BNP Paribas Cardif mise sur l'international

 |   |  400  mots
Eric Lombard, PDG de BNP Paribas Assurance. DR
Eric Lombard, PDG de BNP Paribas Assurance. DR
BNP Paribas Cardif, la branche assurance du groupe bancaire, a réalisé pour la première fois en 2011 plus de la moitié de son activité à l'étranger. Si l'activité d'assurance vie- épargne marque le pas, les activités de protection (prévoyance et dommages) poursuivent leur forte croissance.

L'année 2011 restera sans doute pour BNP Paribas Cardif une année charnière. Pour la première fois, la branche assurance du groupe réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires à l'international (53% contre 47% pour la France). Et Eric Lombard, le Président-directeur général de BNP Paribas Cardif ne voit pas le phénomène ralentir, au contraire : " la part relative de l'international va continuer à croître fortement", a-t-il déclaré lors de la présentation des résultats annuels jeudi 22 mars. L'Asie qui représente actuellement 12,5% devrait être particlièrement dynamique et peser pour un quart de l'activité d'ici 5 ans.

De plus,  le volume de primes liées à la protection  (assurances emprunteurs, individuelle accident, assurances dommages aux biens, etc) a franchi en 2011, le cap du milliard d'euros en Amérique latine (Brésil, Chili, Mexique)  illustrant ainsi que "le moteur de croissance du groupe est l'activité de protection, à l'international comme en France", selon Eric Lombard.

L'assurance vie-épargne reste certes l'activité majeure du groupe en France avec 9,6 milliards de collecte brute (sur un total de chiffre d'affaires de 11 milliards d'euros) mais elle affiche un recul important par rapport à 2010 de 18%. En revanche, l'activité de protection, beaucoup plus modeste en montant de primes, à 1,4 milliards d'euros, enregistre une légère croissance de 1%. La tendance est plus nette à l'étranger où le chiffre d'affaires épargne baisse de 5% à 8,2 milliards d'euros alors que le chiffre d'affaires protection est en croissance de 14%  à 4,1 milliards d'euros.

Au total en 2011, les activités de protection repésentent 23% de l'activité globale de BNP Paribas Cardif, mais "c'est la moitié de nos revenus", souligne Eric Lombard. Alors que l'augmentation des revenus d'épargne est basée sur l'encours qui progresse lentement car il est déjà à un niveau élevé (135 milliards d'euros), pour les produits de protection de la personne et des biens, les revenus dépendent directement du chiffre d'affaires. La prévoyance est donc une branche rentable. Ce qui a permis au produit net bancaire de rester stable en 2011 à 1,6 milliard d'euros  de même que le  résultat  brut d'exploitation s'est stabilisé à 716 millions. Le chiffre d'affaires global en revanche a reculé de 8% à 23,3 milliards pénalisé par le recul de la collecte en assurance vie.

Quant au  résultat net, il a  baissé de 41% à 476 millions d'euros plombé principalement par des dépréciations d'actifs  sur les obligations grecques  qui ont coûté à elles sueles 213 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :