Le FSI vient à la rescousse de l'industrie des transports

 |  | 564 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
D'ici à quelques semaines, le Fonds stratégique d'investissement (FSI) lèvera le voile sur quatre nouveaux fonds sectoriels, dont deux seront dédiés aux secteurs ferroviaire et aéronautique. Par ailleurs, le FSI publiera dans un mois environ des résultats 2011 "en hausse significative."

Le FSI, de plus en plus stratégique en cette période d'élections présidentielles, a plusieurs fers au feu, en ce début d'année. A l'occasion d'une conférence de presse organisée mardi, Jean-Yves Gilet, directeur général du Fonds stratégique d'investissement, détenu à 51% par la Caisse des dépôts et à 49% par l'Etat, a indiqué "travailler sur un fonds de modernisation des entreprises ferroviaires." Ce fonds, qui devrait voir le jour dans quelques semaines, sera financé par le FSI et par de grands donneurs d'ordre comme la SNCF ou la RATP. Son objectif : contribuer au financement de sous-traitants jugés essentiels pour la filière ferroviaire. Trois autres fonds seront lancés sur le même modèle, dans quelques semaines également, à destination des industries aéronatique, nucléaire et médicale (imagerie, fabrication de prothèses, etc.). Ces fonds, qui seront dotés chacun de 80 à 200 millions d'euros, s'inscrivent dans le sillage du FMEA, le fonds de modernisation des équipementiers automobiles, qui avait été créé en 2009.

Le FSI "étudie activement" le projet d'avion Skylander

"Le 17 novembre [lors de la célébration du troisième anniversaire du FSI ; Ndlr], le président de la République nous avait demandé de travailler sur le ferroviaire, le nucléaire, l'aéronautique", rappelle Jean-Yves Gilet. C'est donc chose faite, ou presque. Sur le front de l'aéronautique, le FSI étudie par ailleurs "activement" le projet d'avion Skylander, un bi-turbopropulseur économique conçu par la société Geci International afin de desservir des régions difficiles d'accès. Le patron du FSI a en revanche été plus précis sur le dossier Eramet, un groupe minier dont le géant du nucléaire Areva souhaite céder sa participation de 26%, évaluée à 650 millions d'euros, au FSI. "Les choses avancent bien, nous discutons de la finition d'un pacte d'actionnaires entre le FSI et la famille Duval [propriétaire de 37% du capital d'Eramet ; Ndlr]", a indiqué Jean-Yves Gilet, qui souhaite parvenir à un accord "très vite, d'ici à quelques semaines."

Une solution attendue d'ici à la fin du premier trimestre pour la Saur

La résolution du cas de la Saur devrait prendre davantage de temps. Le FSI, principal actionnaire du troisième acteur français du traitement de l'eau, avec 38% du capital, n'est pas convaincu par le projet de rapprochement fomenté par le groupe Séché. Ce spécialiste du traitement des déchets, également détenu par le FSI (à 20%) et actionnaire de la Saur à hauteur de 33%, souhaite prendre le contrôle de la société, afin de constituer un nouveau champion du secteur, à l'image de Veolia. Un médiateur a été nommé, afin qu'une solution soit trouvée d'ici à la fin du premier trimestre, a indiqué Jean-Yves Gilet.

Des résultats 2011 en hausse significative

D'ici là, le FSI aura publié (le mois prochain) ses résultats annuels. Lesquels seront "significativement en hausse", assure le directeur général du FSI. Pour mémoire, l'exercice 2010 s'était clos sur un bénéfice net de 646 millions d'euros.

 

Les dix derniers investissements réalisés par le FSI
Société Secteur Montant,
en millions d'euros
Date
Riou Glass BTP 15 01/2012
Novasep Chimie 30 12/2011
Tinubu Square Crédit 11,3 11/2011
Cellectis Ingénierie des génomes 25 09/2011
Qosmos Logiciels 10 09/2011
Bull Informatique 25 08/2011
De Dietrich Process Systems Acier vitrifié 10 07/2011
Windhurst Industries Holding industrielle 8 07/2011
NGE BTP 80 07/2011
Altrad Equipement BTP 45 06/2011

Sources : FSI, la tribune.fr

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2012 à 15:17 :
Bull?c'est une entreprise qui a toujours gagné beaucoup d'argent:je revois ces centaines de cartons jamais ouverts dans les couloirs des administrations.
a écrit le 07/02/2012 à 15:11 :
Les frais de transports sont les pires freins en France pour l'exportation ,bien plus chers que les chinois plus chers que les américains ,les Allemands et les Anglais et avec le stockage ,d'après un journal industriel ,souvent plus chers que les salaires des personnels ,il y a du grain à moudre ,détaxe des carburants ,autoroutes gratuites,détaxe des entrepots de stockage et des volumes entreposés ,retour du colisage dans les gares.
Si on n'aide pas tout ce qui donne lieu à exportation ,on n'est pas prets de résoudre la balance commerciale.
C'est ahurissant avec la quantité énorme de colis qui circulent à notre époque de voir les gares fermées alors qu'avant c'était une partie de leur activité.
Réponse de le 07/02/2012 à 15:52 :
Réponse à pemmore.
Il y a 30 ans tous les collecteurs de grains et de distribution d'engrais avaient dans leur cour ce qu'on appelait un embranchement particulier c'est à dire une ramification de ligne SNCF.Malheureusement des problèmes importants que vous devinez existaient,notamment le côut.Ala suite le transport routier a été préféré.
a écrit le 07/02/2012 à 14:53 :
Si cette question vous intéresse vraiment, adressez-vous sur hahaped, vous auriez, à coup sûr, la réponse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :