Acquisition géante pour le conglomérat de Warren Buffett

 |   |  291  mots
Berkshire Hathaway, propriété du milliardaire Warren Buffett, annonce la plus grosse acquisition de son histoire : celle d'un opérateur de fret ferroviaire américain, pour un total de 44 milliards de dollars.

Berkshire Hathaway annonce le rachat des 77,4% du groupe de fret ferroviaire américain Burlington Northern Santa Fe (BNSF) qu'il ne possède pas encore pour 34 milliards de dollars, (30 milliards d'euros). A cette somme s'ajoute 10 milliards de dollars de dette, ce qui monte l'opération à 44 milliards de dollars (23,22 milliards d'euros) au total (30 milliards d'euros).

Le fonds d'investissement propose 100 dollars par action en cash, soit une prime de 31% par rapport au cours de clôture de BNSF lundi. Il s'agit de la plus grosse acquisition de l'histoire du groupe de Warren Buffet.

La transaction comprend 10 milliards de dettes et pour le milliardaire Warren Buffet, il s'agit d'un véritable "pari sur le futur économique des Etats-Unis". Il a même utilisé le terme "all in" pour décrire cette opération, un mot qui peut se traduire par "faire tapis" lors d'une partie de poker.

Warren Buffett est également actionnaire de Union Pacific Corp, le principal concurrent de Burlington Northern. Mais le milliardaire a déjà déclaré qu'il ne comptait pas répéter la même opération pour cette entreprise. Il souhaite qu'elle reste un concurrent de BNSF "au moins pour les cinquante prochaines années".

Fort de 40.000 employés et d'un réseau de plus de 50.000 kilomètres principalement dans le MidWest, Blurlington Northern est un des géants du transport ferroviaires américain. Et pour Warren Buffett, "la prospérité future des Etats-Unis dépend d'un système ferroviaire efficace et en bon état".

Les marchés saluent cette opération sans réserve. Le titre BNSF s'envole de près de 30% à 98 dollars dans les premières minutes de la séance américaine. La valeur Berkshire Hathaway, elle, a repassé la barre des 100.000 dollars, en hausse de 1,4%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2009 à 15:35 :
Si je comprends bien cela valorise cette entreprise de fret à 60 Milliards de dollars !!!!! Et en Europe ? Et bien on nous prévoit une grève des routiers pour être certains qu ils restent compétitifs face au fret ! Et la SNCF ? euuuh le fret fait des pertes et à chaque réorganisation il y a quoi, devinez ? une grève devant laquelle la direction (et donc le gouvernement) reculent. cela va être difficile de se moderniser pour afronter les défis qui arrivent.
a écrit le 03/11/2009 à 15:33 :
Un pari sur des infrastructures moins gourmandes en pétrole surtout. Dire que nos companies de fret sont déficitaires. Vive la SNCF et ses syndicats qui pourrissent tout !
a écrit le 03/11/2009 à 14:21 :
Je suis 100% d'accord avec "Osalteccino". Ce pari montre clairement une stratégie de marché intérieur pour un transport probablement plus propre (biocarburant ou électricité) C'est un signal très positif pour les USA et warren buffet est un visionnaire à la steve jobs.
a écrit le 03/11/2009 à 13:04 :
On n'achète pas une entreprise de fret ferroviaire pour participer à une économie de services. La décision de WB vient confirmer le virage qu'entend imprimer le Président Obama à l'économie américaine: la réindustrialisation et l'exportation. Votre journal s'en faisait incidemment l'écho ce matin dans un article consacré à la montée du chômage aux USA. Effectivement c'est un gros pari.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :