La récession européenne laisse les banques françaises de marbre

 |  | 412 mots
Lecture 2 min.
François Pérol, président du directoire de BPCE Copyright Reuters
François Pérol, président du directoire de BPCE Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les grands établissements financiers affichent pour la plupart des profits en hausse pour le premier semestre. BPCE publie ce mardi des profits en forte progression (+16% pour le premier semestre)

Finies les pertes pour Crédit Agricole, Société Générale affiche une rentabilité enfin élevée, BPCE accroît encore ses profits, tandis que BNP Paribas peut se targuer d'une rentabilité toujours aussi forte : décidément les banques françaises savent tirer leur épingle du jeu dans un contexte qu'elles peuvent à bon droit qualifier de difficile. La zone euro est toujours en récession, ce qui ne contribue évidemment pas à doper l'activité bancaire.
Comment ces banques font-elles ? Certaines ont mis fin à une période de restructuration. C'est le cas de Crédit Agricole, qui était plombé par son exposition aux pays dits périphériques de la zone euro (Grèce, notamment). Ce n'est plus le cas, d'où un bénéfice net atteignant 2,4 milliards d'euros pour le premier semestre 2013, contre 1,67 milliard au premier semestre 2012. Ses profits ne sont pas dus à une activité de prêt, l'encours restant stable d'une année sur l'autre pour les Caisses régionales de Crédit Agricole, alors qu'il progresse très peu pour LCL (+1,3% au 30 juin 2013).

La banque de détail réussit à BPCE
Ce n'est pas le cas de l'autre banque mutualiste, BPCE. Les résultats en forte hausse, publiés ce mardi (+16,4% de profits par rapport au premier semestre 2012, à 1,51 milliard d'eureos) , sont liés notamment à un développement du crédit (+5,7% sur un an), et de l'assurance. Les ventes nettes de contrats d'assurance ont progressé de 56% au premier semestre. De quoi conforter les dirigeants de BPCE sur leur modèle économique de banque de réseaux.

Société Générale se développe dans la banque de financement et d'investissement...
Société Générale développe un autre modèle. Grâce, notamment à son activité Banque de financement et d'investissement, autrement dit le conseil en financement aux entreprises, que le groupe a surpris favorablement le marché, doublant ses profits du deuxième trimestre (par rapport à la même période de 2012).

... tout comme BNP Paribas
Quant à BNP Paribas, ses profits sont toujours aussi plantureux, à 1,76 milliard pour le seul deuxième trimestre, et de 3,35 milliards pour l'ensemble du premier semestre. Là aussi, la banque de détail ne voit pas son activité vraiment se développer. C'est plutôt dans le conseil au financement des entreprises, lorsqu'elles font appel aux marchés, que la banque leader accroît ses profits.
Les grandes banques françaises, avec des modèles différents, se défient donc d'une conjoncture déplorable.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2013 à 14:30 :
LA BPCE ?C'EST LA Banque de Perol et ses Copains de L'ENA???LA CAISSE A PLACE DES MILLIERS D'ACTIONS NATIXIS LA BANQUE sa FILIALE ??AU COURS DE 11,95 EUROS??CA VAUT A CE JOUR 3 EUROS????IL FAIT DES BENEFS???SUR LE DOS DES ACTIONNAIRES???UNE HONTE ?NATIXIS EST UN SCANDALE D'ETAT??QUI AVEC LE LIVRET ""A""DONT LE PLAFOND A AUGMENTE A 22950 EUROS ET LE TAUX A DIMINUE A 1'25% AU LIEU DE 1'75%???C'EST LE GOUVERNEMENT ACTUEL QUI PROFITE DE PLACER CES FONDS???A LEUR GUISE??LE GRAND DUC ???MOI-JE ??EN PROFITE ET LES FRANCAIS COMME DES BOULETS CONTINUENT DE FAIRE CONFIANCE A CETTE MISERE DE LIVRET""A""?????FRANCAISE ,FRANCAIS VOUS DEVEZ SOLDER LE LIVRET ET PLACER EN ASSURANCE VIE A UN TAUX SUPERIEUR A CELUI DE L'ECUREUIL???MOI-JE ET SONT POT MOSCOU? VIT ?ICI VONT ARRETER DE PLUMER LES FRANCAIS AVEC NOS EUROS???CASSEZ-VOUS CAR CE SONT DES ZEROS???JLj LE DIT SI BIEN IL PIGEONNE LES CLIENTS DE LA CAISSE POUR SE GAVER???LA CAISSE N'EST PAS UNE BANQUE???
a écrit le 08/08/2013 à 10:39 :
si les grands établissements financiers affichent pour la plupart des profits en hausse, alors tout va bien !
a écrit le 07/08/2013 à 19:22 :
Je travaille dans une banque la caisse d'épargne... On fait des profits car on pigeonne tous les clients en vendant des produits d'assurances bidons. Le matin on prépare les rendez vous en collectif afin de bien se gaver sur chaque client. On rajoute une assistance juridique un pétition contrat prévoyance une carte revolving et un profit maximum. Merci les clients de dirent oui à tout...
a écrit le 07/08/2013 à 19:21 :
Je travaille dans une banque la caisse d'épargne... On fait des profits car on pigeonne tous les clients en vendant des produits d'assurances bidons. Le matin on prépare les rendez vous en collectif afin de bien se gaver sur chaque client. On rajoute une assistance juridique un pétition contrat prévoyance une carte revolving et un profit maximum. Merci les clients de dirent oui à tout...
a écrit le 07/08/2013 à 19:21 :
Je travaille dans une banque la caisse d'épargne... On fait des profits car on pigeonne tous les clients en vendant des produits d'assurances bidons. Le matin on prépare les rendez vous en collectif afin de bien se gaver sur chaque client. On rajoute une assistance juridique un pétition contrat prévoyance une carte revolving et un profit maximum. Merci les clients de dirent oui à tout...
a écrit le 07/08/2013 à 17:07 :
Imaginez un monde sans banque. Pas de crédit donc pas de propiétaire (sauf pour les plus riches), pas de carte bleu, on garderait tout son argent sur soit ou dans son matelas (bien plus rentable pour les agresseur et tempi pour la tranquilité d'esprit). Avec l'inflation, on perdrait de nos économies puisqu'il n'y a plus d'intérêts. Pas de place boursière donc moins de sociétés, moins d'emplois avec plus de chomage de précarité et donc plus d'insécurité... Oui c'est vrai qu'avec un raisonnement de simplet, rageux, jaloux, ou tout simplement qui n'y connait rien mais suit le mouvement, la vie sans banques serait meilleur. Mrs anti banque, anti profits..., réfléchissez un peu avant tirer à boulets rouges sur ces établissements car tôt ou tard, on a besoin de sa banque et vous parraissez ridicule à demander de l'aide de ceux que vous méprisez. Un peu comme la cigale qui se se moque des fourmis mais au moment ou elle en a besoin, elle est bien contente que les fourmis l'aide. Bref ça fait 200 ans que La fontaine a écrit ça et c'est toujours pas rentré dans la tête des gens.
Réponse de le 08/08/2013 à 21:30 :
Oui, la cigale se fout de l'inflation et de l'épargne.

Donne lui juste un "compte bancaire" pour recevoir ses revenus, ou alors donne lui son salaire en liquide.

Le retrait, sans être illimité, ne pourrait être limité en se prévalent d'un hypothétique retrait en masse (bankrun).

Quant aux autres services bancaires, cartes de retrait/paiement, prêts, etc, ils pourront être soumis au libre-échange.
Réponse de le 09/08/2013 à 0:10 :
je dirai plutôt que ce sont les banques les cigales, à vivre non sur la production mais sur la spéculation. Et ce sont d'ailleurs des cigales bien invasives. Il est peut-être vrai que les banques ont permis, à un moment de l'histoire humaine, de réunir des richesses considérables et de les réinvestir dans l'économie réelle, et par là de réaliser des projets pharaoniques. Mais cela est fini depuis un moment déjà ; les banques ne font que capturer la monnaie réelle des gens en vue de créer de la richesse virtuelle qu'elles transforment en monnaie réelle, mais qui reste dans leurs poches !
a écrit le 07/08/2013 à 15:02 :
Des faux profits fait pour l essentiel avec du trading et la complicite des banques centrales qui creent des bulles sur les marches....meme des hyperbulles...attention à l eclatement
a écrit le 07/08/2013 à 13:12 :
L'on s'étonne de leur prospérité au sein d'une économie malade. cela n'a rien d'étonnant si l'on veut bien voir le changement du métier depuis trois décennies. La volonté des Etats, sous l'hégémonie américaine et britannique, a été de mondialiser un Système monétaire et financier construit pour promouvoir une société de consommation sans borne pour créer croissance et valeurs. Le droit et la comptabilité ont ainsi institutionnalisé les dérégulation et désintermédiation de la Finance. Sous cette Commandite étatique, l'inventivité financière débridée a permis aux banques de devenir essentiellement prestataires de montages et services, et courtiers commissionnés pour vendre leurs produits à des constellations de fonds et véhicules constitués avec les dépôts et épargnes de leurs clients. Evacuant ainsi sur ces "OPCVM" les risques et loyers de l'argent, elles prospèrent en entretenant, toujours plus, le manège fou d'un Marché-Casino pervers. Pas étonnant qu'elles gagnent de l'argent quand en perdent les acteurs de l'économie réelle.
a écrit le 07/08/2013 à 12:37 :
Faut-il rappeler ici la différence entre les banquiers et les oiseaux? Cela tient à un détail: ces derniers s'arrêtent de temps en temps de voler !
a écrit le 07/08/2013 à 12:30 :
Les banquiers sont des gens intelligents, quand un gouvernement dit / il est interdit de..../et qu au regard de cette interdiction il n y a pas de sanction prevues, ils s en affranchissent et foncent vers les rendements élevés à court termes. De plus le poste de dépense le plus élevé du budget et celui des banques 70 mds cette année parait il que la finance est l ennemie du nouveau n°1 quand serait il si c était le conyraire.
a écrit le 07/08/2013 à 11:57 :
Nos banques sont les premières du monde et font tout pour le rester. Beaucoup de nos entreprises sont également des géants mondiaux. Le tout est de savoir l'avantage que les français en retirent. Le Fortune Global 500 qui compile les 500 plus grandes entreprises du monde dont (31 françaises) avec des activités correspondant à une part considérable du business global, emploient seulement 65 millions de personnes sur plusieurs milliards d'habitants. Ce chiffre est en baisse relative. La question est donc posée de savoir que faire des champions ? Nos banques en font partie.
a écrit le 07/08/2013 à 11:46 :
Aux petits employés de banque ici : vous avez tout à fait le droit de défendre vos gagne-pains mais évitez de défendre vos patrons les oligarques cupides. Nous avons de la mémoire...
a écrit le 07/08/2013 à 10:50 :
Argent du contribuable venant des impots et injonctions massives venant de la BCE qui demain aura des csq sur les ressources des ménages voila les 2 mamelles de nos banques qui en pleine crise font des benefices. Csq, de miracle il n'y a pas.
a écrit le 07/08/2013 à 10:38 :
Les banques françaises profitent d'un marché captif et non concurrentiel car leur entente tarifaire est clairement acceptée par l'Etat .
Toute autre profession se verrait très lourdement sanctionnée pour des pratiques similaires .
SI elles sont en si bonne santé, pourquoi l'Etat leur accorde t-il 30 milliards de cash pris sur les dépôts du livret A ?
Moscovici va sans nul doute nous l'expliquer .
a écrit le 07/08/2013 à 8:55 :
Ils ont sauvé leur peau grâce à l'argent du contribuable. Ils se sont refait une santé. Ils ne devraient plus tarder à refaire des bêtises. Puisque les pouvoirs publics, et les politiciens encore plus, laissent faire.
Réponse de le 09/08/2013 à 6:19 :
@Sun Tzu, les banques françaises n'auraient pas été sauvées?! le contribuable serait sorti "gagnant " ?! vous êtes pas trop informé vous.
Les banques françaises sont sous perfusion permanente, elles ramassent des tonnes d'argent à bon compte pour le réinjecter dans leurs opérations de spéculation dont elles envoient les factures à "papa la République" quand elles terminent mal. mais pour les bénéf, elles redeviennent tout à coup "capitalistes". pour ça, vous pouvez leur faire confiance!
vous devriez comprendre au moins ça.
a écrit le 07/08/2013 à 7:29 :
Franchement..si le secteur "marche" tant mieux pour lui et pour la France, mais après tout ce que les Instances Publiques font pour lui, c'est bien la moindre des choses.
Jetons un coup d'?il sur les retours de cette prospérité retrouvée. Quels retours dans les caisses publiques? quelles évolutions des tarifs bancaires? Quelles contributions à la relance économique? Les dirigeants des banques ont appris avec la crise de 2007- 2008 les vertus de la modestie et de la discrétion, ils ont encore des progrès à faire dans la clairvoyance, la stratégie et la conscience de l'utilité sociale.
a écrit le 06/08/2013 à 23:33 :
on n'est plus dans la réalité depuis !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :