La réforme bancaire française aura bien lieu

Le ministre français de l'Economie, Pierre Moscovici a assuré jeudi 20 sepmtebre, que la réforme bancaire visant à séparer les activités de dépôt des activités spéculatives sera faite.
Jean-Marc Ayrault, Premier ministre. Copyright Reuters
Jean-Marc Ayrault, Premier ministre. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

"François Hollande avait parlé de séparer les activités utiles pour l'investissement des opérations spéculatives, la réforme bancaire, nous la ferons", a déclaré le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, jeudi 20 septembre, lors des Journées parlementaires du parti socialiste à Dijon. "Il faut réformer la finance et la mettre au service de l'économie" a-t-il martelé.

Dans l'attente du rapport Liikanen

Cette déclaration intervient alors que le rapport Liikanen, demandé par la Commision européenne, n'a pas encore été présenté. Il est attendu début octobre et devrait aborder en détails la question de la séparation deda ctivités de banques de dépôts et de banque d'investissement au niveau européen. Le gouvernement français avait reculé la mise au point d'une réforme bancaire, pourtant annoncé pendant la campagne présidentielle, pour attendre la sortie de ce rapport européen.  la question est notamment de savoir se ce rapport s'orientera dans la même direction que la réforme Vickers en Grande-Bretagne, assez radicale, qui vise avant tout à protéger les activités de banque d'investissement et de financement qui font la réputation de la City.

Et une réfome de l'épargne...

Jean-marc Ayrault a  rappelé également à Dijon que le gouvernement engagera une "réforme de l'épargne". "L'idée est de donner des financements pour les PMI-PME". "Les PME seront protégées" a-t-il assuré lors d'une table-ronde intitulée "la reconquête de l'emploi, le combat pour le pouvoir d'achat".

Evoquant la future Banque publique d'investissement (BPI) dont la création sera examinée le 17 octobre au Conseil des ministre il a précisé que "ce sera la banque des PME, des régions". Et d'ajouter,  "cela ne peut pas être une banque comme les autres, elle doit être une banque globale, qui prête et fait des garanties, qui agit aussi pour prendre du capital quand c'est nécessaire, cela doit être un acteur local et un investisseur stratégique de long terme, une banque qui prête peu cher", a-t-il précisé.


 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 21/09/2012 à 12:53
Signaler
et la loi de 1984; elle devient quoi

le 21/09/2012 à 13:31
Signaler
on s'assoit dessus, et avec le sourire. Je précise que si les banques Françaises ont mieux traversées la crises qu'ailleurs c'est justement grace à cette loi de 1984 et son principe de banque universelle. Mais ça fait bien de "se payer" une corporati...

à écrit le 21/09/2012 à 9:23
Signaler
Les TPE ET PME ont surtout besoin de visibilité économique, fiscale et d'allègements de la legislation et des charges sociales pour créer des emplois..........

le 21/09/2012 à 10:25
Signaler
Bien d'accord, mais elles ont également besoin d'être payées dans les temps, selon les lois en vigueur. L'Etat et les collectivités sont les premiers clients à payer à retardement, mettant en péril Emplois, Activités et Entreprises. Les délais vont s...

à écrit le 21/09/2012 à 9:09
Signaler
je vois pas ce que la Banque publique d'investissement (BPI) va changer par rapport à OSEO

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.