Les dépôts laissés par les banques à la BCE ont fondu comme neige au soleil

 |   |  554  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Il y a tout juste une semaine, la BCE décidait de ramener à zéro le taux de sa facilité de dépôt. Effectif depuis mercredi, ce changement de rémunération a eu un effet spectaculaire : les dépôts des banques auprès de la BCE ont fondu de moitié. Reste une question : où peut aller cet argent ?

Les conséquences de la baisse des taux de la BCE ne se sont pas fait attendre. L'euro a entamé une longue glissade : de 1,25 dollar à la veille de la décision du conseil des gouverneurs, il est passé sous 1,24 le jour même, puis sous 1,23 le lendemain. Aujourd'hui, après avoir touché un point bas à 1,2167 - un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis juin 2010 -, il terminait l'après-midi légèrement sous 1,22.

La baisse, à zéro, du taux de la facilité de dépôt a, elle aussi, eu un effet spectaculaire, mais il n'a été connu qu'aujourd'hui. Les chiffres publiés ce jeudi par la BCE pour la journée de mercredi, la première concernée par le nouveau dispositif, montrent que les dépôts au jour le jour des banques ont été ramenés à 325 milliards d'euros contre 809 milliards mardi, soit une baisse de 60 % en une journée. Cette chute vertigineuse des dépôts a été qualifiée « d'encourageante » par Josef Bonnici, l'un des membres du Conseil des gouverneurs de la BCE. L'espoir, si les banques cessent d'utiliser la facilité de dépôt comme un coffre-fort où placer leurs liquidités, est qu'elles dirigent cet argent, sous forme de prêts, vers les ménages et les entreprises.

Les banques pourraient simplement être tentées de garder ces liquidités

La très forte aversion au risque des établissements et la faiblesse de la demande de crédit plaident cependant pour une autre hypothèse. « Les banques qui ont le plus utilisé la facilité de dépôt sont les banques du nord de l'Europe. Si elles retirent une partie de leurs liquidités, il y a de fortes chances pour qu'elles en investissent une partie sur leurs marchés obligataires ou monétaires domestiques, et elles auront plutôt tendance à se diriger vers des titres à court terme », estime Cyril Régnat, stratégiste taux chez Natixis.

Reste à trouver des titres courts, sûrs et liquides qui apportent encore un semblant de rémunération. Un vrai défi ! Les titres de dette allemande dont l'échéance est inférieure à 2 ans (et bientôt 3 ans) offrent tous des rendements négatifs, tout comme les bons du Trésor français à moins d'un an.

Dès lors, les banques devraient, au moins à court terme, simplement garder ces liquidités. C'est ce qui s'est passé jeudi : les banques ont transféré leurs liquidités d'un compte à l'autre de la banque centrale, de la facilité de dépôts au jour le jour vers leurs comptes courants auprès de l'institution. Les liquidités déposées auprès de la facilité des comptes courants - qui ne procure, elle non plus, aucun rendement mais qui est plus simple à utiliser - sont passées entre mardi et mercredi de 74 à 540 milliards d'euros.

Les analystes de marché évoquent une autre possibilité d'emploi pour les liquidités des banques. « La dette corporate [émise par les entreprises] à court terme sous la forme de "commercial papers" et de billets de trésorerie offre une petite rémunération, elle pourrait bénéficier d'une partie du report », indique un spécialiste du marché monétaire. De quoi alimenter une nouvelle bulle, après celle des emprunts d'Etat des pays du "coeur" de la zone euro ? 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2012 à 14:53 :
pas de panique : il s'agit d'argent virtuel !
a écrit le 13/07/2012 à 12:40 :
titre peu digne d'un journalisme d'information (je ne parle même pas d'investigation) dommage pour votre crédibilité
a écrit le 13/07/2012 à 11:36 :
L'explication de Reuters sur le transfert des liquidités d'un compte à l'autre de la BCE
http://www.reuters.fr/article/businessNews/idFRPAE86B0GX20120712?pageNumber=1&virtualBrandChannel=0
a écrit le 13/07/2012 à 11:33 :
La BCE devrait mettre à 0% son taux directeur. La situation est franchement suffisamment grave pour privilégier la relance économique sur l'inflation. La FED ou la banque du Japon y vont franco depuis un moment ce qui limite la casse alors que leur dette est bien aussi grave que la notre.
Réponse de le 13/07/2012 à 11:51 :
Raisonnement à l'envers : jamais les dettes n'ont permis de limiter la casse. Les dettes ont augmenté parce que les taux étaient faibles ou nuls, sans rien régler. La BCE devrait au contraire augmenter ses taux pour interrompre le cercle vicieux de la dette.
a écrit le 13/07/2012 à 10:39 :
Un journal économique sérieux ne doit pas laisser penser que l'argent a comme qui dirait été "volé". Tout doit être factuel et rigoureux avec force explications si nécessaire. D'autant que la BCE est à l'orthodoxie ce que l'Etat est souvent à l'impéritie.
a écrit le 13/07/2012 à 10:33 :
La même histoire est en train de ce répéter, comment endetter les états et faire payer les citoyens (Loi Rothschild de 1973), mais aujourd'hui les peuples commence à se révolter, les Grecs ont engagés non pas des manifestations mais une révolution contre le système bancaire prédateur, qui veut asservir leur pays et la la planète. Aujourd'hui l économie vacille et tous les pays d'Europe sont ruinés (dit-on), mais surtout les USA depuis Goldman SACHS, qui a mit ces pions en Europe, Monti, Draghi, et Papadimos en Grèce, faire une révolution en France ne sert à rien, ne pas contracter de crédit, vendre sa voiture, ne plus fumer, ne plus consommer et ne plus gaspiller à outrance en autre et s informer est la vrai révolution pacifique et la vrai liberté, aujourd hui le mot esclave a été remplacé par le mot ouvrier...
http://theilluminati.free.fr/index.php/monnaie-dette-banksters/article-video-arnaque-de-l-impot-sur-le-revenu
Réponse de le 13/07/2012 à 11:47 :
Commentaire trois fois ridicule : loi de 73, l'Europe ruinée, esclave/ouvrier.
Réponse de le 13/07/2012 à 12:02 :
Le commentaire de Dame Michelle est peut être ridicule mais moins que mon troll qui usurpe le pseudo de ces petits camarades ou surenchérit sur ses propres commentaires...
Pathétique !
a écrit le 13/07/2012 à 10:22 :
" L'espoir, si les banques cessent d'utiliser la facilité de dépôt comme un coffre-fort où placer leurs liquidités, est qu'elles dirigent cet argent, sous forme de prêts, vers les ménages et les entreprises"
Le plus probable c'est de voir de nouveaux secteurs "financiarisés" et détruit par le capitalisme sauvage des banque "d'investissement" ou devrais-je dire, de spéculation.
Cela commence avec des produits basés sur les bouteille de vin!
Réponse de le 13/07/2012 à 11:44 :
Il faudrait donner de manière intelligible la différence entre investissement et spéculation plutôt que se contenter de répéter bêtement ce mot vide de sens comme une incantation idéologique.
a écrit le 13/07/2012 à 9:17 :
Titre racoleur et erroné,
Les années passent et le niveau des journalistes ne fait que baisser .
a écrit le 13/07/2012 à 8:25 :
Complétement décourageant de dépendre de cette institution!
a écrit le 13/07/2012 à 7:50 :
Les sous n'ont pas disparu de la BCE, ils sont passés d'un compte à un autre (facilité de dépôt vers comptes courants). Pour être précis la chute est de -475 mds pour la facilité de dépôt en une journée alors que dans le même temps les comptes courants augmentent de 466 mds. Vos confrères de Reuters expliquent très bien le phénomène. Merci de compléter votre article.
a écrit le 13/07/2012 à 1:35 :
comme le montre l'article, on a un probleme de demande dans l'economie mondiale, tous les acteurs economiques tentant de diminuer leur endettement en meme temps en depensant moins... sauf que la richesse produite n'augmente donc pas ce qui alourdit au final l'endettement. Les institutions financieres pretent a des taux plus que favorables a certains pays. ce qui devrait pousser ces pays a emprunter plus... pour creer un choc de demande par la depense publique... je vais me faire traiter de tous les noms mais j'ai ete converti a cette idee en lisant Krugmann... Bref a explorer!
Réponse de le 13/07/2012 à 7:21 :
Oui, il suffit de regarder de regarder les résultats de la politique d'Obama pour se rendre compte que Krugmann, qui l'a inspiré, a tout faux. Conclusion : croissance faible aux USA et niveau d?endettement qui s'envole. GM qui menace de nouveau de faire faillite,....
Réponse de le 13/07/2012 à 12:31 :
Sauf que Krugman a toujours dit depuis l'annonce de ce plan qu'il etait trop petit, et que le detail de ces depenses n'etait pas assez concentre sur les investissements! De plus Krugman demontre que le taux d'endettement n'est pas forcement problematique. J'ajouterai que le meilleur moyen de reduire notre taux d'endettement serait d'introduire un peu d'inflation... 2% est historiquement extremement bas et est de plus cette inflation est majoritairement due aux prix des matieres premieres!
a écrit le 12/07/2012 à 21:44 :
Pas si sûr que de pousser les ménages à s'endêter soit une si bonne idée. Pour le financement des entreprises, bien sûr. A condition qu'il en reste qui ne soient pas des filiales de grands groupes.
a écrit le 12/07/2012 à 21:22 :
C'est moi qui les ai piqué pour payer les futures taxes des socialistes !
Réponse de le 12/07/2012 à 21:34 :
bien jouer
a écrit le 12/07/2012 à 21:07 :
N'importe quoi, la baisse des dépôts bancaires à la BCE (qui rapportait jusqu'ici 0.25%) s'est retrouvé euro pour euro dans les "comptes courants" des banques à la BCE (qui ne rapporte rien au-delà du minimum obligatoire de réserve). L'argent n'a donc ni disparu, ni quitté la BCE. Vérifiez vos informations !
Réponse de le 12/07/2012 à 21:47 :
merci pour l'info juju.
Concrètement, quel est leur intérêt à faire ça? Quelle est la rémunération des dépots dans ce cas?
Réponse de le 12/07/2012 à 21:52 :
Oui, étrange article qui passe à côté du sujet.
Réponse de le 12/07/2012 à 22:52 :
Les résèrves obligatoires sont rémunérées aux taux directeur de la BCE (0.75%) mais à 0% au-delà de ce montant. L'utilisation de l'"overnight deposit facility" de la BCE permettait aux banques de profiter d'un léger arbitrage, d'où l'intérêt de réduire à 0 le taux de rémunération sur dépôts bancaires et pousser les banques à utiliser leurs fonds disponibles.

En attendant, elles continuent de parquer leurs liquidités au seul endroit jugé encore sûr en Europe (la Banque Centrale) même si cela ne rapporte rien, l'investissement "sûr" alternatif étant l'obligation d'Etat allemande qui se négocie à taux d'intérêts négatifs...
Réponse de le 21/01/2013 à 15:44 :
Les comptes courants sont dans les banques centrales nationales et non pas à la BCE ! et les banques n'ont aucun intérêt (financier) mais elles préfèrent laisser l'argent dormir plutôt que de le prêter (entreprises et particuliers). Et cela dure depuis juillet 2012.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :