Blanchiment : CNP Assurances écope d'une amende de 8 millions

 |   |  470  mots
Ce dispositif [de lutte contre le blanchiment] n'était pas à la hauteur de ce qui pouvait être attendu d'un organisme leader sur le marché français de l'assurance de personnes et appartenant au secteur public a conclu l'ACPR.
"Ce dispositif [de lutte contre le blanchiment] n'était pas à la hauteur de ce qui pouvait être attendu d'un organisme leader sur le marché français de l'assurance de personnes et appartenant au secteur public" a conclu l'ACPR. (Crédits : DR)
La commission des sanctions de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a annoncé avoir infligé un blâme et une amende de 8 millions d'euros à l'encontre de CNP Assurances en raison de manquements à ses obligations de vigilance et de signalements à Tracfin dans le cadre de la lutte contre le blanchiment. La lourdeur de la sanction tient compte de la gravité des faits, mais aussi de l'ampleur des moyens mis en oeuvre pour mettre à niveau le dispositif.

C'est l'une des plus lourdes amendes infligées par le superviseur des banques et des assureurs, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), adossée à la Banque de France, après celle contre BNP Paribas l'an dernier, également pour des manquements aux obligations de lutte contre le blanchiment. La commission des sanctions de l'ACPR) a annoncé ce mardi en fin de journée avoir infligé un blâme et une amende de 8 millions d'euros à l'encontre de CNP Assurances, en raison de manquements à ses obligations de vigilance et de signalements à Tracfin.

"Ces sanctions répriment plusieurs insuffisances importantes du dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LCB-FT) et de gel des avoirs de CNP Assurances qui ont conduit la Commission à considérer qu'au moment du contrôle sur place, effectué de décembre 2014 à février 2016, ce dispositif n'était pas à la hauteur de ce qui pouvait être attendu d'un organisme leader sur le marché français de l'assurance de personnes et appartenant au secteur public" explique l'ACPR dans un communiqué.

L'autorité souligne que "les principaux manquements retenus sont relatifs aux obligations de vigilance, notamment lorsque le client est une personne politiquement exposée, d'examen renforcé des opérations atypiques et de déclaration de soupçon à Tracfin". Ces manquements étaient dus à "une connaissance insuffisante par CNP Assurances de ses propres clients et de leurs opérations", notamment du fait de l'absence de réseau propre de distribution au profit de réseaux partenaires (La Banque Postale et BPCE jusqu'à fin 2016).

Réactivité et ampleur des moyens

Le montant de la sanction tient compte la gravité des manquements, mais aussi de "la réactivité de CNP Assurances et de l'ampleur des moyens" engagés pour mettre à niveau son dispositif interne. La décision indique que "le coût de ces mesures devrait largement dépasser les 20 millions d'euros sur la période 2016-2018."

Le premier assureur de personnes en France "prend acte" de la décision de l'ACPR et "réaffirme sa totale mobilisation" en matière de lutte contre le blanchiment, dans un communiqué.

L'an dernier, la commission des sanctions de l'ACPR a prononcé 8 décisions, dont 6 traitants de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, détaille l'autorité dans son rapport annuel.

"Le montant cumulé de ces sanctions pécuniaires atteint 25,86 millions d'euros, ce qui est très supérieur aux montants des années précédentes (6,47 millions d'euros en 2016, 9,33 millions d'euros en 2015). S'il traduit une tendance à l'alourdissement des peines prononcées, spécialement dans le domaine de la LCB-FT, qui résulte du relèvement, depuis plusieurs années, du niveau des sanctions pécuniaires encourues, ce montant est néanmoins difficile à interpréter en raison du faible nombre annuel d'affaires examinées" explique l'autorité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2018 à 10:25 :
ils font bien leur travail quand un client simple veut transférer 500 euros à sa famille.
a écrit le 01/08/2018 à 16:35 :
Je ne connais pas le dossier, j'ai l'impression qu'on reproche à la Banque de ne pas se comporter comme douanier, brigade financière, interpole et autres.
J'ai pu constater maintenant que les banques considèrent dorénavant et compte tenu des obligations qu'on leur impose que tous leurs clients sont des délinquants en puissance et qu'il convient de les harceler en conséquence.
a écrit le 01/08/2018 à 10:04 :
Ce n'est pas parce uqe c'est un record que cette somem n'est pas ridicule.

Concernant les banques il y a la compromission européenne d'un côté et le réalisme américain de l'autre.

Vite un frexit.

"Plus de 320 milliards de dollars : les amendes payées par les banques depuis la crise" https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/plus-de-320-milliards-de-dollars-les-amendes-payees-par-les-banques-depuis-la-crise-651961.html
a écrit le 01/08/2018 à 7:03 :
Le groupe AXA étant un groupe privé, on peut que ce gouvernement, à la recherche d'expédients, le mette à la traite (encore que le patron est un Inspecteur des Finances), mais la CNP est un fauteuil de reclassement pour Haut Fonctionnaire! Ce gouvernement est donc aux abois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :