Crédit Agricole va réduire son endettement de 50 milliards d'euros

 |   |  366  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En annonçant notamment une forte réduction de la voilure dans la banque de financement et d'investissement (BFI), le Crédit agricole emboîte le pas à la Société générale et à BNP Paribas. L'établissement prévoit la réduction structurelle de 50 milliards d'euros de son endettement entre juin 2011 et décembre 2012.

Le Crédit agricole a annoncé ce mercredi un plan d'action visant à réduire la taille de son bilan et de ses besoins de financement afin d'adapter le profil financier de la banque mutualiste à la crise financière qui secoue la zone euro. En annonçant notamment une forte réduction de la voilure dans la banque de financement et d'investissement (BFI), le Crédit agricole emboîte le pas à la Société générale et à BNP Paribas , les deux autres plus grandes banques françaises qui ont présenté récemment des mesures similaires.

Un accès au financement long terme "contraint"

"Ces derniers mois ont été marqués pour les établissements bancaires par un contexte de liquidité durablement sous contrainte", a expliqué le Crédit agricole dans un communiqué. "L'accès au financement long terme est contraint et le financement court terme a diminué, en particulier en dollars", a-t-il encore expliqué. La banque mutualiste a dit avoir tiré les mêmes enseignements que ses pairs en admettant "la nécessité de réduire l'effet de levier et la taille des bilans". Le Crédit agricole prévoit ainsi une réduction structurelle de 50 milliards d'euros de son endettement entre juin 2011 et décembre 2012. La banque va également réduire son programme annuel de refinancement sur les marchés moyen à long terme, en passant de 22 milliards d'euros en 2011 à 12 milliards d'euros en 2012.

Revue stratégique dans la BFI

Crédit agricole va initier une revue stratégique de ses activités dans la BFI et arrêter progressivement certaines activités. La 'banque verte' a annoncé mardi qu'elle comptait fermer ses opérations de fusion et acquisition en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, dont le siège est à Dubaï, et les rapatrier à Paris. "Globalement, c'est un plan de réduction qui n'est pas très éloigné de ce que proposent BNP et SocGen", a commenté Alex Koagne, analyste pour la banque Natixis. "On est un peu étonné qu'ils n'aient pas mis plus l'accent sur s'ils vont céder des actifs toxiques", a-t-il ajouté, notant que la banque n'a pas donné beaucoup de détails sur les actifs qu'elle compte céder dans la BFI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2011 à 13:44 :
adieu les gains faciles de la BFI ! la spéculation a trop duré ! il est temps que la banque retrouve son vieux métier de financement de l'économie et cesse de spéculer avec l'argent des déposants...
a écrit le 28/09/2011 à 22:24 :
Il était temps que le Crédit Agricole retrouve un peu de son âme en se recentrant sur ses activités historiques après s'être perdu dans la BFI en pensant que l'argent allait tomber du ciel. Tant d'années depuis le rachat d'Indosuez pour enfin comprendre ça. Quel dommage et quel gâchis!
a écrit le 28/09/2011 à 17:58 :
C'était une banque tres riche et voilà que maintenant elle traine pour le moins 50 milliards de dettes ! Meme gestion que l'etat donc ...
Réponse de le 29/09/2011 à 17:11 :
j'aimerais bien connaître ses engagements en Grèce, Italie, Portugal, Espagne..
les actionnaires n'ont droit à guère d'infos si ce ne sont qq infos économiques publiées par des agences souvent américaines "parfois indigestes" si on n'est pas un "pro" des marchés....
Réponse de le 29/09/2011 à 17:17 :
ce sont les actionnaires et les salariés qui trinquent ! la banque introduite en bourse à 16,60 eurosil y a juste 10 ans vaut 5 euros ce soir ! casa qui s'est goinfrée d'acquisitions et spéculé en BFI l La prudence s'imposait au portugal, en Espagne, en Italie plus en Grèce (Emporiki)
a écrit le 28/09/2011 à 16:56 :
D'après vous, que se passerait-il en cas de disparition de l'euro pour les personnes endettés ?????

Eh bien ma foi, leur dette resterait libellée en euro, mais ils seraient contraint de la rembourser avec des revenus quant à eux libellés dans une nouvelle monnaie, probablement dévaluée.

Les islandais en ont fait le frais, mais eux c'était différent n'est-ce pas..
a écrit le 28/09/2011 à 16:18 :
Foutage de gueule que tout cela, on nous le contraire il y a 3 semaines et maintenant on nous explique qu'il est difficile de se refinancer pour une banque en dollars et que les liquidités courantes sont limites. Mensonge, nous vivons entourés de menteurs. Alors sommes nous en dépression ? et bien "oui", retour 1933............
a écrit le 28/09/2011 à 15:27 :
"

Bonjour,

je me permets de vous transmettre ce message, fidèle
lecteur de votre journal en version web.

Depuis quelques jours, je ne vois plus de titres formatés
avec des points de suspension, qui étaient d'une grande
aide pour comprendre que ce qu'il se passe concernant
certaines affaires.

J'espère que ce manque n'est qu'une phase temporaire.

Bien à vous,

Stéphane Botorel.

P.S

C'est grâce à vous que j'ai pu apprendre qu'il était envisagé
que je parte travailler pour Facebook aux Etats-Unis. Depuis
rien de votre part.

Il semblerait qu'il se passe des choses importantes en ce
moment et que mes/nos détracteurs sont dans une situation
difficile, aussi par l'inertie de votre action alternative."
a écrit le 28/09/2011 à 15:27 :
C'était bien la peine de crier sur Mme Lagarde quand le FMI appelait à une recapitalisation des banques françaises...Vous avez tous l'air fin, maintenant !
Réponse de le 28/09/2011 à 19:53 :
euh... le rapport?
Réponse de le 29/09/2011 à 3:08 :
Bah ils reduisent tous leur bilan pour remonter le niveau de capitaux propres le rapport est evident, Lagarde avait raison et nos banques sont ridicules apres avoir joue les vierges effarouchees.
Réponse de le 29/09/2011 à 13:46 :
lagarde a changé de place et ne dit plus pareil ! finie la croissance que Sarko lui faisait annoncer chaque trimestre pour la France ! on est en récession...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :