BNP Paribas, premier employeur privé du « 9-3 »

 |   |  626  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La première banque française, qui compte 8.000 collaborateurs en Seine-Saint-Denis, reconduit son Projet banlieues pour trois ans, avec un investissement annuel porté à 4,5 millions d'euros.

L?élégant siège parisien de BNP Paribas, à deux pas de la place de l?Opéra, semble à des années-lumière des quartiers dits difficiles. Pourtant, la première banque française est plus proche des banlieues qu?il n?y paraît. Lundi, Michel Pébereau, président de BNP Paribas, a annoncé la reconduction, pour trois ans, du Projet banlieues, né en 2006, peu de temps après les émeutes qui avaient embrasé nombre d?agglomérations françaises. Doté d?un budget annuel de 4,5 millions d?euros, contre un million « seulement » par an au cours de la période 2006/2009, ce projet vise à soutenir l?action de dizaines d?associations oeuvrant en faveur des quartiers difficiles, dans toute la France.

3.300 emplois créés en six ans

Des associations comme l?Adie (Association pour le droit à l?initiative économique), dont BNP Paribas est l?un des principaux pourvoyeurs, avec 3,5 millions d?euros de subventions pour les trois prochaines années. Un partenariat qui a permis à l?Adie, spécialisée dans le microcrédit, d?ouvrir depuis 2006 12 agences dans plusieurs villes de banlieues comme Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Asnières (Hauts-de-Seine) mais également dans les environs de Toulouse ou...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :