La Maif approfondit son partenariat avec la MGEN

 |   |  725  mots
Roger belot, P-dg de la Maif.Copyright Reuters
Roger belot, P-dg de la Maif.Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Pour se développer en prévoyance et en dépendance, la Maif a décidé de renforcer ses liens avec la mutuelle santé MGEN avec laquelle elle partage un "ancrage très fort dans l'Education nationale".

La Maif vient de franchir "un pas supplémentaire dans son alliance avec la MGEN", a déclaré Roger Belot, le Pdg de la Maif mercredi 23 mai à l'occasion de la présentation des résultats annuels du groupe mutualiste. Le président de la mutuelle santé de l'Education nationale a en effet été élu comme administrateur de la Maif la semaine dernière. Au delà du symbole, c'est bien d'un lien stratégique qu'il s'agit. La réciproque, l'entrée de Roger Belot au conseil d'administration de la MGEN pourrait avoir lieu dans un second temps lors du prochain renouvellement. 

Un ancrage commun, une même problématique de croissance

Les deux mutuelles se connaissent bien. La Maif et la MGEN ont en commun des "valeurs politiques partagées et un ancrage très fort dans l'Education nationale". Chacune a pendant longtemps exercé sur sa chasse gardée tout en respectant celle de l'autre : l'assurance complémentaire santé pour la MGEN et l'assurance auto et habitation pour la Maif. Puis est venu le temps du partenariat. Une offre santé MGEN Filia est ainsi distribuée par la Maif et proposée à ses sociétaires non éligibles à la MGEN (car non enseignant).

Les nouveaux sociétaires ne sont majoritairement pas enseignants

L'objectif est de développer l'équipement des sociétaires Maif sans faire une concurrence à la MGEN, " une concurrence que nos sociétaires ne comprendraient pas", estime-t-on en interne.

Depuis trois ou quatre ans, l'essentiel des nouveaux sociétaires gagnés par le groupe mutualiste niortais ne proviennent de toute façon pas de l'Education nationale (ou assimilé, comme la recherche ou la formation professionnelle). Sur 30 000 sociétaires supplémentaires acquis en 2011,  seulement 4000 viennent du monde enseignant, les autres, soit près de 87% n'en viennent pas. Ils souscrivent en fait un contrat auprès de Filia Maif qui compte aujourd'hui près de 800 000 adhérents soit environ 27% du total de sociétaires du groupe Maif. C'est avant tout pour eux que la Maif a conçu son offre Efficience Santé. "Les annonces de 60 000 recrutements dans l'Education nationale sont une bonne nouvelle pour la Maif", s'est réjoui Pascal Demurger, directeur de la Maif. Un bon moyen de regonfler le sociétariat de la mutuelle "mère" la Maif, réservée aux enseignants et assimilés.

Développer une offre de prévoyance et de dépendance
L'offre santé ayant été rénovée et transformée en une véritable gamme de contrats, l'objectif est désomrais de s'attaquer à la dépendance et à la prévoyance. La Maif ne réalise qu'un chiffre d'affaires modeste en prévoyance : 80 millions d'euros avec son contrat Rassurcap (101 905 contrats, + 7,6%) qui couvre l'invalidité et le décès toute cause et vient d'être renové, et 150 millions d'euros avec son contrat garantie accident de la vie (Praxis Solutions : 980 975 contrats, +4,4%). Quant aux cotisations santé, elles représentent 130 millions d'euros. De son côté, la MGEN offre des garantie de prévoyance et de dépendance en inclusion dans son contrat complémentaire santé. Selon Roger Belot, il s'agirait de "développer des solutions plus ambitieuses", communes aux deux enseignes. Aucun calendrier n'est cependant communiqué pour l'instant, "c'est trop tôt, nous n'avons annoncé l'alliance que la semaine dernière lors de l'Assemblée générale ", indique le Pdg de la Maif.

Rééquilibrer les assurances de dommages et de personnes

"Notre objectif reste de reste de passer à 75% d'assurances de dommages et 25% en assurances de personnes à l'horizon 2014", précise Pascal Demurger, directeur de la Maif, les assurances de personnes incluant la collecte d'assurance vie-épargne soit 626 millions d'euros  en 2011 (contre 788 millions d'euros en 2010). La répartition 75%-25% avait d'ailleurs été atteinte en 2010 grâce au niveau élevé des versements en assurance vie. La mutuelle niortaise n'a pas réussi en 2011 à contrer la tendance du marché qui a vu sa collecte nette (dépôts-retraits) s'effondrer à -85%. Une tendance qui s'est d'ailleurs pousuivie en 2012.

Cette chute de la collecte de l'épargne est d'ailleurs responsable du déclin global du chiffre d'affaires de la mutuelle en 2011 à 3 milliards conte 3,14 en 2010. Sur ce total l'assurance vie baisse de -18% alors que l'assurance de dommages augmente de +3,8%.

Les chiffres clés de la Maif en 2011
Résultat net 51 millions d'euros (+168% par rapport à 2010)
Fonds propres 1,67 milliards d'euros
ratio combiné 100,8%
marge de solvabilité (hors plus-values latentes) 215%

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2012 à 10:46 :
La MGEN est l'une des mutuelles les plus efficaces (voir les tarifs des autres mutuelles plus les plus de 65 ans). Il suffit de ne pas s'arrêter simplement aux remboursements dentaires ou optiques. Un petit tour sur le site pour réaliser l'offre large en matière de solidarité + établissements de soins + complément de salaire etc...
Enfin, c'est l'une des seules à calculer ses cotisations sur le pourcentage du salaire (somme toute équitable).
a écrit le 24/05/2012 à 20:33 :
Autant la MAIF est efficace et compétitive dans son coeur de métier autant la MGEN est chère, extrêmement chère pour des prestations somme toutes moyennes sur les services les plus demandés (optique, médicaments). Pas mal pour le dentaire par contre à condition d'aller chez des dentites conventionnés. Avant de développer des partenariats, la MGEN devrait améliorer son coeur de métier... Espérons que ce soit à l'étude.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :