BNP et Crédit Agricole mis sous surveillance négative par Fitch

 |   |  283  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'agence de notation Fitch a placé jeudi sous surveillance négative les notes à long terme de BNP Paribas et du Crédit Agricole dans le cadre de son évaluation périodique des banques européennes.

Fitch a placé jeudi sous surveillance négative les notes à long terme de BNP Paribas (AA-) et du Crédit Agricole (AA-). La note de crédit à long terme du Crédit Mutuel (AA-) a également été placée sous surveillance négative, mais celle de la Société Générale (A+) a été confirmée. Ces notations ont été revues par l'agence de notation dans le cadre de son évaluation périodique des établissements européens.

Les notes de viabilité ("viability rating") de BNP Paribas (AA-), du Crédit Agricole (AA-) et de la Société Générale (A+) sont également placées sous surveillance négative. Fitch précise que la phase de surveillance négative devrait être de courte durée, et que si des abaissements de note de long terme étaient décidés, ils ne pourraient excéder un cran, le niveau minimal des grandes banques françaises étant de "A+".

Dans le cas de la Société Générale et de la BNP, Fitch souligne que le modèle commercial de banque universelle mondiale qu'elles ont choisi semble "particulièrement sensible aux défis accrus auxquels les marchés financiers sont confrontés". "Ces défis résultent d'une myriade de changements dans la régulation ainsi que des développements économiques, en particulier dans la zone euro", ajoute Fitch.

Toujours dans le cadre de son examen des banques, Fitch a par ailleurs abaissé la note de la banque suisse UBS de "A+" à "A".

Celles de Barclays, Crédit Suisse, Deutsche Bank sont également placées sous surveillance négative, tout comme, aux Etats-Unis, celle de Bank of America, Morgan Stanley et Goldman Sachs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2011 à 12:25 :
L'ancien patron du CIC Paris est mort de rire, car ils se souvient des critiques violentes du patron actuel du Credit Mutuel. Aprés les incidents sur les produits structurés et Lehman Brothers le CMCEE il est grand temps que le MUTUALISME revienne dans ce groupe.
a écrit le 14/10/2011 à 16:44 :
Tiens, on commence à parler du Crédit Mutuel...
a écrit le 14/10/2011 à 15:32 :
Plus on imprime du Dollar, plus il conserve ou augmente de valeur. Plus le trou Américail se creuse. De toutes façons, tout cet argent ne sera jamais remboursé, et on l'aura dans le fion.
a écrit le 14/10/2011 à 14:52 :
Les pressions s'accentuent, Les loups se dévorent entre eux et les Piranhas ont trouvé le maillon faible, des patrons de banque incapables voir interview Handelsblatt/BNP et des politiciens dépendant de la TRILATERALE qui donne les ordRes. Vous noterez que personne ne nous communique le nom des coupables. pourquoi ne parle t'on pas des banques allemandes qui ont des engagements sur des pays supérieursà leur fond propre. Alors le clown pourquoi ne perle t'il de cela au lieu des bourdes de la cruche Aubry
a écrit le 14/10/2011 à 13:32 :
en faillitte trader
a écrit le 14/10/2011 à 12:43 :
C'est un lutte inégale entre le dollar et l'euro. Le dollar qui en sortira vainqueur demeurera pour longtemps le maître du monde.
Réponse de le 14/10/2011 à 13:48 :
Je prends le pari, Gérard.
a écrit le 14/10/2011 à 10:59 :
ils cherchent a creer la panqiue chez les epargnants pourvoir speculer encore plus, le but et creer des desiquilibre de plus en plus grand, mais il est un fait qu'il ne faut pas melanger les banque de detail et d'investissement.
Réponse de le 15/10/2011 à 16:22 :
Je suis totalement d'accord avec Raf.
a écrit le 14/10/2011 à 10:53 :
si les agences de notation sont aussi fortes qu'elles veulent le faire croire alors pourquoi ont elles attendu que les pays soient aussi endettés pour réagir
a écrit le 14/10/2011 à 10:07 :
L'impression est que les agences de notation cherchent à créer la peur et l'inquiétude. D'un autre coté, l'information et la communication par la presse et les entreprises est trop superficielle. Pour les grandes banques citées, ce ne doit être très facile mais pour une banque comme Dexia, il doit être facile de déterminer une valeur intrinsèque avec d'un coté, les valeurs d'actif, de l'autre coté, les valeurs de passid. A chacun, par la suite, d'apprécier la valeur réelle des valeurs d'actif.
a écrit le 14/10/2011 à 8:34 :
Va falloir nationaliser la filliale de BNP en belgique, condition en Belgique à une AK !!!
a écrit le 14/10/2011 à 8:19 :
je suis client et petit actionnaire du Crédit Agricole,je suis inquiet,quel est le risque que j'encours?Aune explication de mon banquier bien sûr!
Réponse de le 14/10/2011 à 8:48 :
tiens donc c est plus la société générale en ligne de mire ? un pas en avant un pas arriere deux pas sur le coté ...comme dans cette petite contine quand j etais enfant les agences de notations sont pires que des girouettes au moins elles elles indiquent vraiment le sens du vent Je reste intimement persuadé que tout ce méli mélo est parfaitement orchestré pour detourner l attention des réels problemes financiers les banques et les pays anglo saxons sont à mon trés humble avis dans une situation critique et ont tout interets à ce qu on se foncalise ailleurs que sur leurs états
Réponse de le 14/10/2011 à 13:44 :
du cuduro en somme
Réponse de le 15/10/2011 à 16:26 :
Pour répondre à castillet 03, l'actif net de CASA par action est de 23? donc pas de problème. En plus cette année le rendement des actions sera bon si on profite de la baisse des ciours pour diminuer son prix moyen d'acquisition.
a écrit le 14/10/2011 à 7:09 :
la manip est grossiére ,il s'agit des forcer la main à des augmentations de capital !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :