Scor confirme son modèle gagnant en réassurance vie

 |   |  535  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Son modèle économique centré sur les risques biométriques (mortalité, longévité, dépendance) limite sa sensibilité aux variations des marchés financiers. La valeur intrinsèque de Scor Global Life augmente de 50% pour atteindre 3,3 milliards d'euros fin 2011 et les primes brutes encaissées progressent de 6% à 1,17 milliard d'euros à la fin du premier trimestre.

L'acquisition de Transamerica Re a conforté le choix du modèle économique de Scor pour sa branche de réassurance vie. La compagnie de réassurance française a en effet intégré en 2011 uniquement le portefeuille « mortalité » de la filiale américaine du groupe d'assurance néerlandais Aegon accentuant l'orientation de Scor sur les risques biométriques (décès, invalidité, maladie, dépendance...). « Nous n'enregistrons pas de primes en épargne, nous ne faisons que du risque biométrique », confirme Gilles Meyer, directeur général de Scor Global Life. Un choix qui explique que le réassureur ne soit « pas sensible aux variations des taux d'intérêt », contrairement aux assureurs vie du marché direct comme Allianz, Aviva, Axa ou même le premier réassureur mondial, Munich Re, qui a des activités d'assurance vie épargne sur le marché primaire.

La valeur intrinsèque bondit de 50%
Les profits à venir de Scor Global Life, dont l'anticipation est intégrée dans le calcul de la valeur intrinsèque de la compagnie (ou embedded value) n'ont donc pas été affectés par les varaitions des marchés en 2011. Au contraire, la "Market Consistent Embedded Value" (MCEV) a progressé de 50% pour atteindre 3,3 milliards d'euros (soit 18 euros par action) à comparer avec 2,2 milliards en 2010. Une partie de cette progression vient du rachat de Transamerica Re qui contribue pour 414 millions d'euros à la valeur intrinsèque du groupe (une fois déduit le prix d'acquisition et le coût de la transaction).

La valeur des affaires nouvelles a doublé
« Ce qui est important c'est la capacité du groupe à produire des affaires nouvelles rentables », souligne le directeur général de Scor Global Life. La valeur des affaires nouvelles a ainsi doublé entre 2010 et 2011 passant de 57 millions à 124 millions pour une marge sur affaires nouvelles de 2,9% (contre 2,4% en 2010). La marge opérationnelle a quant à elle bondi de 93% ( de 179 millions d'euros en 2010 à 346 millions d'euros en 2011) dopée par l'apport de 90 millions de Transamerica Re. « Les contrats d'assurance vie produisent des profits pendant très longtemps », explique Gilles Meyer. Un contrat rentable, le reste donc pendant des années, et vient alimenter la valeur intrinsèque de l'entreprise qui tient compte des profits futurs des contrats en portefeuille.

 Scor Global Life a généré 412 millions d'euros d'excédents de capitaux en 2011 dont 260 millions sont issus du portefeuille existant. Sur ce total, 230 millions ont été réinvestis pour développer des affaires nouvelles et 180,7 millions ont été "rapatrié" comme capital pour le groupe, 140 millions ayant été versés sous forme de dividendes à Scor SE, la maison mère.

Au 1er trimestre 2012, la réassurance vie continue sur sa lancée
Les primes brutes de Scor Global Life au premier trimestre 2012 ont progressé de 6,6 % par rapport au premier trimestre pro forma de 2011 (+3,0 % à taux de change constants), pour atteindre 1,176 millions d'eurios. La marge technique s'est établi à 7,4 %, proche de l'objectif de 7,5 % fixé dans le plan stratégique "Strong Momentum V1.1". Les affaires ont fortement progressé sur les marchés émergents, principalement en Amérique latine et en Asie -Australie, et moins rapidement -mais tout de même "à deux chiffres selon Scor- dans les marchés matures tels que le Royaume-Uni, le Canada, la France et l'Allemagne.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :