Banques : ABN Amro vient alourdir un peu plus l'ardoise des suppressions de postes

 |   |  366  mots
Copyright Reuters
Les annonces de suppressions d'emplois par les banques du Vieux continent se succèdent depuis le début de l'année. Le total se monte à près de 70.000.

ABN Amro a annoncé vendredi la suppression de 2.350 emplois sur un total de 26.500 salariés. La banque néerlandaise rejoint donc la liste de plus en plus longue des établissements bien décidés à sabrer dans leurs effectifs

Au total, les banques européenes ont déjà annoncé plus de 70.000 suppressions de postes, dont près de 50.000 au Royaume-Uni. HSBC, qui a pourtant annoncé au premier semestre un bénéfice net en hausse de 35 %, cherche à améliorer sa rentabilité et vise 30.000 emplois supprimés d'ici à deux ans dont 700 en France. La banque britannique a cependant annoncé le recrutement de 15.000 salariés dans les pays émergents sur la même période.

Pour justifier les coupes claires dans leurs effectifs, les établissements financiers invoquent principalement le changement de cadre réglementaire avec la mise en place de ratios de solvabilité plus sévères ainsi que les mauvaises performances des divisions de banques d'investissement, notamment avec la réduction des revenus tirés de l'activité obligations et actions. La moitié des 3.000 postes supprimés par UBS par exemple, touchera les activités de banques de financement et d'investissement.

La France semble, pour le moment, plutôt épargnée. Contrairement à leurs concurrents européens, les établissements tricolores indiquent en effet n'avoir pas embauché massivement l'année dernière, lorsque les prévisions tablaient sur une reprise vigoureuse en 2011. L'annonce par BNP Paribas le 1er juillet dernier de la suppression de 244 postes au sein de sa branche « Personal Finance » apparaît comme marginale. D'autant que la banque de la rue d'Antin a annoncé, quelques semaines plus tard, le recrutement de 4.000 personnes en contrat à durée indéterminée cette année, afin de renforcer sa division banque de détail.

En comparaison avec leurs cons?urs américaines, les banques du Vieux Continent réduisent leurs effectifs six fois plus vite depuis le début de l'année selon les données compilées par Bloomberg.

Les principales suppressions de postes annoncées ces derniers mois par les banques européennes :

Royaume-Uni
HSBC : 30.000 emplois supprimés (10% de l'effectif total)
Lloyds Banking : 15.000 (14%)
Barclays : 3.000 (2%)

Suisse
UBS : 3.000 (5,4%)
Credit Suisse : 2.000 (4%)

Allemagne
Commerzbank : 7.000 (11%)
HSh Nordbank : 900 (30%)

Espagne
Bankia 2.900 (10%)

Italie
Intesa Sanpaolo : 4.000 (5%)

Pays-Bas
ABN Amro: 2.350 (9%)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :