Generali : cap sur le numérique et les acquisitions

 |   |  457  mots
Generali a indiqué tabler sur une croissance de bénéfice par action de 6% à 8% par an en moyenne d'ici 2021.
Generali a indiqué tabler sur une croissance de bénéfice par action de 6% à 8% par an en moyenne d'ici 2021. (Crédits : Heinz-Peter Bader)
Le numéro trois européen de l'assurance a dévoilé son plan stratégique 2019-2021 qui comprend un milliard d'euros d'investissements dans la digitalisation et la croissance externe "disciplinée" dans la gestion d'actifs.

Generali veut passer la vitesse supérieure. Après des années consacrées au redressement financier et opérationnel, en passant par la cession d'activités considérée comme insuffisamment rentables, le troisième assureur européen, derrière Allianz et Axa, a annoncé ce mercredi vouloir se concentrer sur « l'accélération de la croissance » dans le cadre de son nouveau plan stratégique 2019-2021, reposant sur trois piliers : la croissance rentable, l'optimisation du capital et la transformation numérique.

L'assureur italien va ainsi investir un milliard d'euros dans la digitalisation de son modèle opérationnel, dans la relation client ainsi que dans son système de distribution, y compris la formation de ses équipes. L'objectif est de fournir grâce aux outils numériques, une assistance 24/7, un suivi client à 360 degré et des processus automatisés et simplifiés.

« Notre ambition première est de devenir un partenaire de vie de nos clients, en offrant des solutions innovantes et personnalisées grâce à un réseau de distribution inégalé », a affirmé le patron de l'assureur italien nommé à ce poste en 2016, le Français, Philippe Donnet, cité dans le communiqué.

Renforcer la présence en France et dans le domaine de la gestion d'actifs

A la différence de ses deux grands concurrents, Generali souligne qu'il croit toujours dans le potentiel du marché européen, où il veut asseoir son leadership de premier assureur européen, en termes de chiffres d'affaires (63 milliards d'euros de primes brutes l'année dernière). En France, qui constitue le troisième marché de l'assureur, Generali veut notamment renforcer sa présence et consolider son leadership en Italie et en Allemagne.

Dans la gestion d'actifs, Generali, qui souhaite développer une « plateforme mondiale », s'est fixé un objectif de croissance annuelle des revenus de 15 à 20%. Cette expansion devrait se faire « avec des acquisitions disciplinées ». En septembre dernier, l'assureur italien est entré en négociations exclusives avec les actionnaires de la société parisienne de gestion d'actifs Sycomore Asset Management, spécialiste de l'approche ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance), qui gère plus de 8,3 milliards d'euros d'actifs.

Une partie des 10,5 milliards d'euros de capital que l'assureur italien entend générer sur les trois prochaines années, soit 3 à 4 milliards, devraient être disponibles pour la croissance organique et externe. Mais le groupe promet aussi d'augmenter son dividende, avec un taux de distribution des dividendes compris entre 55% et 65%. Generali a indiqué tabler sur une croissance de bénéfice par action de 6% à 8% par an en moyenne d'ici 2021. Sa dette devrait être réduite de 1,5 milliards à 2 milliards d'euros, alors qu'elle atteignait 39,03 milliards au 30 juin. A la Bourse de Milan, le titre Generali s'adjuge 0,7%, portant sa capitalisation à plus de 22 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :