'intérêt réel négatif)... il y a un petit problème et on peut faire croire n'importe quoi aux personnes qui ne comprenne pas de quoi il s'agit. Je ne ferai pas un cours d'économie de base ici, mais le minimum serait de dire que l'on suppose dans cet article que les taux d'inflation resteront les-mêmes sur les 5 prochaines années. Et si on passe en déflation (ce qui semble très possible), j'espère que vous comprenez que le taux d'intérêt réel sera bien plus "positif" que le taux nominal auquel le gouvernement allemand a emprunté. Idem pour la France. Donc en 2 mots, à date, nous ne savons pas si les taux réels de cet emprunt sera effectivement négatif sur la période (il faut attendre 5 ans...).
Réponse de le 27/02/2015 à 8:22 :
En effet et si les taux à 5 ans négatifs perdurent, ce n'est pas une bonne nouvelle.
Cordialement
a écrit le 26/02/2015 à 5:47 :
personne pour parler de la france qui emprunte a 2 ans a des taux negatifs..... Tout cela ne va pas faire baisser le prix de l immobilier. ( deuxieme probleme de la societe apres le chomage )
a écrit le 25/02/2015 à 20:13 :
et si l'allemagne empruntait xxxx milliards à taux négatif, ils pourraient rembourser la dette de l'europe sur le dos des pretteurs, ce qui serait une bonne chose. mais non toujours se la jouer perso sur le dos des autres pays européens..
Réponse de le 25/02/2015 à 20:17 :
Et vous vous donnez vos économies au SDF en bas de votre immeuble ?
Réponse de le 25/02/2015 à 20:51 :
Ah l'économie vue par Julie!
a écrit le 25/02/2015 à 18:17 :
reconnaissons que les gens qui sont a l'equilibre et remboursent leur dette peuvent se permettre de se passer de preteurs, et facturer a des preteurs eventuels ' leur coffre fort'
Réponse de le 25/02/2015 à 19:13 :
Eeet... la rentabilité des intermédiaires, Onéreux Churchill, ça te parle, ça ...? Et s'il n'y avait que cette marge-là qui partait en vrille. Bien à toi, Courte Vue.
a écrit le 25/02/2015 à 17:56 :
Bravo, ils font couler l'industrie de ses partenaires européens, et en plus bénéficie de taux négatifs!
a écrit le 25/02/2015 à 17:41 :
Bon, voyons voir pour la France ...a quel taux elle pourra emprunter....?
a écrit le 25/02/2015 à 16:54 :
Les allemands on réussir à construire un cycle vertueux ! Trop forts...
a écrit le 25/02/2015 à 16:51 :
Comme quoi cela a du bon de jouer les parasites dans l'UE en rendant exsangue ses partenaires!
Réponse de le 25/02/2015 à 20:52 :
parasites?
a écrit le 25/02/2015 à 15:56 :
Et donc en conséquence le financement "revolving" sur 5 ans de la dette Grecque lui rapporte de l'argent.
Réponse de le 25/02/2015 à 16:45 :
pourvu que la Grèce rembourse ...
Réponse de le 25/02/2015 à 20:29 :
Tout est dit...
Réponse de le 26/02/2015 à 9:10 :
lui rapporte "encore" plus de l'argent.
mais c'est justement parce que l'Allemagne ne finance pas sans réflexion la Grèce qu'elle obtient ces taux (et en fait bénéficier indirectement la Grèce).
Donc pas question de changer de politique

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :