Les billets en Euro sont-ils boudés par les faux-monnayeurs ?

 |   |  516  mots
BCE dr
BCE dr (Crédits : BCE)
La Banque Centrale Européenne (BCE) recense 251 000 billets en euro contrefaits au cours du premier semestre 2012. Une chute de 19% par rapport au semestre précédent. Les coupures de 20 et de 50 euros restent les grandes favorites.

L?euro susciterait-il moins d?intérêt de la part des faux-monnayeurs ? Le nombre de billets contrefaits saisis entre janvier et juin 2012 connaît un fléchissement de 19% par rapport au second semestre 2011. Selon un rapport publié aujourd?hui, la Banque Centrale Européenne a recensé 251 000 fausses coupures dans ce laps de temps. Elle en comptabilisait 310 000 au semestre précédent et 296 000 à la même période en 2011.
Comparé aux 14,6 milliards de billets authentiques en circulation, les chances de se retrouver avec un faux billet entre les mains restent toutefois infimes.

Les billets de 20 et de 50 euros représentent 77% des faux billets

Le billet de 50 euros vole un peu la vedette à celui de 20? S?ils sont les chouchous de la contrefaçon, représentant à eux deux 77% du total de faux billets, la part des fausses coupures de 20 euros (42,5%) a diminué par rapport au semestre précédent, face à celle de 50 euros (34,5%) qui s?est légèrement accrue. Le billet de 100 euros occupe quant à lui la troisième place, remportant 17 % du total. Pour les faux-monnayeurs, il apparaît que les coupures de 5 et 10 euros n?en valent pas la chandelle. Et les billets de 200 et 500 euros suscitent probablement trop d?attention de la part des receveurs. Ces quatre valeurs ont donc une part très marginale sur l?ensemble du marché.

Géographiquement parlant, la majeure partie (97,5 %) des fausses coupures saisies au premier semestre 2012 l?ont été, comme on peut l?imaginer, dans les pays de la zone euro.  Seulement 2 % environ des contrefaçons ont été détectées dans des États membres de l?Union européenne n?ayant pas l?euro comme devise et 0,5 % dans d?autres régions du monde.

Quelques conseils pour vérifier l'authenticité d'un billet...

Il est utile de préciser que ce chiffre est une estimation de la BCE, obtenue par une collecte de données des différentes banques centrales nationales. Par exemple, la Banque de France voit revenir régulièrement des billets qui ont circulé à maintes reprises. Elle les trie systématiquement, et ne sont remis en circulation que les billets authentiques et en bon état. Elle communique par la même occasion à la BCE le nombre de faux billets qu?elle a enregistré.

Rester vigilant lors des transactions en espèces, c?est la recommandation maintenue par l?Eurosystème, composé par la BCE et les 17 banques centrales nationales de la zone euro.  Pour vérifier l?authenticité d?un billet, suivez la méthode « toucher, regarder, incliner »? Tout d?abord, palper le billet : son papier de coton doit être ferme et craquer à la pliure. Puis, il faut le scruter pour identifier certains signes de sécurité par transparence. Finalement, l?incliner permet de repérer entre autre un filigrane noir de sécurité ou l?alternance de la valeur faciale et du signe euro sur la bande holographique argentée. Nombreux sont donc les signes de sécurité qui permettent de s?en assurer (63 au total, à retrouver sur les sites Internet de la BCE et des banques centrales nationales de l?Eurosystème).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2012 à 1:43 :
Petit conseil de caissier pour détecter un faux billet rapidement: juste entre la signature de Trichet/M.Draghi et le chiffre du montant de votre billet, se trouve un petit rectangle strié sur lequel il est possible de passer son ongle. S'il est possible de le "gratter" c'est très certainement un vrai, sinon c'est assurément un faux.
Réponse de le 17/07/2012 à 8:29 :
C'est simple et efficace

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :