L'agence Standard & Poor's sanctionnée pour des notations trop optimistes en 2011

 |   |  301  mots
Standard & Poor's serait sur le point de recevoir la plus lourde sanction imposée à une agence de notation par la SEC dans le cadre de la crise des subprimes.
Standard & Poor's serait sur le point de recevoir la plus lourde sanction imposée à une agence de notation par la SEC dans le cadre de la crise des subprimes. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'agence de notation financière serait bientôt privée d'accès au marché de l'immobilier commercial des États-Unis pour une durée d'un an, selon Bloomberg.

La Securities and Exchange Commission (SEC) aurait décidé de bannir Standard & Poor's de l'un des marchés d'émission de dette les plus lucratifs : le marché de l'immobilier commercial. L'agence de notation américaine ne pourrait alors plus évaluer ces obligations issues de toute sorte de prêts immobiliers, allant du centre commercial au gratte-ciel, pendant un an. Cette sanction serait assortie d'une amende de 60 millions de dollars, soit 51,8 millions d'euros, selon une source proche du dossier interrogée par Bloomberg.

Des notes jugées trop complaisantes

Cette condamnation serait la sanction la plus sévère jamais imposée par la SEC à une agence de notation dans le cadre de la crise des subprimes, observe Bloomberg. Le régulateur boursier reproche en effet à Standard & Poor's d'avoir émis des notes trop complaisantes sur des obligations intégrant des prêts hypothécaires subprimes ayant alimenté la crise financière. Cependant, les enquêtes menées par l'autorité américaine portent uniquement sur les notes attribuées à des titres émis en 2011.

Plusieurs enquêtes déjà en cours

C'est le département de la Justice américain (DoJ) qui se charge d'enquêter sur les notes émises par Standard & Poor's sur des prêts immobiliers subprime avant la crise financière. Le site d'information de Bloomberg précise que l'amende de la SEC qui devrait être rendue publique ce mercredi 21 janvier est distincte de la poursuite judiciaire actuellement menée par le DoJ.

Ce n'est pas la première fois que l'agence de notation américaine est poursuivie par un régulateur boursier. En juin dernier, c'est l'Esma (European Securities and Markets Authority) qui a sanctionné Standard au motif de "défaillances de contrôle en interne", ayant provoqué un non respect de la réglementation en vigueur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2015 à 12:51 :
Nous avons note une agence de notation. Le résultat pas trop bon de tout à peine 2 sur 5. Peut mieux faire et la notation "classique" c'est de la poudre aux yeux.
a écrit le 21/01/2015 à 11:56 :
C'est vrai que ça manquait une agence pour noter les agences tellement elles sont devenues ringardes en quelques années !
a écrit le 21/01/2015 à 11:56 :
C'est vrai que ça manquait une agence pour noter les agences tellement elles sont devenues ringardes en quelques années !
a écrit le 21/01/2015 à 11:25 :
cette condamnation est insuffisante, les conflits d'intérêts également impliquant les agences de notation ont également été sanctionnées de façon insuffisante si on les compare aux sanctions infligées aux banques, et puis les cabinets d'audit et de consulting comptable et financier n'ont à ma connaissance pas été sanctionnés à part un cas pour un fonds luxembourgeois lié aux véhicules de placement Madoff, ceci n'est pas acceptable, ces cabinets au m^me titre que les autorités de régulation et de supervision nationale et internationale, sont avec les banques et les agences de notation, les vrais et seuls coupables d la crise financière alors que ces cabinets soient également poursuivit aux US et en Europe, mais l'UE n'a rien dans le s....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :