BNP Paribas abaisse ses objectifs à cause du trading

 |   |  515  mots
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
La première banque européenne par les actifs table désormais pour 2020 à un rendement de ses fonds propres (ROE) de 9,5% contre un objectif initial de 10%, après un quatrième trimestre 2018 plombé par la chute des revenus des activités de marché. Elle va arrêter certaines activités non rentables ou non stratégiques dans la banque de financement et d'investissement, comme les dérivés sur matières premières aux Etats-Unis.

[Article mis à jour à 18h45]

Les investisseurs s'y attendaient. BNP Paribas a révisé à la baisse ce mercredi 6 février  ses objectifs financiers pour 2020, à l'occasion de la publication de ses résultats annuels 2018. Or le quatrième trimestre a été plombé par la chute des revenus des activités de marchés. La première banque de la zone euro s'attend dorénavant à un rendement de ses fonds propres (ROE) de 9,5% en 2020, contre un objectif initial de 10%. L'objectif de croissance de l'activité sur la période allant de 2016 à 2020 est également abaissé. BNP Paribas vise désormais une hausse du produit net bancaire (PNB) de 1,5% par an et non plus de 2,5%. Le coefficient d'exploitation (ratio des charges opérationnelles sur les revenus) devrait s'élever à 64,5% l'an prochain contre 63% prévus.

Le PNB de l'année 2018 a baissé de 1,5% à 42,5 milliards et le résultat d'exploitation de 11,1% à 9,1 milliards d'euros. Des résultats inférieurs au consensus des analystes dans l'ensemble, sauf dans la banque de détail dans les marchés domestiques (France Belgique Italie).

"L'évolution des revenus est [...] pénalisée par l'environnement de taux toujours bas et un contexte de marché défavorable, accentué par des conditions particulièrement difficiles en fin d'année" indique le groupe dans un communiqué.

Au quatrième trimestre, dans une ambiance de krach en fin d'année, les revenus de la banque de financement et d'investissement ont chuté de 9,4%. La banque de la rue d'Antin compte accélérer ses économies et restructurer sa banque de financement et d'investissement (BFI). Elle va identifier les activités qui ne sont pas stratégiques, ni rentables ou "sous-dimensionnées". Elle confirme l'arrêt de sa filiale de gestion pour compte propre Opera Trading.

Désaffection des investisseurs

L'action BNP Paribas a ouvert en repli de 3,25% ce mercredi avant de réduire ses pertes: elle a clôturé en hausse de 1,77%, les annonces d'économies supplémentaires étant bien accueillies. Le titre affiche un gain de 6% depuis janvier, après avoir perdu 36% de sa valeur l'an dernier.

"Les valeurs bancaires européennes ont perdu entre 33% et 35% l'an dernier. Cette désaffection des investisseurs pour le compartiment bancaire s'explique par le sous-jacent économique, c'est-à-dire le ralentissement anticipé en Europe, le scénario de taux, quand les taux sont à la cave ce n'est pas très bon pour les banques commerciales qui collectent des dépôts, et l'aspect géopolitique : la zone euro n'est pas perçue comme une zone de stabilité" a analysé le directeur générale de BNP Paribas, Jean-Laurent Bonnafé, lors d'une présentation à la presse, ce mercredi.

Le patron de la banque a également cité "un quatrième élément, la finalisation de Bâle", les règles mondiales de solvabilité, qui devrait se traduire par "des exigences en fonds propre de l'ordre de 10% en plus pour les banques européennes, quel que soit le profil".

"Je ne sais pas si avec cela on fait rêver [les actionnaires]. Nous verrons dans deux ans [à l'issue du plan stratégique 2020] si l'action a repris des couleurs" a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2019 à 9:18 :
11,1% de 42 Md€ font ils directement 9 Md€ ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :