1 milliard d'euros de plus pour financer les collectivités locales

 |   |  293  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Le groupe bancaire BPCE (Banque Populaire-Caisse d'Epargne) va mettre à disposition cette année un milliard d'euros de financement complémentaire aux collectivités locales et au secteur public hospitalier, en demande de crédits. Ce, sans puiser dans ses liquidités, indique la banque.

Alors que la demande de crédits du secteur public local français, en crise, reste forte, le groupe bancaire BPCE va mettre cette année à sa disposition des solutions complémentaires de financement d'un montant d'un milliard d'euros, en plus de ses 4 milliards d'engagements déjà prévus pour le secteur public en 2012. Cette initiative semble à première vue aller à l'encontre des pratiques du moment, ce marché étant très consommateur de liquidités pour les banques, notamment parce que les collectivités locales n'épargnent pas auprès d'elles, mais du trésor public. Les institutions bancaires sont donc obligées de puiser dans leurs réserves ou d'aller chercher de l'argent sur les marchés pour refinancer les prêts qu'elles accordent aux collectivités.

Deux solutions ont en fait été émises par BPCE pour ne pas affecter ses liquidités. Le groupe ira ainsi dénicher la moitié du milliard d'euros grâce à un Fonds Commun de Titrisation (FCT), conçu par sa filiale Natixis, qui sera alimenté par des financements de grands investisseurs institutionnels. Ce FCT permettra à des grandes collectivités locales de solliciter ces liquidités.
L'autre moitié du milliard sera octroyée sous forme de crédits bancaires en apparence classiques. Ces derniers seront en fait logés dans le bilan du Crédit Foncier, autre filiale du groupe BPCE, dont plusieurs actifs sont arrivés à échéance cette année et en 2011.
Avec ce milliard d'euros, le groupe BPCE complète une offre parallèle de quatre milliards d'euros de crédits bancaires en 2012, principalement distribués par les Caisses d'Epargne. Ce, alors que le secteur public local, notamment les petites collectivités et les hôpitaux, est contraint de réduire drastiquement ses investissements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2012 à 18:09 :
Génial !! Ils vont pouvoir partir en voyage à Rio ou Los Angeles, ils vont inviter dans de somptueuses loges au stade et au spectacle leurs amis et électeurs, ils vont attribuer des voitures de fonction à tour de bras. Génial, que le pays est bien géré !!
a écrit le 03/10/2012 à 17:18 :
HEUREUX JE SUIS HEUREUX
voila encore une source supplémentaire de mes futurs impôts
a écrit le 03/10/2012 à 16:29 :
La banque Dexia a-t-elle encore un avenir?
a écrit le 03/10/2012 à 16:17 :
Il serait quand même temps qu'au lieu de mettre une nouvelle taxe chaque jour, les politiques pensent à mettre "au pain sec" les dépenses publiques " de l'état et des collectivités. Peut-être, attendent-ils que l'UE sévissent et nous mettent au régime espagne-portugal?
a écrit le 03/10/2012 à 14:41 :
Il faut arrêter de les financer ! Ce sont eux qui creusent en grande partie la dette nationale! Les potentats locaux et leur clientélisme son le parasite de notre société ! Stop a la gabegie
Réponse de le 03/10/2012 à 17:37 :
les petits barons locaux ont besoin d'argent pour entretenir leurs chateaux et payer le personnel
a écrit le 03/10/2012 à 14:20 :
Et après ça, on veut nous faire croire que le sévice public fait des efforts et des économies ? De qui se moque-t-on ?
a écrit le 03/10/2012 à 13:36 :
on est sauvé...
Réponse de le 03/10/2012 à 14:45 :
l a vie est belle de l embauche de fonctionnaires en vue .....la gauche soigne sa clientaile

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :