Coronavirus : quel impact sur le résultat trimestriel des grandes banques françaises ?

 |   |  1106  mots
Après avoir essuyé une perte au premier trimestre 2020, Société Générale pourrait repassé dans le vert au deuxième trimestre, avec un consensus tablant sur un résultat net part du groupe de 28 millions d'euros, mais un bénéfice par action négatif.
Après avoir essuyé une perte au premier trimestre 2020, Société Générale pourrait repassé dans le vert au deuxième trimestre, avec un consensus tablant sur un résultat net part du groupe de 28 millions d'euros, mais un bénéfice par action négatif. (Crédits : Reuters)
Au deuxième trimestre, les quatre banques françaises cotées devraient voir leur coût du risque flamber et atteindre un pic, supérieur à 3 milliards d'euros, pour faire face à d'éventuels accidents de remboursement dans un contexte économique incertain dû à la crise du coronavirus. Les activités de banque de financement et d'investissement devraient permettre de compenser celle de banque de détail, lourdement touchée par le confinement.

Les banques françaises ont-elles bien résisté à la crise du coronavirus ? Les résultats du deuxième trimestre, qui correspond à une large période du confinement, donneront le ton. Vendredi prochain, BNP Paribas sera la première des quatre grandes banques tricolores cotées à publier ses résultats semestriels. Elle sera suivie par Société Générale et Natixis (filiale cotée du groupe BPCE), le 3 août, puis par CASA, l'entité cotée du Crédit Agricole, quatre jours plus tard.

Déjà, au premier trimestre, leurs résultats avaient été chahutés alors que les trois premiers mois de l'année 2020 n'avaient été marqués que par deux semaines de confinement.

Fort impact sur la banque de détail

"Le premier trimestre a été compliqué. Le second le sera aussi car il couvre toute la période de confinement. En termes d'activité commerciale, les banques vont être impactées car il y a eu un très fort ralentissement de la production de crédits à la consommation et un ralentissement du crédit immobilier, partiellement compensés par la distribution à prix coûtant des Prêts garantis par l'Etat (PGE) [113 milliards d'euros de PGE ont été distribués aux entreprises selon les chiffres de Bercy au 17 juillet dernier, ndlr]. Les revenus issus des commissions seront, eux aussi, touchés, car il y a eu beaucoup...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2020 à 1:04 :
Les incitations des banques auprès de leurs clients à souscrire des prêts à la consommation ne sont pas responsables.

Le virus Covid-19 reste un certain temps sur les surfaces des objets.

Limiter tous les échanges de biens est un moyen de lutter contre la propagation du virus.

Les banques françaises sont suffisamment riches pour faire le dos rond.
a écrit le 29/07/2020 à 16:03 :
la séparation banque de dépôt et banque d'affaires c'est pour quand ?
Réponse de le 30/07/2020 à 8:55 :
Retirez les avoirs des deposants et la banque ferme ses portes.
Aussi simple que cela. bnp, c'est du ponzi puissance 10.
a écrit le 29/07/2020 à 13:21 :
Les correcteurs sont tous en vacances ? Et l orthographe dans tout ça ?pourrait repassé avec un e et pourquoi pas er ? A bravo la langue française. C est pourtant pas biba ou voici le journal qui écrit ça ? Chris

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :