Les clés pour comprendre le procès Kerviel

 |   |  818  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
Les audiences du procès de Jérôme Kerviel s'attardent souvent sur des techniques ou des produits financiers très sophistiqués, et fait référence à de nombreux protagonistes. Voici tout ce qu'il vous faut pour comprendre le procès.

Dans la salle d'audience

- La Présidente de la Cour d'appel : Mireille Filippini
- L'avocat général : Dominique Gaillardot
- Les avocats de la défense, de Jérôme Kerviel : Me David Koubbi, Me Julien Dami Le Coz.
- Les avocats de Société Générale (portée partie civile) : Me Jean Veil, Me Jean Reinhart, Me François Martineau.
- Claire Dumas : représentante de la Société Générale à la barre. Elle est adjointe au directeur des risques opérationnels et directrice du programme ERM (Enterprise Risk Management) de la banque.

Les protagonistes de l'affaire (et leur fonction en janvier 2008 quand l'affaire éclate)

- N+1 de Jérôme Kerviel : Eric Cordelle (manager de l'équipe Delta-One)
- N+2 : Martial Rouyère (chef du desk Delta-One)
- N+3 : Philippe Baboulin (dirigeant d' Equity-Finance regroupant toutes les activités de financement "collatéralisé" en titres et les activités de Delta-One)
- N+4 : Pierre-Yves Morlat (responsable de la division Arbitrage)
- N+5 : Luc François (Directeur du département Global Equities & Derivatives Solutions ou GEDS)
- N+6 : Christophe Mianné (responsable de l'activité marché de GEDS),
- N+7 : Jean-Pierre MUSTIER (directeur général adjoint de la Société Générale, en charge de la banque d'investissement)
- Philippe Citerne : directeur général délégué de la banque
- Daniel Bouton : PDG de la Société Générale
- L'équipe de traders était constituée au 1er janvier 2008 de Jérôme Kerviel, Taoufik Zizi, Ouachel Meskine, Thierry Rakotomalala, Sébastien Gers et Mathieu Besnard.
- Thomas Mougard : assistant trader de Jérôme Kerviel. Il l'aidait à saisir les opérations de trading. Après avoir été mis en examen en août 2008 pour complicité d'introduction frauduleuse de données dans un système informatique, il a bénéficié d'un non-lieu.
- Moussa Bakir : courtier de Fimat (ex Newedge, filiale de Société Générale). C'est lui qui exécutait les ordres boursiers passés par Jérôme Kerviel, et échangeait donc avec lui de manière intensive. Complice présumé de Jérôme Kerviel, il a finalement été mis hors de cause.
- Vincent Duclos : déontologue
- Sébastien Conquet : interlocuteur de J. Kerviel au service comptabilité
- Marine Auclair : responsable des contrôles passerelle (voir ci-dessous)

Le vocabulaire financier

- Les futures : prise d'engagement ferme d'acheter ou de vendre une quantité convenue d'un actif à un prix convenu et à une date future convenue. Les futures sont des produits standardisés et cotés.
- Les forwards : un contrat forward est un contrat à terme. A la différence du future, il n'est pas standardisé et n'est pas négocié sur un marché organisé.
- Les warrants : ce sont des bons d'acquisition émis par des établissements financiers sur des titres financiers existants ou un panier de titres existants.
- La contrepartie pending : couverture fictive passée sur les futures par J. Kerviel
- La contrepartie pré-hedge : autre type de couverture fictive
- Position directionnelle : pari sur la hausse ou la baisse du marché
- "Spieler" : avoir des positions ouvertes
- Intraday : pendant la journée
- Overnight : en fin de journée
- Eliot : système d'information qui répertorie toutes les opérations passées par le front-office.
- La base tampon : logée dans le système Eliot, elle recense les opérations qui comportent des anomalies avant qu'elles soient corrigées.
- Bacardi : outil d'analyse de risques et de valorisation dont disposait le desk de J. Kerviel. Il permet de produire tous les jours le résultat de chaque trader.
- Craft : outil officiel de reporting des résultats, qui devait être validé quotidiennement par le responsable du desk.
- Safe : application qui suit les flux de trésorerie
- La "passerelle" : c'est l'équipe chargée de détecter et de signaler les écarts qui peuvent ressortir du rapprochement entre les résultats comptables et les résultats du front-office.
- Click-Options : contrepartie interne à la Société Générale
- Déboucler ses positions : solder ses positions
- Eurex : basé à Francfort, c'est le plus grand marché à terme du monde, dont une des activités principales consiste dans les futures sur emprunts d'Etat allemand.
- Front-office : équipes qui traitent les opérations de marché.
- Middle-office : équipes qui assurent généralement le contrôle des risques.
- Back-office : équipes « support » du front-office. Elles assurent en particulier les fonctions administratives nécessaires à la bonne exécution d'un ordre ou d'une transaction.
- Notionnel : le montant notionnel est le montant théorique auquel s'applique le différentiel entre taux garanti et taux variable dans les contrats de gestion de risque de taux.
- Nominal : dans les cas simples, la valeur du nominal est égale à ce que l'emprunteur perçoit et à ce qu'il rembourse.
Voir aussi le glossaire du Vernimmen.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2012 à 15:42 :
utile ce petit lexique

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :