Après le Libor, le prochain scandale financier touchera-t-il le marché des changes ?

 |   |  248  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les autorités britanniques ont lancé une enquête préliminaire sur de possibles manipulations du marché des devises et ont demandé des informations à Citigroup et Deutsche Bank, rapporte le Financial Times dans son édition de jeudi.

Doit-on envisager un nouveau scandale financier ? Selon le Financial Times, jeudi, au Royaume-Uni, une enquête préliminaire est en cours sur de possibles manipulations du marché des devises. L'Autorité de conduite financière (FCA) a demandé des informations à plusieurs banques, ayant des activités importantes dans les changes à Londres, dont Citigroup et Deutsche Bank, affirme le quotidien, citant des sources proches du dossier.

Les banques approchées par la FCA sont en train de passer en revue leurs opérations effectuées dans le passé et les messageries instantanées de leurs cambistes afin d'identifier de possibles manipulations, indique le FT.

Le Royaume-Uni a déjà été marqué l'an dernier par un scandale concernant la manipulation du taux interbancaire Libor. L'affaire avait éclaté fin juin dernier lorsque Barclays avait révélé qu'elle allait payer une amende pour mettre fin aux enquêtes des régulateurs britannique et américain. UBS et RBS ont été condamnées à leur tour à de lourdes sanctions depuis. Le Libor, fixé à Londres sur la base de taux communiqués par un panel de banques internationales, est l'un des taux auxquels les banques se prêtent de l'argent entre elles. Central dans la finance, il conditionne plus de 300.000 milliards de dollars de produits financiers et il a une incidence sur les prêts aux ménages et aux entreprises.

La FCA est l'une des nouvelles entités de contrôle nées de la dissolution de l'ancienne Autorité des marchés financiers (FSA).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2013 à 17:25 :
OU LE PRESIDENT ?? va t on avoir le courage de mettre en examen valerie trierweiller pour recel de detournements de fonds public ??on entends pas beaucoup la presse sur ce sujet et encore moins la tele aux ordres du gouvernement !mrs bouygues et dassault auraient ils peur de plus avoir de contrats ??
a écrit le 13/06/2013 à 16:51 :
Citibank est probablement la banque la plus obscure qui puisse exister, et pourtant elle sert d'intermédiaire à la majorité des banques mondiales.
a écrit le 13/06/2013 à 15:30 :
le marché des changes est soutenu par la vitalité démographique
a écrit le 13/06/2013 à 14:13 :
Pourquoi les autorites financieres permettent aux dealing desk d'exister.
Ils voient tout votre stop/limit order et manipulent la valeur d'une devise sur votre chart.
Ils refusent egalement d'accepter un gain en mentionnant qu'ils ne peuvent pas accepter votre trade.Seul les no-dealing desk are honnete mais ils ne sont pas legions.
Bien des particuliers se font avoir sans meme s'en rendre compte.
Réponse de le 13/06/2013 à 14:47 :
Parce que les autorités financières sont sous l'égide de personnes qui, sans être systématiquement incompétentes sont bien trop éloignées de la réalité de terrain. Je ne vous apprends rien même les risk managers sur les boards de trading sont parfois largués je vous laisse imaginer ce qu'il en est pour les présidents des autorités de tutelle....
a écrit le 13/06/2013 à 13:32 :
le forex est le lieu ideal pour plumer le gogo particulier ( avec effet de levier a 1000, svp...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :