L'ex-PDG de la banque portugaise Espirito Santo arrêté

 |   |  242  mots
L'ancien patron de la BES avait été écarté le 20 juin de la direction de la banque après la découverte en mai d'irrégularités comptables au sein de la holding Espirito Santo International (ESI). (Photo : Reuters)
L'ancien patron de la BES avait été écarté le 20 juin de la direction de la banque après la découverte en mai d'irrégularités comptables au sein de la holding Espirito Santo International (ESI). (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
Ricardo Salgado, l'ancien PDG de la banque portugaise Espirito Santo (BES), a été arrêté jeudi matin dans sa maison des environs de Lisbonne, pour être interrogé dans le cadre d'une affaire de blanchiment d'argent, a indiqué le parquet général.

Le scandale de la BES continue de faire des vaques, cette fois judiciaires. Des perquisitions ont été menées mercredi dans plusieurs entités du groupe familial Espirito Santo, au cœur d'une tourmente en raison des difficultés financières de plusieurs de ses holdings.

"Le plus grand réseau de blanchiment de capitaux"

Ricardo Salgado, âgé de 70 ans, doit être présenté à un juge d'instruction, dans le cadre d'une enquête sur le plus grand réseau de blanchiment de capitaux au Portugal, a précisé le parquet général.

L'ancien patron de la BES avait été écarté le 20 juin de la direction de la banque après la découverte en mai d'irrégularités comptables au sein de la holding Espirito Santo International (ESI) et a été remplacé le 14 juillet par l'économiste réputé Vitor Bento.

Incapable d'honorer ses dettes, cette holding a été placée mardi sous le régime de gestion contrôlée par le tribunal de commerce de Luxembourg où elle a son siège.

Redressement judicaire

Une autre holding du groupe, Rioforte, lui a emboîté le pas, et a demandé mardi à son tour à être placée en redressement judiciaire auprès des autorités luxembourgeoises.

Ces deux annonces avaient accru la pression sur la banque BES, dans le collimateur des marchés en raison des déboires financiers de la famille Espirito Santo, son principal actionnaire, qui en détient 20,1%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2014 à 20:23 :
Gatuno !!
a écrit le 25/07/2014 à 12:25 :
A qui le tour: SocGen, CASA...?
a écrit le 24/07/2014 à 21:25 :
Il est déjà sorti... Faudrait pas croire qu'on va mettre un banquier en prison, quand même : ça voudrait dire qu'il existe une justice aussi pour les banquiers !!! Quel changement majeur ce serait !!! Alors qu'il n'y a eu quasiment aucun banquier en prison depuis 2007 malgré les innombrables scandales et fraudes découverts tous les mois !!! S'il y avait une justice les banques devrait limiter leur triche et leur fraude, ça ne les arrange pas du tout un tel changement !!! Alors faut pas réver, il va rester en liberté. On préfère mettre en prison le type qui a volé une bouteille d'eau pendant les manifs à Londres mais laisser en liberté tous ces banquiers qui volent ("détournent" pardon) des millions voire des milliards.
Réponse de le 25/07/2014 à 1:01 :
et quand les Etats exigent des emprunts de milliards qu'ils ne rembourseront pas, comment cela s'appelle-t-il ???
Réponse de le 25/07/2014 à 7:43 :
+1
Réponse de le 25/07/2014 à 11:21 :
@ Bertrand : Ca s'appelle la souveraineté !
a écrit le 24/07/2014 à 18:17 :
Et chez nous, quand est ce qu'on les arrête ?
a écrit le 24/07/2014 à 16:08 :
Quand on sait les difficultés du peuple portugais en général , c'est une honte de s'appeler "Espirito Santo" en particulier. Surtout que cette holding a sa base au LUXEMBOURG ,grand paradis fiscal s'il en est, plateforme de blanchiment de surcroit; au coeur de l'EUROPE.
Réponse de le 24/07/2014 à 18:23 :
Vous pouvez me rappeler le nom du numéro un de la commission européenne,
Ca ne s'invente pas.
Il vont vendre le Portugal comme la Grèce et Chypre, a qui le tour ?
Réponse de le 25/07/2014 à 10:49 :
.......Il vont vendre le Portugal comme la Grèce et Chypre, a qui le tour ?.........
Et bientôt la France incluis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :