Séparation des banques : le rapport Liikanen attendu le 2 octobre

Le rapport Liikanen sur la séparation des activités de banque de dépôts et de banque d'investissement sera décisif pour la réforme bancaire française à venir.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

C'était une promesse de campagne de François Hollande : une grande réforme bancaire devait séparer les banques en deux. D'un côté, les banques d'investissement et de financement jugées risquées car comportant des activités potentiellement spéculatives, de l'autre les banques de dépôts ou de détail.

Finalement, le projet n'a pas été déposé à la session parlementaire cet été car le gouvernement a jugé plus sage d'attendre le résultat de la réflexion européenne sur le sujet. D'après l'Agefi, le rapport Liikanen, du nom du gouverneur de la banque centrale de Finlande qui préside la commission d'experts, devrait être présenté par le commissaire européen Michel Barnier le 2 octobre prochain. 

Les banques françaises sauront alors si leurs arguments sur les vertus du modèle de la banque universelle "à la française", qui réunit à la fois les activités de marché et les activités de banque de dépôts au sein d'un même groupe, ont convaincu. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 23/12/2012 à 15:49
Signaler
www.monadversairecestlafinance.fr

à écrit le 19/09/2012 à 14:08
Signaler
la séparation est un impératif de salubrité public et permet de préserver la liberté de tous le monde, les amateurs de risques pourront engager leur argent et faire soit fortune soit faillite, et les autres resterons sur des actifs pépères et le cont...

à écrit le 19/09/2012 à 11:39
Signaler
Quel que soit l'argumentaire des banques, il semble évident qu'une séparation totale entre banque de dépôt et banque d'investissement ne puisse être que bénéfique pour le consommateur: ceux qui veulent prendre des risques confieront leurs économies à...

le 19/09/2012 à 13:52
Signaler
Cela ne veut pas dire grand chose le" risque quasi nul", c'est ce que vient de nous démontrer cette crise. Votre livret A, ou vos obligations du trésor français offre un taux garanti mais la nature de l'emetteur de celui-ci comporte un risque de déf...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.