S&P dégrade d'un cran la note de Groupama

 |   |  359  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Malgré la transaction en cours avec la Caisse des Dépôts, S&P considère que la solvabilité et le niveau de fonds propres de l'assureur vert restent faibles.

Il y a à peine une semaine, l'agence de notation Standard and Poor's (S&P) envisageait d'abaisser la note de Groupama de deux crans, déclenchant la colère de Thierry Martel, son directeur général. Celui-ci avait ainsi déclaré au Journal du Dimanche : "depuis la crise financière de 2008, les agences de notation, alors même qu'elles n'avaient pas mesuré le risque des subprimes, tyrannisent les entreprises. Trop c'est trop!".

Ce jeudi, S&P a bel et bien abaissé la note long terme de l'assureur, mais d'un cran seulement, de BBB à BBB-. La raison : "les fonds propres et la solvabilité sont toujours à des niveaux faibles et ne sont plus compatibles avec une note BBB", explique l'agence dans un communiqué.

Mais sa filiale Groupama Gan Vie a été dégradée de deux crans, passant de BBB à BB+, une catégorie en dessous de celle de sa maison-mère, ce qui signifie, selon S&P, que Groupama Gan Vie a un niveau de capital plus faible que celui du groupe.

Pourtant, mardi soir, Groupama a signé un projet d'accord avec la Caisse des dépôts (CDC) qui devrait améliorer sa marge de solvabilité. En effet, Icade, filiale immobilière de CDC, reprendra les parts de Groupama dans la foncière cotée Silic dans le cadre d'un échange de titres. En contrepartie, la Caisse des dépôts investira 300 millions d'euros dans Gan Eurocourtage via une émission d'actions de préférence.

Malgré cet accord, S&P campe sur sa position : "même en prenant en compte cette hypothèse, la marge de solvabilité et le niveau de fonds propres de Groupama restent pour nous faibles et exposés en outre à des événements défavorables, en particulier si les marchés venaient à se détériorer davantage".

L'agence de notation maintient par ailleurs sa surveillance négative. Une dégradation supplémentaire de sa note ferait passer l'assureur dans la catégorie dite spéculative, qu'évitent certains investisseurs.

D'autres assureurs sont encore placés sous surveillance négative par S&P, comme Allianz, Aviva, Axa, Generali ou CNP Assurances.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2011 à 16:41 :
A vouloir toucher a tout on finit par se mordre les doigts. Etre assureur ne donne pas forcément des compétences dans l?immobilier ou la banque.
a écrit le 15/12/2011 à 21:04 :
... heureusement je ne suis concerné...disons ça, on a heureusement quand même des avantages comme fonctionnaire...bonne soirée à tous....
Réponse de le 16/12/2011 à 4:12 :
Votre tour viendra aussi... Attendez les baisses de notation de l Etat fran?s et vous ne serez plus aussi prot?s les fonctionnaires !!!
a écrit le 15/12/2011 à 20:21 :
Merci S&P
a écrit le 15/12/2011 à 15:45 :
A QUOI SERT L ARMER SI DE SIMPLE AGENCE DE NOTATION TOMBE LES PAYS UN APRÈS L AUTRE?
Réponse de le 15/12/2011 à 19:54 :
Je n'y avais pas songer : déclarons la guerre aux USA, qui complotent contre nous. Et à bas ces maudites agences ! Au fait, vous étiez sérieux ?...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :