Sarkozy ne veut plus de régime de faveur pour l'assurance vie

 |  | 377 mots
Lecture 2 min.
Le candidat à la primaire de la droite et du centre confirme sa volonté de taxer tous les revenus de l'épargne à hauteur de 26%
Le candidat à la primaire de la droite et du centre confirme sa volonté de taxer tous les revenus de l'épargne à hauteur de 26% (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Candidat à la primaire de gauche, Arnaud Montebourg, admire la "beauté de l'assurance vie, alliance entre la liberté et le civisme", comme il l'a dit devant le assises de l'Afer. Nicolas Sarkozy, lui, ne veut plus de fiscalité privilégiée: tous les revenus de l'épargne seraient taxés à 26%

Même s'agissant de l'assurance vie, il est possible de faire preuve de lyrisme. Ainsi, Arnaud Montebourg, qui intervenait ce jeudi devant les troisièmes assises de l'épargne et la fiscalité, organisées par l'Afer, le candidat à la primaire de gauche a tenu à saluer dans ce placement "un bien collectif national". Et d'ajouter que "l'a beauté de l'assurance vie, c'est l'alliance de la liberté et du civisme".  L'assurance vie est "un outil considérable pour la France" a ajouté l'ex ministre socialiste de l'Économie. En accord avec les adhérents de l'Afer, il prône la stabilité fiscale pour ce placement favori des Français. "Une nouvelle majorité peut changer les règles, mais elle doit ensuite s'engager à les maintenir pour cinq ans". En ce qui le concerne, il n'est pas vraiment prêt à améliorer encore le régime fiscal de l'assurance vie. Il s'agirait plutôt de maintenir l'existant.

Surtout, Arnaud Montebourg voudrait que 10% des sommes placées en assurance vie, soit 160 milliards d'euros, soient directement affectés au financement des PME, comme il l'a redit ce jeudi. Sur ce point, Gérard Bekerman, président de l'Afer, ne lui a pas répondu, mais les assureurs sont unanimes à considérer que le respect de cette règle n'est pas possible, compte tenu des contraintes prudentielles.

 Sarkozy veut un seul régime pour toute l'épargne

 Interrogé à son tour par les adhérents de l'Afer, Nicolas Sarkozy ne s'est pas montré aussi enthousiaste pour l'assurance vie que son adversaire politique. L'ancien président ne veut plus de "fléchage" de l'épargne, vers tel ou tel régime particulier. S'il revenait au pouvoir, il mettrait en place un régime fiscal unique pour l'ensemble des revenus de l'épargne, comme il l'a confirmé ce jeudi. Tous seraient taxés à hauteur de 26%, prélèvements sociaux compris. S'agissant de l'assurance vie, ce serait donc un peu plus qu'aujourd'hui (23% au total). Surtout, ce placement apparaîtrait moins avantageux comparativement, ce qui ne ferait pas forcément l'affaire des assureurs.

S'agissant des droits de succession, le candidat à la primaire de la droite et du centre veut étendre jusqu'à 400.000 euros l'exonération par bénéficiaire. Là aussi, cela diminuerait quelque peu l'avantage comparatif de l'assurance vie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2016 à 14:41 :
L'immense avantage de l'assurance-vie est de permettre aux assureurs d'avoir des clients captifs (on ne peut pas transférer une assurance-vie) et avec de gros frais cachés. Je vois mal Sarkozy s'attaquer à une telle rente....
a écrit le 08/10/2016 à 21:39 :
et les œuvre d'art toujours pas taxées
a écrit le 08/10/2016 à 8:41 :
IL veut faire beaucoup de chose Sarko va t'il s'augmenter encore de 140%
a écrit le 07/10/2016 à 12:17 :
C'est chez Kerviel qu'ils devraient apprendre ce qu'est la finance. Hier soir dans l'émission politique de France 2, Juppé a séché totalement sur le sujet promettant de demain oeuvrer, prétendant que l'on a déjà sensiblement régulé. Précédemment, les Français ont bien noté les tonitruantes outrances proférées en 2012 au Bourget, et
ne faisant que copier celles en 2010 à Davos. Les deux cités par l'article ignoreraient-ils le dégoût des épargnants accumulé depuis trente ans, avec l'exclusion méthodique des titres vifs du travail des réseaux bancaires ? Ne comprendraient-ils rien à la défausse bancaire des risques sur le marché financier ? rien des produits frelatés ou douteux, virtuels ou artificiels , de la bad bank ou du shadow banking ?
a écrit le 07/10/2016 à 10:31 :
Oui pour le relèvement de l'exonération des droits de succession, avec 400000 e ce n'est même pas un appartement de 50 m 2 à Paris..Nos enfants doivent pouvoir bénéficier des sacrifices et de l'épargne acquises par leurs parents.Ce n'est pas du luxe pour les jeunes issues des classes moyennes en but à la dévalorisation des diplômes, aux stages non rémunérés, aux cdd et à la précarité généralisée!
a écrit le 07/10/2016 à 8:56 :
Nicolas ou Guillaume SARKOZY ..?
a écrit le 07/10/2016 à 8:16 :
un politique qui décide d'augmenter la fiscalité a déjà décidé le dérapage des comptes publics. Concernant M. Sarkozy ses "offres" sont aussi volatiles que sa mémoire nous avons Lucky Luke qui tire plus vite que son ombre nous avons M. Sarkozy qui retourne sa veste plus rapidement que ses petits bras lui permettent. Pas très sérieux le candidat il faut dire que sa course n'est pas la présidentielle mais l'affaire Bigmalion et ses mensonges qui lui court après.
a écrit le 07/10/2016 à 8:04 :
Oui pour les 400000 euros par bénéficiaire, Ce n'est pas une rente
C'est une maison dans une grande ville de France et souvent le fruit de toute une vie de travail
Réponse de le 10/10/2016 à 10:01 :
400 000 en tant que fruit du travail..oui.. mais en tant que plus value sur l' 'immobilier , non; !!la plus value immobilière n'est pas le fruit du travail ; mais uniquement de la chance; un bien de 400 000 euros revendu sous sarko2 à Paris a été acheté 100 000 sous Chirac; enrichissement sans cause de travail; je vote pour celui qui confisque totalement cet enrichissement invraisemblable qui ne correspond à aucun travail;
a écrit le 07/10/2016 à 7:56 :
Ce n'est pas lui qui a fortement augmenté la fiscalité de l'épargne quand il était Président ? Allez zou, à la mer...avec les autres...
a écrit le 07/10/2016 à 5:58 :
Mais faites le taire.
a écrit le 07/10/2016 à 2:16 :
Sarkozy n'est plus credible. On s'en fout de ce qu'il veut, ce qu'il fait, et ce qu'il dit.
a écrit le 06/10/2016 à 22:00 :
Et un régime de faveur en ce qui le concerne (3,2 millions € par an), il en pense quoi ?
a écrit le 06/10/2016 à 21:52 :
Que dire ,euh........Un nul reste un nul
Réponse de le 07/10/2016 à 10:03 :
Vous parlez de Sarkozy je suppose?
Réfléchissons 2 minutes : quels seraient les gagnants et les perdants de ces mesures?
a écrit le 06/10/2016 à 20:46 :
Imposer à 26% le smicard ou le petit commerçant qui essaye d'anticiper sa retraite et le rentier qui ne vit que de ses intérêts, c'est le sommet du malsain.

Si on doit imposer l'assurance vie, c'est au barème de l'IR!

D'autres part réduire la fiscalité sur les successions, c'est encore favoriser la rente!

Sarkozy est à contre sens!
Réponse de le 06/10/2016 à 21:51 :
Tout est dit, gauche droite même combat, on rince les copains et on dépouille le citoyen.
Réponse de le 07/10/2016 à 2:14 :
Rentier ne veut pas dire coupable.
Réponse de le 07/10/2016 à 8:00 :
Parce que vous connaissez beaucoup de smicards qui sont imposés à 26 %, et des "rentiers" qui ne vivent que de leurs intérêts ? L'épargne est un effort et un investissement. La jalousie spoliatrice ne doit pas guider notre réflexion : elle l'induit en erreur depuis trop d'années et on a atteint maintenant 3 500 000 chômeurs...
a écrit le 06/10/2016 à 19:25 :
Sarkozy est une fois de plus à côté de la plaque, ce n'est pas en augmentant les taxes qu'il faut réformer l'assurance vie mais en orientant une partie vers les PME. Ce n'est pas confiscatoire et c'est nettement plus efficace à tous points de vue (stabilité, soutient aux entreprises, à l'innovation, aux emplois etc)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :