L'assurance vie est-elle encore le placement préféré des Français ?

 |   |  423  mots
Copyright Reuters
Pour le septième mois consécutif, la collecte d'assurance vie recule. A fin juillet, les versements reculent de 12%. Mais la collecte nette (versements moins sorties) chute de 46% par rapport à la même période en 2010.

La profession assiste impuissante à un septième mois consécutif de baisse de la collecte d'assurance vie. A fin juillet, les versements sur les contrats ont baissé de 12%, selon les chiffres de l'Association française de l'assurance. Et la collecte nette (versements totaux retranchés des sorties) baisse de 46% par rapport à juillet 2010, pour s'établir à 21 milliards d'euros.

Des livrets bancaires plus attractifs

A l'origine de cette baisse, une concurrence accrue avec les produits d'épargne bancaire. Les banques ne cachent pas leur volonté de drainer davantage de dépôts, en particulier pour coller aux nouvelles exigences de liquidités de Bâle III. De plus, le taux des livrets d'épargne réglementés a augmenté le 1er août à 2,25%, réduisant l'écart avec celui de l'assurance vie, dont le rendement moyen au titre de l'année 2010 s'élevait à 3,40%.

Une fiscalité mouvante
La fiscalité mouvante de l'assurance vie n'est pas non plus étrangère à ce repli. La semaine dernière encore, François Fillon annonçait une hausse des prélèvements sociaux sur l'épargne de 12,3% à 13,5%.
S'ajoute à cela la baisse du pouvoir d'achat, qui incite les Français à ponctionner leurs contrats pour satisfaire leurs besoins de consommation courante ou pour compléter leur retraite. Les rachats partiels ou totaux ont représenté 59,6 milliards d'euros et sont en hausse de 18% par rapport à juillet 2010.

Les contrats en euros coûtent plus chers aux assureurs
Avec Solvabilité 2, les contrats en euros coûtent aussi de plus en plus cher en fonds propres aux assureurs, pour des bénéfices qui s'amenuisent. Résigné, Henri de Castries, PDG d'Axa, annonçait d'ailleurs lors de la présentation des résultats semestriels : « nous allons être plus sélectifs sur les fonds en euros, qui ne dégagent pas de marges suffisantes ». Gageons que les taux de rendement sur les fonds en euros devraient donc continuer à baisser en fin d'année...

Le spectre de la décollecte se profile
Le spectre de la décollecte (ou collecte nette négative) plane. Les versements pourraient ne plus suffire à compenser les sorties, notamment en fin d'année, période qui cumule les soldes, les achats de Noël et le paiement des impôts. L'assurance vie avait subi ce phénomène en octobre et en décembre 2008, au lendemain de la chute de Lehman Brothers. A l'époque, la profession invoquait des raisons pour le moins familières, à savoir la fébrilité des épargnants en pleine crise financière et la concurrence des produits d'épargne liquide...


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2011 à 9:18 :
Réduits à faire les poubelles pour manger dernière encore, François Fillon annonçait une hausse des prélèvements sociaux sur l'épargne de 12,3% à 13,5%.
S'ajoute à cela la baisse du pouvoir d'achat, qui incite les Français à ponctionner leurs contrats pour satisfaire leurs besoins de consommation courante ou pour compléter leur retraite
a écrit le 06/09/2011 à 9:18 :
Réduits à faire les poubelles pour manger dernière encore, François Fillon annonçait une hausse des prélèvements sociaux sur l'épargne de 12,3% à 13,5%.
S'ajoute à cela la baisse du pouvoir d'achat, qui incite les Français à ponctionner leurs contrats pour satisfaire leurs besoins de consommation courante ou pour compléter leur retraite

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :