L'Etat prêt à laisser au FSI une bonne partie de son cash

 |   |  552  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon Augustin de Romanet, président de la Caisse des dépôts et du Fonds stratégique d'investissement (FSI), les actionnaires de ce dernier - l'Etat et la Caisse des dépôts - "ne sont pas contre le fait de laisser du cash dans la maison." Le FSI a publié mardi un bénéfice net de 629 millions d'euros, au titre de 2011, en baisse de 2,7%.

Bien qu'à la recherche d'argent pour réduire le déficit budgétaire, l'Etat n'affamera pas le Fonds stratégique d'investissement (FSI), cette année. Certes, aucune décision n'a encore été prise sur le montant des dividendes que le FSI versera, au titre de 2011, à ses actionnaires, à savoir l'Etat et la Caisse des dépôts et consignations (CDC), respectivement propriétaires de 49% et de 51% du capital. Mais "les actionnaires, qui sont en train de se concerter, ne sont pas dans une logique prédatrice, ils ne sont pas contre le fait de laisser une partie - pas forcément faible - du cash dans la maison", a indiqué Augustin de Romanet, le très bientôt ex-président du FSI, mardi, lors de la présentation des résultats annuels du fonds souverain à la française.

Près de 400 milions d'euros de bénéfice ponctionné en 2011

Pour mémoire, en juin dernier, Jean-Arthuis, alors président de la Commission des finances du Sénat, avait dénoncé la "gloutonnerie" de l'Etat à l'égard du FSI. "En préférant utiliser la majeure partie des dividendes  pour réduire son déficit budgétaire, l'Etat s'est comporté comme un glouton", avait regretté Jean Arthuis, ajoutant que l'Etat "aurait été plus avisé de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :