Bank of America s'apprête à supprimer près de 10.000 postes

 |   |  310  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon le Wall Street Journal, Bank of america serait sur le point d'annoncer la suppression d'au moins 10.000 postes, dont 3.500 seraient effectives ce trimestre rapporte l'agence Reuters.

Bank of America pourrait supprimer jusqu'à 3,5% de ses effectifs cette année. La banque devrait déjà annoncer la suppression de 3.500 postes d'ici la fin du mois de septembre, d'après un document de communication interne consulté par l'agence Reuters. Les responsables de la banque n'ont pas encore arrêté l'étendue des réductions de personnel, mais selon le Wall Street Journal, une source au fait de la situation a fait savoir qu'au moins 10.000 postes pourraient être détruits dans le cadre d'une revue plus large des effectifs. Bank of America comptait environ 280.000 salariés au début de l'année, d'après son rapport annuel.

La banque américaine serait également à la recherche de fonds. Les investisseurs s'attendent à ce que Bank of America cherche à lever des fonds via une émission de capital, pour tenter d'absorber les milliards de dollars de coûts occasionnés par son rachat en 2008 de la société de crédit immobilier en difficulté Countrywide.

Les suppressions de postes prévus ce trimestre, interviennent alors que la première banque américaine pâtit lourdement de son activité dans le crédit immobilier, sur fond de perspectives économiques toujours plus moroses. Ces réductions d'effectifs sont les dernières d'une série dans le secteur bancaire mondial, HSBC et Lloyds ayant annoncé la suppression de 30.000 et 15.000 postes respectivement. Bank of America n'a pas pu être jointe dans l'immédiat.

La banque américaine accumule les déboires, son titre a perdu jusqu'à 7% en séance à Wall Street jeudi. La banque, qui a fait état le mois dernier d'une perte nette de 8,8 milliards de dollars au titre du deuxième trimestre, la plus lourde de son histoire, a déjà annoncé lundi qu'elle cédait ses activités dans les cartes de crédit au Canada et prévoyait un désengagement similaire en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2011 à 21:53 :
il est plus que dommageable de faire l amalgame entre le système financier mondial et les simples salariés bancaires qui pâtissent aussi bien que les clients du remue-ménage actuel dans le monde. il est plus qu'important de dire au monde tout entier que nous sommes dirigés par ce système complètement pourri qui risquent e tous nous sauter en pleine tronche. A quand la "vrai" responsabilités des dirigeants de ce monde pour un nettoyage massif de cette machine à tuer.
a écrit le 19/08/2011 à 18:14 :
En plus les banquiers sont devenus des joueurs de manchots, tout cela pour une question de cupidité, et les consommateurs sont là pour payer les pots cassés.
a écrit le 19/08/2011 à 18:13 :
les banques ont poussé comme des légumes ces dernières années. Chaque fois qu'un commerce se libérer, une banque s'y installait. Une hérésie de plus, et des frais de gestions importants pour le client. Il faut bien payer le train de vie de ses banques.
a écrit le 19/08/2011 à 14:22 :
Le système bancaire et financier a beaucoup trop grossi. Il y a des millions de banquiers et de financiers dans ce monde, pour un résultats très mauvais : crises bancaires en série, risques systémiques, faillites de Lehman et AIG, subprimes, crédits pourris, etc. Tout ceci coûte très cher à la collectivité. Il faut dégraisser ce mammouth. Et si les financiers sont si géniaux et talentueux qu'ils le disent, il serait bien mieux de les voir faire un travail plus utile, par exemple, de la recherche, du développement, de la médecine, etc. C'est un énorme gachis de faire travailler autant de gens dans la finance.
Réponse de le 20/08/2011 à 3:57 :
Un brin populo l analyse...
a écrit le 19/08/2011 à 11:53 :
Les banques américaines sont encore dans une logique de "faux emplois" qui ont presque totalement disparus en France : 1,8 en moyenne contre 1,2. Les faux emplois correspondent à une politique proactive visant à construire un monde urbain, venant d'un monde paysan. Les taux d'urbanisme USA est de 91 % contre 78 en France. Ce qui revient à dire que le pays va devoir se séparer de milliers d'emplois superfus qui étaient payés par la folle spéculation et cette guidance désormais aboutie. La croissance interne est une possibilité à mettre en oeuvre rapidement, autrement il sera nécessaire de réussir ce mouvement sans casse, les fusions deviennent une solution : l'argent économisé sert à indemniser.
a écrit le 19/08/2011 à 11:50 :
Une situation sera différente pour les salariés de la société générale, le risque est grand que ce soient des liquidateurs judiciaires qui devront entreprendre de sCeller le sort dessalariés de la SG.
Réponse de le 19/08/2011 à 12:08 :
arrêtez donc de dire n'importe quoi....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :