L'Espagne accepte une taxe sur les banques si l'UE en impose une

 |   |  389  mots
Si l'Union européenne met en place un système de taxation sur le secteur financier, l'Espagne s'alignera. De son coté, Gordon Brown ne table pas sur un accord avant fin 2010.

L'Espagne adoptera une taxe sur les banques si l'Union européenne venait à en imposer une, a déclaré sa ministre de l'Economie dans un entretien publié lundi. "Bien sûr, si l'Europe décidait de mettre en place un système de taxation sur le secteur financier, nous le ferions également", a déclaré, la ministre de l?Economie, Elena Salgado au journal El Publico.

L'Allemagne et la France ont estimé la semaine dernière que les banques devaient être imposées à l'échelle internationale afin qu'elles contribuent à la sécurisation du système financier.

L'Allemagne a adopté la semaine dernière le principe de l'instauration d'une taxe sur les banques qui doit alimenter à hauteur de plus d'un milliard d'euros par an un fonds de secours au secteur.

De son côté, la ministre française de l'Economie Christine Lagarde s'est dite favorable à une taxe sur "les institutions financières qui, par leurs activités ou leur profil de risque, font courir un risque à l'économie ou au pays", sans pour autant vouloir créer un "fonds d'assurance faillite".

Aux Etats-Unis, le président Barack Obama a annoncé en janvier son intention de taxer les banques ayant plus de 50 milliards de dollars d'actifs.


Gordon Brown table sur un accord d'ici fin 2010

Selon des informations rapportées par le Financial Times le Premier ministre britannique Gordon Brown a dit que le Royaume-Uni, la France et l?Allemagne sont proches de parvenir à un accord sur une taxe internationale sur les banques, accord qui pourrait être validé en novembre, lors du G20 de Séoul. Rappelant le scepticisme du Canada sur le sujet, le quotidien financier estime que cet accord ne pourra pas être validé dès juin lors du sommet du G20 de Toronto.

"La relation entre les banques et la société doit changer", a commenté le Premier ministre, alors que des élections législatives doivent avoir lieu début mai au Royaume-Uni. L'opposition conservatrice en Grande-Bretagne a repris une avance suffisante pour obtenir la majorité à la chambre des Communes à l'issue des prochaines élections législatives, selon deux sondages publiés dimanche. Gordon Brown risque donc d?être mis en difficulté. Une enquête Angus Reid Public Opinion pour le Sunday Express place les Tories 11 points devant le Labour, avec 38% des intentions de vote contre 27%. Les libéraux-démocrates sont à 20%.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :