La Banque Postale examine le dossier du Crédit immobilier de France

La Banque Postale a annoncé lundi 18 juin examiner le dossier du Crédit Immobilier de France (CIF). Cet établissement français spécialisé dans le crédit immobilier est à la recherche d'un repreneur après la dégradation de sa notation financière par l'agence Moody's.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La banque postale a décidé  "d'examiner le dossier du Crédit Immobilier de France au regard de ses propres objectifs de développement rassemblés dans son projet stratégique 2011-2015 (...)".  Elle avait fortement été incité par l'Etat à se pencher sur le dossier. Car si une dizaine de repreneurs potentiels se sont intéressés à ce petit groupe bancaire qui appartient à des sociétés coopératives régionales proches du mouvement HLM, à l'arrivée quatre candidats resteraient encore en lice dont la Banque Postale, selon le Figaro. Les trois autres seraient GE Capital et deux fonds d'investissements américians

Le CIF n'est plus viable sans soutien financier selon Moody's

Tout avait commencé en février lorsque les commissaires aux comptes avaient refusé de certifier les comptesen raison de la mise sous surveillance négative du CIF par Moddy's. Face à cette siutation, l'Autorité des marchés financiers (AMF) avait demandé la suspension de plusieurs lignes d'obligations émises par le CIF.

Mi-mai, Moody's avait abaissé la note de solidité financière de l'établissement à E/Caa1, estimant que le Crédit immobilier de France n'était plus viable sans soutien financier, puiqu'il n'a qu'un accès très limité aux marchés privés du refinancement et qu'en parallèle il ne collecte pas de dépôts.

Le processus de vente est en cours

Le CIF a officiellement mandaté la banque HSBC  pour chercher un repreneur. Celle-ci indique que le processus est lancé et la "data room" ouverte. Même si le modèle économique de cette banque spécialisée dans le crédit immoblier paraît fragile car basé sur un refinancement intégral sur les marchés, une opération devenu difficile dans le contexte actuel, l'établissement compte tout de même 2,4 milliards de fonds propres et devrait afficher un résultat bénéficiaire pour 2011 du même ordre que celui de 2010 soit une cinquantaine de millions d'euros.

 


Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.