Enquête ouverte en Suisse sur une possible manipulation du marché des changes

 |  | 232 mots
Lecture 1 min.
Font l'objet d'une enquête en Suisse: UBS et Credit Suisse, la Banque cantonale de Zurich et l'établissement de gestion de fortune Julius Baer. S'y ajoutent des banques étrangères telles que JPMorgan Chase & Co, Citigroup, Barclays Bank et Royal Bank of Scotland.
Font l'objet d'une enquête en Suisse: UBS et Credit Suisse, la Banque cantonale de Zurich et l'établissement de gestion de fortune Julius Baer. S'y ajoutent des banques étrangères telles que JPMorgan Chase & Co, Citigroup, Barclays Bank et Royal Bank of Scotland. (Crédits : reuters.com)
L'autorité de la concurrence suisse se penche sur les pratiques de huit banques, dont Barclays, UBS ou Citigroup, soupçonné de s'être entendues pour manipuler le cours des changes.

Nouvelle enquête pour de possibles manipulation du cours des devises. Cette fois c'est en Suisse que les autorités se penchent sur les pratiques de plusieurs banques suisses, américaines et britanniques. La Commission de la Concurrence (Comco) annonce en effet ce lundi l'ouverture d'une enquête pour possible entente sur le marché des devises. 

Parmi les établissements concernés : UBS et Credit Suisse, la Banque cantonale de Zurich et l'établissement de gestion de fortune Julius Baer. S'y ajoutent des banques étrangères telles que JPMorgan Chase & Co, Citigroup, Barclays Bank et Royal Bank of Scotland.

Des indices selon lesquels des ententes auraient été conclues

L'organisme précise dans un communiqué

"Il existe des indices selon lesquels des ententes auraient été conclues entre ces banques sur le cours des devises"

Les banques sont soupçonnées d'avoir échangé des informations sensibles, de s'être coordonnées dans l'achat et la vente de devises à des cours influencés dans le but de manipuler le taux de référence WM/Reuters. 

D'autres enquêtes

Ailleurs dans le monde, d'autres enquêtes ont été ouvertes pour des faits similaires notamment par la Banque d'Angleterre, et, en octobre, plusieurs établissements ont reconnu avoir fait l'objet de demandes de la part d'autorités de régulation. 

>> Après le Libor, les banques menacées par le scandale du marché des changes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2014 à 15:27 :
Vive la spéculation et les tricheurs. Et surtout leur venir en aide dès qu'une perte se fait jour. Sinon pas de bonus ni dividendes Zut alors.
a écrit le 31/03/2014 à 11:25 :
pour le mythe du marché libre et non influencé. En fait dès qu'un marché n'est pas réglemente il se trouvera toujours des petits (ou plus vraisemblablement gros) malin pour l'influencer dans son propre intérêt. Les sommes en jeu sont énormes et le préjudice pour les victimes de ces arrangements mafieux tout aussi énorme. Qu'est ce qu'on attend pour exploser les mastodontes trop gros pour faire faillite et re-réguler les marchés?
Réponse de le 31/03/2014 à 11:57 :
Vous n'avez qu'à retirer vos avoirs au lieu de gémir...
a écrit le 31/03/2014 à 9:11 :
Les banquiers... Que des gens respectables et honnetes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :